Côte D’Ivoire : Une armée passée du mutisme au bavardage, les leaders politiques interpellés !

LEFASO.NET | Oumar L. OUEDRAOGO • samedi 22 juillet 2017 à 02h23min

Une Armée qui est passée du mutisme au bavardage. C’est le constat qui s’impose aujourd’hui. Que se passe-t-il réellement dans les rangs de l’armée ivoirienne ? Est-elle aux ordres de l’ambiance qui règne sur l’échiquier politique national ? Certains sont affirmatifs à la question, en considération surtout à la configuration de l’armée (qui compte en son sein d’anciens rebelles).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Côte D’Ivoire : Une armée passée du mutisme au bavardage, les leaders politiques interpellés !

Au plan politique, si la complicité entre Alassane Dramane Ouattara et Guillaume Soro était au beau fixe au tout début de son premier mandat, elle va prendre un coup au fil du temps. Après la primature, de 2011 à 2012, même si Guillaume Soro a hérité d’une des institutions importantes du pays, la réalité est que dans la dynamique, la création d’un poste de vice-président de la République et l’idée de la mise en place d’un Sénat ne sont pas sans dépouiller l’ancien chef de rébellion (de 2002 à 2011) de certains de ses pouvoirs. Cela ajouté à la montée en côte de certaines personnalités a conduit certains observateurs à sentir le roussi dans l’environnement politique ivoirien. Si fait que certains ont vite fait un lien avec ces mutineries dans l’armée qui ont secoué le pays depuis le début de l’année. D’anciens rebelles intégrés dans l’armée se sont mutinés en janvier et en mai pour réclamer leur ‘’dû’’… Et même que lors de la mutinerie du mois de mai, les soldats mécontents à Bouaké (fief de l’ancienne rébellion) avaient ‘’présenté’’ des armes qui proviendraient d’une « cache d’armes » dans une maison d’un proche de Guillaume Soro, Souleymane Kamagaté alias "Soul To Soul", chef du protocole du président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro.

A leur suite, d’autres fractions de l’armée et des démobilisés vont aussi se mutiner...
Le week-end écoulé, des tirs ont été enregistrés dans des camps, notamment à Abidjan et Korhogo, avec trois soldats morts en ce dernier lieu cité. Pas plus tard que dans la soirée de mercredi, 19 juillet 2017, de nouveaux incidents impliquant les forces de sécurité ont éclaté à Abidjan, faisant un mort et des armes emportées (le nouveau ministre de la défense Hamed Bakayoko a annoncé qu’elles ont été retrouvées). Tous ces ingrédients montrent bien que de vieux démons rodent toujours sur la place publique ivoirienne à un moment où les Ivoiriens ont toujours en mémoire tant d’années de crise avec son cortège de pertes en vies humaines (plus de 3 000 morts en cinq mois entre décembre 2010 et avril 2011, lors de la crise née de la présidentielle entre le camp de Laurent Gbagbo et partisans d’Alassane Dramane Ouattara).

Il faut donc mettre les bouchées doubles pour éviter au pays de basculer dans une nouvelle crise. Orgueil et intérêt personnel mis à part. Et ce travail ne viendra que des leaders de la scène politique, notamment Guillaume Soro, Alassane Dramane Ouattara, Henri Konan Bédié, Affi N’Guessan … et leur galaxie. Ils sont les principaux détenteurs des leviers de la situation en Côte d’Ivoire. C’est en cela qu’il faut louer la sortie du président de l’Assemblée nationale, Guillaume Soro dans ce contexte où beaucoup de choses sont dites à son sujet sur un supposé bras-de-fer entre lui et Hamed Bakayoko (qui est passé, mercredi, 19 juillet, de ministre de la sécurité au poste de la défense nationale) dans la perspective de la présidentielle 2020. Un message à pic (http://lefaso.net/spip.php?article78401), car à un moment où le pays réunit, dans le cadre des jeux de la Francophonie, des milliers de personnes du sport et de l’art. Pour peu aussi que d’une part, ces propos soient sincères et, d‘autre part soient acceptés par les Ivoiriens (à commencer par les leaders de la scène politique).

Au-delà de la Côte d’Ivoire, une situation difficile va sans doute porter un coup à la sous-région, quand on sait que ce pays pèse lourd dans la balance économique (35% du PIB de l’UEMOA et 60% de ses exportations agricoles, selon des données de 2016). Une crise qui serait encore plus difficile à vivre pour le Burkina qui, non seulement y compte de millions de compatriotes, mais également nourrit la réalisation de nombreux projets à court et moyen termes, notamment dans le cadre du Traité d’Amitié et de Coopération (TAC). Sans oublier que le Burkina dans un contexte national de relance de son économie et bien d’autres considérations.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Portfolio

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 22 juillet à 11:57, par Ka
    En réponse à : Côte D’Ivoire : Une armée passée du mutisme au bavardage, les leaders politiques interpellés !

    Merci Oumar pour cette analyse dans les couloirs du pouvoir Ivoiriens aux fleurs de Chardon, ou des roses aux épines pointues. J’ai toujours partagé tes analyses avec joie. A présent la France rentre dans la danse de division des lieder du pouvoir Ivoirien, afin de trouver le bon pigeon. Et je crois que le pigeon est tout trouvé aux bords de la Lagune Ebrié qui est SORO, comme au Burkina avec un diviseur né pour les prochaines élections présidentiel : C’est pourquoi je confirme la vision de mon camarade SOME dans une autre analyse. Depuis les indépendances de l’Afrique de l’Ouest, la France a toujours su divisé les politiques de pacotille du continent pour trouver un valet sans bagage intellectuel ni idéologie, ou des individus mouillés dans les crimes de leurs états pour pouvoir les prendre en otage et les manipuler à sa guise. SORO vient de faire un grand coup avec son pardon, et qui va diviser les Ivoiriens dans le mauvais côté, qui est celui du rebelle et non celui de l’économiste ADO qui émerge comme il peut avec son épouse multi-milliardaires a cause d’Houphouët le pays, car ADO est aussi mouillé dans les 3000 morts de la crise, et qui ne demande pas pardon, ni Bédié, ni le boulanger Koudou Laurent GBAGBO. Et comme on le dit bêtement, celui qui demande pardon assume, et est à moitié pardonné : Et a l’heure où je vous écris ces mots, SORO est pardonné par 99% du peuple mouton Ivoirien, et la France frotte ses mains. Pourquoi SORO aura la chance d’être le prochain président de la Cote d’Ivoire ? Premièrement c’est presqu’un illettré ce que veut la France, même a plus de dix ans à la FAC d’anglais de l’Université d’Houphouët d’Abidjan, SORO est sorti sans aucun diplôme, qu’un orateur orgueilleux comme Blé Goudé. SORO va suivre le parcours de son ami Blaise Compaoré que la France a utilisé durant 27 ans et jeter comme un chiffon : SORO est mouillé jusqu’au coup a des crimes barbares comme Blaise Compaoré et l’assassinat de Thomas Sankara et ses compagnons : ‘’’’Des criminels qui méritent la CPI plus que GBAGBO,’’’ mais qui sont sous la protection de l’éternel impérialiste afin de les manipulé à sa guise et piller la richesse de leurs pays. Conclusion mon jeune Oumar bientôt a la plume d’or, tout ce qui mine le développement d’un continent aussi riche comme l’Afrique, ce sont des dirigeants de pacotille comme Blaise Compaoré, et SORO le prochain président de la Cote d’Ivoire. Des dirigeants avec les menottes de l’impérialisme aux poignets.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 11:38, par Alexio
    En réponse à : Côte D’Ivoire : Une armée passée du mutisme au bavardage, les leaders politiques interpellés !

    Notre malheur a ete notre rencontre avec la France. Apres 57 ans d ASSERVISSEMENT des peuples dits colonises, la France continue de nous suses le sang avec son emprise sur notre developpement.

    Rien a bouger par rapport a la democratie qu il se reclame les pays des droits de l homme ? On n est depouiller jusqu a nos insectes, nos plantes, nos arts( les objets d art du roi Behazin du Benin sont confisques) un exemple. La France c est le le pays le plus voleur du monde, et sa pudeur ethique. Tous ceux qui appartient a l Afrique dite francophone, apparatient en realite a la France.

    Ces entreprises exploiteuses chez nous ne sont pas pour liberation economique. Nos entreprises phares leur declin est un baton dans nos roues de nous defendre de s envoler par ses propres ailles. La RAN et LAIR_AFRIQUE en dit mieux.

    Nos politiciens sans vision a la Nkrumah, Thomas Sankara sont des oiseaux rares aujourdhui.

    Le controlle de notre monnaie devise de FRANC- CFA. Notre poltique monetaire dirigee par la predatrice. La France.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juillet à 13:57, par Sandou
    En réponse à : Côte D’Ivoire : Une armée passée du mutisme au bavardage, les leaders politiques interpellés !

    Ton analyse est pertinente, mais je reste sur ma faim à savoir comme Soro sera le prochain président de la C I, par la voie des urnes ou la voie des armes ? Toi qui est si sûr, éclaire moi SVP.

    Répondre à ce message

  • Le 24 juillet à 06:58, par Ka
    En réponse à : Côte D’Ivoire : Une armée passée du mutisme au bavardage, les leaders politiques interpellés !

    ’’’A Sandou intervenant 3 :’’’ Ta question est aussi pertinente : A moi de te poser une question : Comment Ali Bongo est arrivé à conserver son fauteuil présidentiel de nos jours ? Ou Sassou du Congo Brazzaville ? Au Gabon tout a été possible par une mère adoptive présidente du Conseil Constitutionnel et qui a truqué le recours : Comme au Congo les votes de quelques régions favorables à l’opposition ont été oublié aux yeux et a la barbe des observateurs lors des votes présidentiel, et surtout les achats de conscience dans ce pays sont éternel avec un président qui a toute la richesse du pétrole dans ses mains, et considéré comme un président a vie. Si la France mette son nez aux élections de 2020 en Côte d’Ivoire, les urnes et les armes ne peuvent rien contre son choix sur la personne dont elle compte utiliser pour ses intérêts. Ouattara a été mis au pouvoir par les armes de la France. Avec SORO ou une autre personne, sera mise au pouvoir en Côte d’Ivoire par le procédé de cette même France qui a su choisir ses valets de pacotille pour gouverner ses colonies indépendantes, mais avec chaines dans les pieds et les mains, à cause des personnes comme Blaise Compaoré, Ali Bongo, Sassou, et bientôt le rebelle illettré SORO qui croit que le pouvoir s’obtienne par les armes et non les urnes. Comme tu vois, dès son retour de la France, SORO se présente à son peuple comme un réconciliateur, après avoir tué et pillé son pays, et même voulant déstabiliser le Burkina qui l’a accueilli quand il était pourchassé. La seule chose que je suis d’accords avec toi, le pyromane d’hier qui est SORO, et qui prétend aujourd’hui comme pompier sauveur, pourtant qui cache 300 tonnes d’armes, s’il n’a pas le pouvoir en 2020, il le prendra par les armes. Merci de me lire.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2016 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés