Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous allez être un gagnant dans la vie, vous devez en permanence donner le meilleur de vous-même» Robert Kiyosaki

Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Koglwéogo • COMMUNIQUE • mercredi 24 mai 2017 à 00h49min
Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

Ceci est un communiqué conjoint de trois organisations de défense des droits de l’homme (RESOCIDE, CEDEV, ODDH), sur les affrontements entre Koglweogo et populations le 19 mai dernier à Tialgo dans la province du Sanguié.

Dans un communiqué laconique que caricatural relatif aux évènements malheureux de Tialgo, commune rurale de la province du Sanguié à 45 km de Koudougou, le gouvernement du Burkina Faso informait officiellement l’opinion nationale et internationale sur le bilan macabre de 05 personnes tuées et 10 autres blessées à la suite des affrontements entre des koglweogo et les habitants de cette localité.

Jusque-là, et ce malgré la visite sur les lieux d’une délégation gouvernementale avec à sa tête le ministre d’Etat en charge de la sécurité, M. Simon Compaoré, ainsi que des autorités judiciaires et sécuritaires, l’on ignore les raisons de ces affrontements que les autorités publiques n’ont pas encore communiquées pour ne s’en tenir qu’au bilan.

Ce n’est qu’à travers la presse, les réseaux sociaux et avec la lettre ouverte adressée au chef de l’État par la population terrorisée de Tialgo qui lance un appel de détresse, que l’on sait un peu plus sur les circonstances du drame qui s’est abattu sur cette dernière. Il s’agît bien encore d’une implication des koglweogo, ce groupe informel dit d’autodéfense qui a pignon sur rue dans la république et détient droit de vie et de mort sur les citoyens qui ont le malheur de tomber entre leurs mains depuis maintenant deux années.

On notera cependant avec stupéfaction que le Gouvernement devant des faits de crimes aussi graves s’est abstenu d’invoquer des suites judiciaires comme on l’attendait en de pareilles circonstances et n’a pas non plus condamné fermement les koglweogo qui sont pourtant clairement identifiés comme étant les premiers responsables du déclenchement de cette tragique situation.

En rappel, ces koglweogo, malgré les dénonciations des défenseurs des droits humains et les démocrates, continuent de commettre des actes répréhensibles constitutifs de violations flagrantes des droits humains. En effet, ces groupes sont auteurs des pires formes d’atrocités sur leurs concitoyens avec des tueries à la clé, ce qui est inacceptable dans un Etat qui se veut de droit et protecteur de la dignité humaine. Ces agissements, tous autant illégaux, ont pour noms : interpellations brutales, bastonnades, brûlures, tortures, ligotage, flagellation, emprisonnement, scènes d’humiliation, versement d’amendes etc. Toutes ces horreurs et exactions sont perpétrées au vu, au su et avec la caution des pouvoirs publics et des autorités nationales sous le prétexte de la lutte contre l’insécurité.

Depuis belle lurette, des alertes ont été lancées par les organisations des droits de l’homme, la presse et les démocrates attachés aux valeurs de la république et à la vraie garantie de sécurité que représentent les forces légales de sécurité. Tous les acteurs ont tiré sur la sonnette d’alarme face au péril koglweogo dont les fortes connotations traditionnelles menacent la cohésion sociale en devenant une source potentielle de conflits de type communautariste. Le palmarès de cette structure qui n’a rien d’une association citoyenne qui prétend faire de la police de proximité est assez sinistre en si peu de temps, et se résume à la commission de nombreux actes crapuleux de crimes de sang, à une défiance totale de l’autorité publique et à l’anarchie.

Avant de causer la mort de 05 personnes et une dizaine de blessés aujourd’hui à Tialgo, les koglweogo sont responsables de nombreux autres crimes graves et punissables pour ce qu’ils constituent des violations des droits de l’homme connaissables des juridictions nationales et internationales. Sur la question des koglweogo, le gouvernement burkinabé a été des plus laxistes, usant d’entourloupes et de faux fuyants pour ne jamais faire prévaloir l’autorité de la loi et de l’État face à cette organisation qui a tout d’une milice qui échappe en réalité à tout contrôle des responsables de l’État burkinabé. Les événements douloureux et horribles de Tialgo rappellent d’autres du genre antérieurs qui sont restés impunis où ni responsabilité, ni culpabilité n’a été située à fortiori sanction et réparation des préjudices subis par les victimes. Dans plusieurs cas, ces groupes, après avoir commis des forfaits connaissables du code pénal, ont défié les magistrats et les forces de l’ordre qui entendaient appliquer la loi et l’autorité de l’Etat. Malgré de telles dérives, leur cause a été entendue devant le parlement burkinabè.

Nous, organisations des droits de l’homme soucieux de la paix, la stabilité, de la cohésion nationale et l’affirmation de l’autorité de l’État sur toute chose, exprimons notre grande inquiétude face à l’existence des koglweogo. En conséquence, nous condamnons avec la dernière énergie cette tuerie du 19 mai 2017 à Tialgo qui marque un franchissement supplémentaire de la ligne rouge par les kolgweogo à qui nous imputons l’entière responsabilité ainsi qu’à leurs soutiens quels qu’ils soient et où qu’ils se trouvent.

L’existence et les activités des koglweogo constituent des violations du droit burkinabè et du droit international dont le Burkina Faso est partie aux multiples instruments. Cette pratique est un anachronisme et ternit l’image du Burkina Faso qui, est en pleine opération de charme pour la mobilisation des ressources pour le PNDES (Plan national de développement économique et social, ndlr). Les bailleurs de fonds pourront-ils accompagner un Etat qui n’est pas capable de mettre de l’ordre et qui est tolérant de pratiques d’un autre âge ? Que dire des investisseurs privés qui ne s’intéressent à un pays qu’à la condition d’être en sécurité ? En raison de toutes les considérations évoquées plus haut, nous, organisations de défense des droits humains et humanistes :

-  Exigeons l’interdiction des koglweogo sur toute l’étendue du territoire, à titre conservatoire, en vue de la prise de dispositions conséquentes conformes à la légalité républicaine,

-  Demandons une commission d’enquête indépendante sur les exactions de Tialgo en vue de faire la lumière sur ces évènements tragiques et d’en situer les responsabilités,

-  Exigeons la prise en charge des blessés et l’indemnisation intégrale de toutes les victimes par l’État,

-  Réclamons l’arrestation et la traduction sans délai devant les juridictions de tous les auteurs et commanditaires proches ou éloignés de ce massacre ignoble,

-  Adressons nos condoléances aux familles éplorées, souhaitons prompt rétablissement aux blessés et manifestons une grande compassion à toute la population de Thialgo martyrisée injustement.

En tout état de cause, nos organisations très déterminées suivront l’affaire de près et prennent l’engagement le cas échéant, face à toute complaisance ou indulgence des autorités dans le traitement dudit dossier, d’initier une action de dénonciation internationale auprès des mécanismes et instruments de protection des droits de l’homme ainsi que de la justice pénale internationale, dans les plus brefs délais.

Fait à Ouagadougou le 22 mai 2017

Ont signés :

-  Réseau des Organisations de la Société Civile pour le Développement (RESOCIDE)
Siaka COULIBALY
-  Cercle d’Eveil (CEDEV)
Evariste CONSIMBO

-  Observatoire de la Démocratie et des Droits de l’Homme au Burkina (ODDH)
Lookmann SAWADOGO

Vos commentaires

  • Le 24 mai 2017 à 03:32, par vilk En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Nul et non avenu. Les koglwéogo ne seront pas supprimés au Burkina. Aux Burkinabè honnêtes et qui défendent les agriculteurs et éleveurs de ne pas se mêler à la campagne de ces trois personnes. Si vous restez à Ouaga la campagne ne sera pas une réussite, c’est mieux d’aller dans les villages

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 07:49, par Pathe Diallo En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Félicitations pour votre courage et détermination, vous allez dans le bon sens ! Que fait le MBDHP est-il d’accord avec les koglweogo ? leur silence est inquietant ! IL faudra également exiger le départ du ministre de la sécurité qui soutien et encourage cette milice !

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 08:36, par koulbila En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    tres belle initiative sans koi ces kogolwego vont semer le chaos un jour imaginer tous ces armes sans autorisation en circulation ces memes kogolwego risque de devenir des braqueurs parcequ’ils sont deja habituer aux raquettes

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 09:43, par AD VITAM AETERNAM En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Félicitations à ces vrais OCS, le Burkina est un Etat de droit jusqu’à preuve du contraire.
    Si le gouvernement ne peut pas prendre ses responsabilités qu’il rende sa démission. Nous sommes devenu la risée des autres pays africains. Nous avons une constitution elle doit être appliquée.
    Si oui aux koglweogo qu’on vote une loi pour cadrer leurs actions sur terrain.
    Si c’est non que leurs activités soient suspendues sur tout le territoire.
    Basta..

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 09:56, par latoz En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Bonjour,
    c’est bien de dénoncer les mauvaise actions des kogleweogo mais vous ne parlez jamais de ce qu’ils ont fait de bien ; comme c’est partisan de votre part. Faites un tour dans les région de l’est et du centre-est pour voir ce que c’est organisations d’auto-défense ont accompli, vous aurez une autre appréhension et proposerez autre chose que la dissolution de ce que vous n’avez pas érigé. Que faites-vous pour les victimes de brigandages de toutes sortes ? Etes-vous déjà sorti demander à l’autorité de dissoudre les FDS parce qu’ils sont défaillants ou parce qu’ils ont commis des bavures ?
    Soyez objectifs dans vos propos, proposez des amendements et sachez vous faire discrets quand vous n’avez rien de tangible à proposer.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 10:13, par Bêb-Riîmbda En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    N´entrons pas dans la polémique. N´envisageons pas non plus la politique …d´une bavure, une loi. Un évènement malheureux, une mesure ! Une tragédie, une vive réaction. Cultivons la prévoyance. Anticipons le mal, avant qu´il ne se produise. Ne remettons pas en cause l´existence des Kolg-Wéogo. Autant les organisations de défenses de droit de l´hommes sont utiles aux Burkinabè, autant les Kolg-Wéogo leur sont utiles !

    -Réseau des Organisations de la Société Civile pour le Développement (RESOCIDE)
    Siaka COULIBALY

    -Cercle d’Eveil (CEDEV)Evariste CONSIMBO
    -Observatoire de la Démocratie et des Droits de l’Homme au Burkina (ODDH)
    Lookmann SAWADOGO

    Qui vous connait dans les villages les plus reculés du Burkina !?
    Où étiez-vous quand cette veuve a été victime du vol de son bétail ! Sa seule fortune.
    Qui vous a entendu quand cet éleveur a été sauvagement assassiné et son gain emporté par les voleurs !?
    Où étiez-vous quand dans les villages, bœufs, moutons, chèvres, poulets et récoltes sont volés !? Avez-vous un seul instant pensé ou eu une compassion pour ces multiples victimes ?
    Savez-vous qu´il y a des villages où même les voleurs quand ils sont connus, personne n´ose ouvrir la bouche ou lever le petit doigt !? Pourquoi !? Ils craignent d´être assassinés la nuit ! Remettre en cause l´existence des Kolg-Wéogo, c´est prendre parti pour les voleurs. C´est encourager le vol mais aussi l´impunité. Partout il y aura des bavures. La police en commet. Les citoyens en commettent. Les Kolg-Wéogo en commettent aussi.
    En vérité personne dans les villages ne s´oppose aux Kolg-Wéogo. C´est la politisation des structures et des mentalités qui amène les problèmes. Ceux qui dans les villages s´opposent aux Kolg-Wéogo sont ceux qui hier travaillaient avec les voleurs.
    Les bouchers se plaignent des Kolg-Wéogo !!!
    Les vendeurs de bétail se plaignent des Kolg-Wéogo !!!
    Pourquoi !? Allez le savoir !!!
    Il est facile quand on est installé dans un bureau, quand on est en quête de reconnaissance ou quand on veut tout simplement exister, de prendre son ordinateur et de verser des absurdités excessives. La majorité des Burkinabè, la frange la plus vulnérable est satisfaite de l´existence des Kolg-Wéogo, malgré les bavures. Alors cherchons comment institutionnaliser ces Kolg-Wéogo et les encadrer dans le cadre des textes et des lois qui existent. Ils peuvent travailler étroitement avec la police et la gendarmerie. Ils peuvent être le garant de la sécurité de proximité, voulue par l´ensemble de la population. Si les Kolg-Wéogo sont bien encadrés, ceux parmi eux pris en flagrant délit de bavure pourront être réprimés par la loi. C´est aussi simple que cela.
    Les voleurs, les organisations de défense de droit de l´hommes, les Kolg-Wéogo… vous êtes tous des « produits » du Burkina. La seule existence inacceptable à mes yeux est celle des voleurs. Vous « Organisations de Droit de l´homme » n´existerez point, s´il n´y avait pas de bavures. Vous n´existerez point, s´il n´y avait pas d´injustices. Les Kolg-Wéogo existent par ce qu´il y a des voleurs que ni la police, ni la gendarmerie n´arrive à arrêter. Pourquoi voulez-vous exister et en même temps empêcher que d´autres structures existent !? C´est injuste ! Plus que vous, les Kolg-Wéogo représentent la majorité des Burkinabè ! Soyons sérieux ! Ne mettez pas de l´huile dans le feu. Ne mettons pas en difficulté le gouvernement dans la recherche des solutions appropriées à ces problèmes. Aujourd´hui nous assistons à des affrontements entre Kolg-Wéogo et groupes d´individus. Demain ce sera l´affrontement entre supporteurs des Kolg-Wéogo et non-supporteurs des Kolg-Wéogo, si nous ne faisons pas attention. Faisons la part des choses. On peut reprocher beaucoup de choses aux Kolg-Wéogo, c´est vrai. Mais n´en faisons pas une polémique. Recherchons avant tout comment instaurer la paix sociale. Cette paix sociale passe le respect des choix des uns et des autres. Les plus faibles vont se tourner vers les Kolg-Wéogo afin de pouvoir protéger leurs biens. Si l´état pouvait le faire, les gens n´allaient pas chercher à se constituer en Kolg-Wéogo !

    Répondre à ce message

    • Le 24 mai 2017 à 12:32, par Le pays va mieux En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

      Il n’est pas normal de condamner les koglweogo seulement. Et celui qui est allé voler c’est normal ? Il porte l’entiere responsabilté de tous ces morts. Vous convenez avec moi que s’il n’yavait pas eu vol, cela ne va pas se produire. Tous ceux qui s’exitent n’ont pas encore été victimes du vol. Quand vous serez victimes vous changerez de bouche. Par ces temps qui cort, une seule chèvre peut constituer le million d’autres.

      Répondre à ce message

    • Le 24 mai 2017 à 13:14, par changeons En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

      Bien dit !! Ces gens ou leurs proches n’ont jamais pas été victime de vol ou d’agression. En 2014, un vieux commerçant de bétail a été froidement assassiné dans une commune de la province du Gourma par des voleurs. Sa moto et son argent emporté et lassant sa famille dans la désolation. Où étiez vous ? Avez-vous défendu le droit de cette victime ou de cette famille ? Si le défunt était un de vos proches, vous allez comprendre que les Kolg-Wéogo sont utiles et indispensables, car depuis leur existence, des commerçants manipulent publiquement leurs billets au marché de bétail de Fada, chose inimaginable avant. Les Kolg-Wéogo contribuent énormément à la libre circulation des personnes et des bien en milieu rural. Il ne suffit pas de rester à Ouaga dans les maquis et faire des déclarations. Allez dans les campagnes et proposer la dissolution des Kolg-Wéogo et vous allez revenir sans vos tapettes ou vos souliers cirés. Les Kolg-Wéogo sont précieux et certains ont déjà compris qu’il faut travailler avec les FDS. Certes, il y a dérives comme dans tout corps de sécurité, mais nous ne devons pas jeter le bébé avec le bain. Quand la police ou la gendarmerie commet une bavure, les auteurs sont identifiés et punis selon la loi. De la même manière, si les kogl-Wéogo commettent une bavure, les auteurs doivent être démasqués et punis selon la loi. Ce qui s’est passé dans le Sanguié est regrettables et laissons la justice faire son travail. Les auteurs des barbaries doivent être identifiés et punis. Paix aux âmes des défunts et que Dieu apaise les cœurs de leurs parents.

      Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 10:37, par ils En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    amener l’affaire au niveau interplanétaire si vous voulez.
    vive kogleweogo !!!point barre !!!
    si vous penser que c’est comme ça vous aller être financer par les soit disant organismes internationaux de "droits de l’homme",vous pouvez courir.
    je vais vous dire une choses:il n’y a que les révolutions qui peuvent changer les choses ce qui veut dire absence de "droits de l’homme". ce n’est qu’un constat depuis la nuit des temps dans l’histoire de la terre.
    Pourquoi selon vous les états ont des commando secrets ?
    parce qu’il faut des gens pour faire ce que personne n’ose dire.
    kogleweogo pour moi c’est la révolution de notre justice. il suffit de trouver la formule.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 11:31, par venega En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    vous parlez de 5 morts , c’est 6 morts et ce que vous ne dites pas , sur les 6 morts, 4 sont des rangs des kogleweogo. Ils ne faudra pas être ingrats jusqu’à ce point, les kogleweogo ont réussi en si peu de temps ce que nos forces n’ont jamais pu réaliser. Avez vous également une idée sur les familles meurtries du fait ces bandits de grand chemin qui ont semé la désolation ? vous avez certainement constaté la démission ou l’impuissance de l’État face à l’insécurité dans plusieurs zones du pays laissant une population désemparée et qui se savait plus à quel saint se vouer. Au jour le jour c’était des braquages, qu’est ce que vous avez par rapport à cette situation ? Je pense que les kogleweogo ont pu resoudre ce problème dans la region de l’Est et du centre ouest(ZIRO, SISSILI). Les activités économiques ont repris et les gens se sentent plus en sécurité grâce aux Kogleweogo. Vive les kogleweogo !!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 11:50, par USA En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Nous vous soutenons. Si le gouvernement est incapable de résoudre le problème Koglweogo, les juridictions internationales doivent se prononcer là-dessus. Personne ne s’est plaint lorsqu’un policier arrête un voleur. Les Koglweogo ne doivent pas se substituer aux forces de l’ordre. Ils ont leur droit d’exister en tant qu’association et doivent se comporter comme les autres associations le font. Et d’ailleurs y a – t – il combien d’associations au Burkina Faso qui sont dirigées par un colonel de l’armée a la personne de Boukary le lion ? Savez-vous comment les koglweogo fonctionnent ? Ils recrutent des voleurs pour traquer des voleurs. Et vous comprenez bien pourquoi ses rackets. Donc c’est une bande de voleurs organisés qui ont trouvé dans kolgweogo un refuge pour continuer à voler mais sous une autre forme. D’ailleurs les vrais voleurs ce ne sont pas les voleurs de caprins et poussins. Ce sont ceux-là qui nous ont pillés et qui continuent de nous piller, qui détournent des milliards, le denier public sans être inquiétés par les koglweogo ni par la justice et qui font que le pauvre paysan qui a faim trouve la solution en allant voler le poussin d’autrui. Norbert Zongo disait en substance que si tu n’as pas à manger c’est parce que quelqu’un d’autres à manger ce que tu devrais manger. Si les uns volent caprins c’est parce que les autres ont détournés les fonds d’aide au développement, ils ont pillé les ressources aurifères , ils ont accaparé les richesses du pays. Tant que chaque Burkinabe à manger, personne ne volera.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 12:22, par ELKABOR En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Voilà encore des soit disant OSC (de vrais tubes digestifs) qui veulent profiter des situations pour manger ! Ne vous limitez pas aux instances internationales, allez-y appeler Antonio Gutires, Fatou Ben Souda et leurs amis pour que nous leur expliquons ce que c’est les Kogl Wéogo. Croyez-vous que nous allons nous développer en singeant l’occident ? Le Kogl Wéogo sont une émanation populaire, une aspiration à la justice, pas celle des bourgeois qui, sans scrupule et mal copiée plume le justiciable surtout nos parents analphabètes, dans des procédures vicieuses, longues interminables sans résultats palpables ni tangibles. Laissez-moi vous rappeler ceci : avant l’avènement des Kogl wéogo il y avait certains axes comme Fada-Pama ou Kantchari-Diapaga qu’on ne pouvait pas emprunter à partir de 17 heures sans se faire dépouiller par des coupeurs de routes. Ces gens ont même braqué des ambulances et des corbillards pour dépouiller les accompagnants de petits sous et autres portables qu’ils avaient. Aujourd’hui on circule dans ces zones à tout moment avec un risque de braquage très réduit. Où étaient ces OSC ou bien les forces de défense et de sécurité ? Il ne fallait pas non plus s’acheter un nouvel engin, les voleurs viendront te dépouiller parfois en plein jour et prendre la fuite sans aucune suite . Combien d’infirmiers et d’enseignants, ces parents pauvres de notre administration ont été dépouillés de leur maigres biens qu’ils triment à avoir, parfois au prix de difficiles prêts obtenus au bout d’un parcours de combattants. ça se voit que ces Lookmann Savadogo, Siaka Coulibaly et Evariste Consimbo qui écument fréquemment nos chaines de télé et nos journaux de leurs idées reçues et préconçues ne savent rien de ce qu’endurent nos populations des méfaits des bandits. Je vous le dis aujourd’hui, personne ne peut empêcher ces Kogl Wéogo d’exister tant leur utilité sociale est prouvée. Certaines forces de l’ordre même se frottent les mains tant ils facilitent leur travail à eux ! Les KoglWéogo sont bel et bien une trouvaille de nos populations pour assurer leur quiétude face à un Etat incapable de les protéger eux et leurs biens sur les plans sécuritaires et judiciaires. Comme nous sommes des démocrates alors organisons un référendum "pour" ou "contre" les KoglWéogo et vous verrez vers où penche la volonté populaire. A l’image des Gatchacha inventés en Afrique centrale pour juger les génocidaires, il faut juste trouver la formule de les encadrer pour qu’ils s’insèrent harmonieusement dans notre dispositif sécuritaire et judiciaires. Il ne sert à rien de prononcer des fatwa contre eux car c’est la volonté populaire qui s’exprime ici et nul peut contre ce que veut le peuple du pays réel à l’opposée de nos petits bourgeois réactionnaires de nos villes qui ne connaissent que mal copier le blanc et défendre leurs faux privilèges. Si on pouvait infliger des traitements de Kogl Wéogo à nos Ministres et autres grands commis de l’Etat vous verrez qu’on n’aura pas besoin de gaspiller nos ressources dans les Hautes autorités de contrôle de corruptions et de structures semblables budgétivores ! Tout le monde allait respecter le bien public ! Vive les Kogl Wéogo !.

    Répondre à ce message

    • Le 24 mai 2017 à 15:17, par Bêb-Riîmbda En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

      Elkabor, mille fois merci pour ces témoignages ! Ces soi-disantes « Organisations de la société civile » sont en réalité de lugubres individus, cherchant à se remplir le ventre et les poches avec l´aide de la communauté internationale. Au Burkina, 90 à 95% de nos braves paysans saluent l´action des Kolg-Wéogo. Que ces sinistres individus de la société civile viennent dans nos villages parler d´opposition aux Kolg-Wéogo, et on les renverra dar-dar en ville. Personnellement je salue l´action des Kolg-Wéogo. Ils ont besoin d´aide et d´encadrement. Vous savez, il se raconte que sur un tronçon du Burkina, ni la gendarmerie, ni la police ne s´y aventurait. Pourquoi ? Les coupeurs de routes qui y sévissaient étaient tellement forts que tout le monde les craignait. Tenez-vous bien, il aurait fallu les Kolg-Wéogo de Fada pour mettre fin aux activités de ces bandits. Aujourd´hui personne n´en parle. Mais ceux qui ont été libérés de ces criminels en savent quelque chose. Ne diabolisons pas ces braves hommes qui risquent leurs vies pour assurer la sécurité des laissés pour compte.

      Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 12:32, par Hamon En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    A voir de près ces ONG ne représentent absolument rien. Elles ne sont pour la plupart que l’ombre de leur dirigeant. Et il y a bien longtemps que personne ne croit plus en Siaka Coulibaly qui a échoué à se mettre dans les OSC sérieuses avant de créer la sienne. Il en est de même pour Lockman dont le journal a fait long feu. A voir de près aussi ces gens n’ont aucune référence familiale au village. Ce sont des gens parachutés dans les villes et qui ne savent même plus d’où ils sont venus. Voilà pourquoi ils se comportent de la sorte en prenant les Koglwéogo comme des ennemis à abattre. Pauvres de vous !

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 12:49, par PLEURE Ô pays bien-aimé En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    TROP TROP tard !!! vous vous distribuez des primes et autres gratifications entre bourgeois dans les bureaux climatisés à Ouaga pendant ce temps les paysans souffrent dans le pays profond. Au stade actuel vous ne pouvez pas empêcher les paysans de s’organiser pour leurs intérêts simplement par ce que :
    - pas de couverture sécuritaire
    - pas de couverture judiciaire
    - pas de couverture sanitaire
    - pas d’emplois
    etc.
    Les gens ont cessé de croire à la capacité de l’état de régler leurs problèmes.
    Les maux sont profonds.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 12:56, par le bonze En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    allons seulement, qui vivra verra
    a bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 13:43, par James En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Je suis entièrement pour le maintien du koglwéogo car ils font du bon boulot dans les campagnes pour sauver les agriculteurs et les éleveurs qui n’ont pas les avantages de la ville comme les comptes bancaires pour la sécurité de sa fortune.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 13:47, par "LE VIEUX" En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    "...AVANT DE CAUSER LA MORT DE 5 PERSONNES ET BLESSER UNE DIZAINE, LES KOGLWEOGO SONT RESPONSABLES DE..."
    MESSIEURS DES MOUVEMENTS DES "DROITS DE L’HOMMES". VOUS ETES ENTRAIN DE DISTILLER DES MENSONGES. PARMI LES 5 MORTS IL YA 3 KOGLWEOGO. VOUS VOULEZ DIRE QU’ILS SE SONT SUICIDÉS ? JE SUIS CONTRE CERTAINS ACTES DES KOGLEWEOGO MAIS EST-CE QU’IL FAUT DONNER CARTES BLANCHES AUX VOLEURS ASSASSINS DE GRAND CHEMIN POUR GOUVERNER NOS VILLES ET VILLAGES ?. MOI LE VIEUX, J’INVITE LES KOGLEMEOGO SEVIR CONTRE TOUS LES VOLEURS ASSASSINS QU’ILS AURONT A APREHENDER LA MAIN DANS LE SAC. CE DOSSIER EST A TRAITER AVEC BEAUCOUP D’INTELLIGENCE ET NON PAR DES PRISES DE POSITIONS HAZADEUSES COMME VOUS LE FAITES ACTUELLEMENT AU PROFIT DES COUPEURS DE ROUTE.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 13:59, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Merci pour la contradiction, groupe d’OSCs. Permettez m’en aussi !
    1) Que Dieu console les coeurs et que ces cas de drames sont definitivement conjurés ! AMEN !
    2) Grand merci à l’internaute 6 "Bêb-Rimbda", aux internautes "vilks", "venega", "ILS". Bêb-Rimbda a tout dit.
    3) Vous groupe d’OSC, allez-y vous plaindre où vous voulez. La DUDH declare que chaque personne a droit à la vie, à la surété de ses biens et de sa vie privée. Et notre Etat Burkinabè est signataire du Pacte International pour les Droits Civils et Politiques. Ce Pacte consacre le droit à la vie
    - du DG de la Police de Noumbiel sauvagement abattu en 2015
    - du policier stagiaire abattu courant 2015-2016 vers Gaoua
    - des policiers abattu lors d’escorte d’un car de transport de la place vers Fada il ya dejà plus de 4 ans
    - des victimes de braquage à Batié en fev 2015, dec 2016
    - etc...
    Ce PIDCP consacre le droit à la propriété et nos vaillants paysans ont droit à leurs poulets, chevres, moutons et boeufs.
    4) Evariste Consimbo, demarque toi. Vous pretendez defendre la presomption d’innocence, les droits des presumés coupables et vous foulez aux pied les droits des victimes. Vous mentez quand vous dites que les Koglweogo se sont arrogés le droit de vie et mort sur les autres. Quoi de plus faux et archifaux ! Je ne nie nullement les faux positifs que commettent ces derniers. Mais que voulez-vous ! Les Koglweogo sont le vaccin et le meilleur pour le moment faute de mieux et en attendant leur "citoyennisation parfaite".
    5) Felicitations aux autorités Burkinabè pour le tact vis-à-vis des Koglweogo et des crises d’apprentissage de ces derniers. Groupe d’OSCs plaignants, pour votre information, les Kogweogo existent en Angleterre. On les appelle "les Agents de Soutien Communautaire". Les Koglweogo, ça existe en Suisse si ma memoire est bonne. En Tanzanie, on les appelle les Sungusungu. Que sais-je encore !
    6) Chers OSCs, le probleme des Initiatives Locales de Securité (ILS) est d’abord doctrinal avant d’etre operationnel. Les institutions Internationales one dejà disserté la-dessus et vous OSCs du Burkina, vous ne leur causerez aucun EMOI. Ils connaissent cette problematique avec les approches "par le haut", et "par le bas".
    7) Le defi, c’est de proteger les victimes potentiels que nous sommes tous tout en veillant aux droits des prsumés coupables. Et dans tous les cas, les Koglweogo chicotent pour l’exemple et n’ont aucun droit de vie ou de mort. Faites une etude d’impact environnemental des Koglweogo et vous verrez leur prouesse. Vous verrez que la securité sociale de beaucoup de paysans s’est ameliorée sauf celle des ayant-droits des victimes que vous OSCs et autres "droits-de-l’hommistes" foulez au pied.
    8) Vive l’approche des Autorités Burkinabè. Bravo au President du Faso pour son impartialité !
    9) Securite Routière : felicitations aux VADS et à la PN pour le port constant des gilets de visibilité.
    "La securité des citoyens est un bien collectif". Point Barre  !

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 16:03, par SOME En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    C est pitoyable comment certains individus pensent. Ils ne pensent même pas ils se contentent de vomir leur caca. Le pré C est qu ils se prennent au sérieux. Ils ne comprennent même pas que le gombos des droits de l hommes me est dépassé.
    Cette misère mentale qu ils nomment déclaration comme si eux ils étaient quelque chose n est rien d autre que la démonstration de leur misère morale. Cette déclaration est si truffée de contradictions que c est a se demander si elle a été commanditée
    CES ATTAQUES NE SONT L OEUVRE DES KOLWEOG je le répète
    SOME

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 16:29, par Damase ZOURE En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Je soutiens votre action. Nous pourrons engager une pétition à cet effet et saisir également le parlement ou autres instances internationales afin que force reste à la loi.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 16:51, par Jeck En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Ah bon !!! lorsque les bandits volaient les troupeaux, traumatisaient les populations rurales, coupaient les routes tous les jours enlevant la vie de pauvres innocents, où étaient ces organisations de droits humains ? Pourquoi n’ont ils pas mené de mouvements d’humeur et de revendication auprès des FDS pour demander que soient respectés les simples droits de libre circulation, de sécurité de biens et de personnes et même de vie ?
    aidez les autorités à encadrer ces groupes d’auto défense. au cas contraire travaillez à leur suppression et venez vous installer dans l’Est du Burkina dans des zones comme Liptougou de la Gnagnan ; Foutouri ; Bartiébougou ; Matiacoali... juste pour une semaine. vous allez rendre témoignage.

    Répondre à ce message

  • Le 24 mai 2017 à 19:11, par Ka En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Ses organismes ont seulement pour nom. Aucune action concrète n’a jamais été faite dans notre chère Faso. Toujours des déclarations inutiles, qu’aucune autorité ni institution ne fait attention. Cette sortie est simplement pour dire qu’ils existent point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 25 mai 2017 à 11:03, par LAURENT Ouedraogo En réponse à : Affrontement entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Des organismes de défense des droits de l’homme envisagent une action internationale de dénonciation

    Bonjour à tous et toutes,aussi
    Je salue avec respect le faso.net
    La présente situation entre koglwéogo et la population est vraiment déplorable. car les deux parties sont là en temps normal et bien attendu l’une pour l’autre.mais pourquoi alors de telles situation ?ce qui s’est passé est vraiment alarmant,déplorable .si j’ai une proposition à faire c’est demander au koglwéogo d’agir avec modération pour répondre réellement et avec exactitude ceux pour quoi il s’en ont fait objectifs.si non les imperfections même au niveau de ceux qui se disent formés si non bien formés,il y en a.je fais le cas récent de la jeune femme artiste chanteuse burkinabé bastonnée humiliée par la population à Ouagadougou ici.cette action de la population a pu se faire voie de réalisation par l’insuffisance ou imperfection de la procédure policière menée par les deux policiers concernés face à cette femme. vraiment souvent c’est très écoeurant car il y a des erreurs à ne pas commettre quant on tient certaines responsabilités.mais toute fois pour la paix dans notre pays épousons le pardon tout en oubliant pas de rappeler les uns et les autres que leurs pouvoirs et droits ont des limites et donc dire qu’ils font pas exception aux devoirs.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Groupes d’autodéfense : Les koglwéogo s’invitent dans les laboratoires de recherche
Hauts-Bassins : Le gouverneur promet de prendre des mesures pour que la région n’entende plus parler des koglwéogo
Commune de Karangasso-Vigué : Après le drame, l’heure est aux discours d’apaisement
Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés
Moogho Naaba Baongho : Les Koglwéogos y étaient pour la présentation des vœux du nouvel an
Bavures des koglwéogo à Karangasso Vigué : Le témoignage de M.B., une des victimes
Grand Ouest du Burkina : La fin des koglwéogo a sonné
Karangasso vigué : L’ultimatum des dozos aux Koglweogo
Grand Ouest du Burkina : Le chef des dozo, Aly Konaté, toujours opposé à l’installation des koglwéogo
Simon Compaoré aux Koglweogo de Kantchari : « Même les chiens ont des papiers »
Dérapages d’associations « Koglweogo » au Burkina : L’os à la gorge du pouvoir !
Affrontements entre Koglwéogo et populations à Tialgo : Pour l’UPC, « C’est surtout l’incapacité du Gouvernement à encadrer les Koglwéogo qui est en question »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés