Assemblée nationale : La présidence à un autre parti de la majorité présidentielle ?

Par Dénis Zoungrana • lundi 4 septembre 2017 à 23h46min

Le 8 septembre 2017, le Burkina Faso aura un nouveau président de l’Assemblée nationale, en remplacement de Salifou Diallo, décédé le 19 août dernier. Déjà, les supputations vont bon train. Pour un de nos lecteurs Dénis Zoungrana, tous gagneraient à confier cette tâche à une formation de la majorité présidentielle, autre que le parti au pouvoir.

Assemblée nationale : La présidence à un autre parti de la majorité présidentielle ?

La compétition pour la désignation d’un nouveau président de l’Assemblée nationale burkinabè est officiellement lancée depuis le 31 août, date de l’ouverture de la session extraordinaire consacrée à une élection pour le moins, extraordinaire.
Evidemment, les chapelles politiques n’ont pas attendu ce top de départ pour se mettre en activité. Il y avait tellement de remous que plusieurs réunions ont dû être organisées au plus haut niveau des instances de direction du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès, parti au pouvoir, ndlr), pour lancer un appel à la retenue et à la décence.

En effet, aujourd’hui, la place laissée vacante par le président SalifouDiallo ne doit pas faire l’objet de convoitise, de nature à laisser croire que certains ont secrètement espéré qu’il quitte la scène, pour lui succéder.

La particularité du MPP est d’avoir des courants notoirement connus, qui ont parfois des intérêts divergents, voire antagonistes. Si l’opinion nationale suit de près ces conflits « de famille », c’est tout simplement parce qu’un couac au sein d’un parti présidentiel aura inévitablement des répercussions sur la vie de la nation.

Présentement, et au regard des flots de larmes versées à la suite du « drame » du 19 août et des hommages rendus au défunt président de l’Assemblée nationale, on peut en déduire que c’est, entre autres, son action à la tête du pouvoir législatif qui est saluée. Il s’agit donc de trouver un homme qui pourra préserver la représentation nationale de secousses inutiles.

Pour ce faire, il importe de trouver un homme de conviction qui, sans se dédire, peut faire les compromis qu’il faut, à chaque fois que de besoin. En effet, bon nombre de députés, toutes tendances confondues, disent avoir été surpris par Gorba, quant à sa capacité de dialoguer. « Nous sommes des adversaires politiques, (mais avons tout) nous sommes tous des citoyens d’un même pays », rappelait-il en avril à l’hémicycle.
L’image d’un homme qui écrase tout sur son passage est à considérer comme une carapace construite pour les besoins d’une communication de circonstance.

Pendant la vingtaine de mois qu’a duré son mandat, Salifou Diallo a engagé l’Assemblée nationale dans des réformes audacieuses pour faire de l’institution une véritable représentation du peuple. Du reste, il n’a pas manqué de le rappeler au chef du gouvernement, Paul KabaThiéba, venu présenter le discours sur la situation de la nation : « Nous devons nous coller aux intérêts du peuple. Si notre Assemblée commet des dérives, nous connaitrons un sort pire que celui de nos devanciers.

Le meilleur pour succéder à Salifou Diallo est certainement un homme avec qui le défunt président de l’Assemblée nationale a partagé ses certitudes, ses doutes et ses ambitions ; une personne avec qui il a étroitement travaillé pour répondre à la question « où allons-nous » ? En gros, il faut à l’Assemblée nationale un président qui a une parfaite connaissance des dossiers de la maison, dans la lettre et dans l’esprit.

Les Burkinabè, déjà aux prises avec des problèmes d’extrême gravité comme le terrorisme, sont en droit d’attendre de leurs députés qu’ils ne fassent pas de l’élection de leur président un prétexte pour enclencher une crise institutionnelle. A priori, la majorité présidentielle a les ressources humaines pour rapidement franchir cette étape. L’heure n’est pas aux louvoiements et aux tergiversations. Selon les informations en notre possession, le président du Faso est plutôt de cet avis. Ne serait-ce que pour préserver ses chances de gérer les trois années restant du mandat, le MPP et ses alliés politiques ont intérêt donc à jouer à fond la carte de la discipline.

Bien entendu, ce prêche ne peut valoir que ce dont en feront les oreilles qui l’entendent, les yeux qui le lisent : comme une case de singes, il s’en trouvera toujours des membres de la famille occupés à torpiller les efforts de construction auxquels s’attèlent les autres.

Dénis Zoungrana

Messages

  • Je pense que c’est mieux de laisser le parti faire ce qui lui semble bon ..ils ont battus campagnes, remportés les élections, donc c’est à eux seuls de choisir. .la presse n’est pas qualifié à donner des orientations à un parti. J’ai même l’impression que la presse s’ efforcé à ce que le parti ne soit pas à l’aise pour son quinquennat. Il est temps pour vous journalistes de calmer le jeux

  • Comme à B. Sankara de l’UNIR par exemple. c’est l’assemblée nationale maintenant et non les partis qui ont besoin d’un président.

    • - Si B. Sankara devient PAN, moi votre Kôrô Yamyélé je quitte définitivement le Burkina et je me constitue apatride à quelque part.

      Par Kôrô Yamyélé

    • Moi aussi... zut... je suis déjà à l’extérieur !

    • Ce ne sera pas le premier à fuir le pays. Depuis 2014, c’est de règle

    • Korô yamyélé et pourtant à un moment tu appreciais Me SANKARA qu’est ce qui n’a pas marché ?

    • Mon ami Kôrô Yamyélé, à 50% Sankara ne peut et ne devra pas être le prochain PAN. Alors nous aurons la chance de continuer à lire tes critiques et autos critiques fondées qui vont pour le peuple depuis plusieurs années. L’UNIR/PS dont il a le contrôle, ne réponde plus l’idéologie du fils de l’Afrique qui était Thomas Sankara. Par ailleurs le peuple comme ses paires parlementaires, ont compris son stratège pour se caser en super Bourgeois dans un pays ou 99% de la population n’ont pas un bon repas par jour : Cela est compréhensif, car il arrive parfois que la lutte de classes dans une société ne soit plus très vive, et qui se vérifie quand une bonne partie des exploités ignorent complètement qu’ils sont l’objet d’une exploitation éhonté comme celui de notre héros d’autre fois, qui est Sankara Bénéwendé. Raclé les casseroles de ceux dont il méprisait en tant qu’un farouche avocat contre l’injustice et l’impunité, et maintenant profite les avantages comme un membre de l’AN est normal pour celui qui croit que sa lutte politique arrive a sa fin : ‘’’’Mais se retrouver comme PAN, cela n’arrivera pas :’’’’ Je crains une seule chose, comme nous sommes dans un pays ou le jour et la nuit se ressembles, et que ses décideurs disent le blanc un jour et le noir le lendemain, ne soyons pas étonné qu’a 50%, nous le trouvons sur le perchoir.

    • Quand je dis que le Kôro est devenu bizzard depuis l’avènement de 2014, d’aucuns diront que j’exagère. Sinon en quoi désigner maître Bénéwendé Sankara comme Président de l’Assemblée est anormal ? Vraiment il faut quitter dans ça car ça ne vous honore pas.
      Pour moi en tout cas, l’homme de la situation actuelle est Bénéwendé. Et puis, j’ai comme impression que toi Kôrô tu ne jures que sur la défaite du MPP et par là, celle de la mouvance, en le dissuadant (décourager à tout prix Rock quant à la pertinence de Bénéwendé) car toi-même tu sais bien que pour une victoire très probable de la mouvance (ce serait-ce que bien terminer le mandant en cours), c’est Bénéwendé qui conviendrait mieux.
      Maintenant que la logique voudrait que Bénéwendé devienne président de l’AN, si Rock le préfère effectivement à quiconque, on verra si toi Kôrô tu vas changer de nationalité ou pas, voire rejoindre Blaise en Côte d’Ivoire.
      Wait and see !

    • Bonjour Le Kôro Yamyélé, ravi de vous retrouver sur la toile. Depuis belle lurette !!! Pouvez-vous donner votre avis sur la lutte contre les attaques terroristes qui secouent notre pays, la mort du PAN, Salifou DIALLO, l’avenir du MPP, les alliances gagnantes pour les élections de 2020, votre candidat pour la présidence de l’AN, la suppression annoncée et avortée du Tribunal Militaire etc etc, nous vous attendons sur ces sujets politiques que je ne maîtrise pas. Paul KERE

    • Ah Kôrô Yamyelé, ça fait 2 jours ! Non, vous n’aurez pas à vous exiler. Je ne suis pas dans le secret des Dieux mais je penses qu’il va conserver sa place de 1er vice-président pour le reste de la mandature. De mon point de vue Jacob Ouédraogo est le plus indiqué. Mais ce n’est qu’un point de vue

  • C’est assez particulier cette histoire. Pour juste terminer un mandat on n’a pas vraiment besoin de créer un chamboulement à l’assemblée.
    9n fait monter les 4 vice présidents d’un cran et on élira seulement un 5e vice président.
    Salif est irremplaçable dans son style. Mais quelqu’un pour avoir un minimum de cette fermeté vitale, je crois que l’homme a la barbichette peut faire l’affaire. En plus il est relativement jeune, mais avec une ancienneté politique suffisante.

    • Si les choses étaient aussi simples on n’aurait pas besoin d’écrire une constitution complexe. Laissez tomber,
      votre Mr. Sankara ne sera pas president. On dirait qu’il a envoye ses porteurs d’eau écrire sur les fora. Avec ses 2,5% ? Ne soyons pas ridicule. D’autre part le pays traverse une zone de très fortes turbulences. il faut un esprit apaisé et unificateur à l’assemblée. Pas un aigri et revanchard du type de Mr. Sankara

  • C’est un avis il faut en tenir compte. Ce n’est pas pour autant qu’il faut l’appliquer à la lettre. Les données quoi qu’on dise ont fondamentalement changé avec la disparition de Salifou Diallo. Cela vaut pour le parti MPP, pour l’Assemblée Nationale et pour le pays.

  • "Le meilleur pour succéder à Salifou Diallo est certainement un homme avec qui le défunt président de l’Assemblée nationale a partagé ses certitudes, ses doutes et ses ambitions ; une personne avec qui il a étroitement travaillé pour répondre à la question « où allons-nous » ? En gros, il faut à l’Assemblée nationale un président qui a une parfaite connaissance des dossiers de la maison, dans la lettre et dans l’esprit."
    J’espère que vous ne pensez pas à Maître SANKARA B Stanislas pour cette succession. Vous estimez donc que tous les députés ne sont pas au même niveau de connaissance des différents dossiers. Le MPP a gagné les élections (présidentielles, législatives et municipales) et c’est le MPP seul qui sera comptable des cinq (05) ans de mandat. Point barre. Pas un autre parti politique. Le MPP doit s’assumer pleinement. Arrêtons ça. Évitons les trafics d’influence même à distance. Dieu a toujours assisté le Burkina et il le fera encore.

  • Pour moi c’est simple. La plus pertinente compostion de l’équipe dirigeante de l’AN, c’est prendre maître Benewendé SANKARA comme président, un député MPP comme vice-président et le reste conserve leur place, En réalité l’homme de situation actuelle c’est ce monsieur là, car il est politiquement mur, il a de la carrure pour ce poste.
    Le premier intervenant n’est pas de bonne foi car si le MPP ne tient pas compte de cette réalité, il risque même l’échec de son mandat alors que les honnêtes citoyens ne souhaitent que le succès de l’équipe dirigeante actuelle.
    En tout cas que Rock prenne cela en compte.
    Victoire au peuple !
    Que Dieu vienne toujours en aide ! AMEM !

  • ce sont des politiciens fabriqués et non pas formés comme Salif et Roch qui sont à l assemblée et au gouvernement. À force de se combattre en sourdine ils n ont pas pris la peine de secreter politiciens capable de prendre leur place.

  • Je suis pour Maître B. Sankara. Au delà de la politique c’est quelqu’un qui pourra dire la vérité à toute dérive que viendrait coucher le gouvernement Kaba. Il est le seul qui a lutter franchement et honnêtement contre les 27 ans de règne de Blaise Compaore. L’homme n’est jamais dix mais il pourra nous amener à croire que Salifou DIALLO est toujours présent.

    • c’est faut.sois descent dans tes propos.benewende n’est qu’un lâche.que fait il du dossier dabo et sankara tout en sachant que salif diallo y est pour quelque chose ?

  • Je suis content d’avoir des nouvelles de mon ami "Kôrô Yamyélé" même si je ne partage pas son avis sur son choix de quitter notre beau pays.
    Pour moi, le meilleur candidat est Monsieur Jacob OUEDRAOGO. C’est le successeur naturel de Salifou DIALLO.
    Mais attendons le vote.

  • Il vaut mieux ne pas chambouler l’assemblée nationale, ça peut créer un désordre qui sera difficile à maitriser.Donc comme certains de mes devanciers, maître Bénéwendé est l’homme de la situation. Mais il sera nécessaire de ramener Lassané Sawadogo dans le gouvernement pour mieux canaliser l’électorat du nord et ne pas les laisser à la merci des opposants embusqués. Yacouba Ouedraogo pourra occuper la première vice présidence de l’assemblée nationale. Quant à l’internaute marie, une femme réac., et mon ami kôrô yamiélé, ils doivent commencer à faire leurs valises.

  • la logique voudrait que ca soit maitre sankara, alors je valide pour maitre sankara !

  • Kôro Yam Yélé, il faut parler comme un Kôrô. Tu connais bien les politiciens. Evite de t’appuyer sur ces gens pour jurer. Le choix de Maître Sankara n’est pas à négliger. Il est bien capable d’occuper le perchoir. S’il quitte la coalition avec ses 5 députés, ce sera difficile pour Rock de gouverner. Le MPP peut bien garder le statut quo pour sauver les meubles car le décès de Gorba a été un séisme dont le parti prendra du temps à se remettre. Même si je ne crois pas au choix de Maître Sankara, cela reste une éventualité qu’il ne faut pas négliger en politique. Parole de ton bon petit frère.
    Salut à toi Kôrô.

  • je suis pour benewendé, celui qui veut il peut décider de rouler à coté ou quitter même le monde, on s’en fou, point barre !

  • Oh la la qui a dit que Salifou parlait pour le peuple ?
    Et les nominations hasardeuses pour satisfaire sa propre personne !
    L’argent qu’ils ont siphonné depuis belle lurette n’appartient-il pas au peuple ?
    Ces gens-là n’ont jamais pensé au peuple !
    La preuve voyez le magot qu’ils ont claqué pour l’enterrement ! On est ou ça à HOLLYWOOD ?
    SANKARA, je parle du vrai SANKARA DOIT PROBABLEMENT SE RETOURNER DANS SA TOMBE !
    Au lieu de sécurité : des pandores qui risquent leurs vies sans matos (torche de 500 F CFA) on fait des dépenses incongrues !
    SI LE NOUVEAU PAN FAIT COMME SALIFOU LE PAYS COURS A SA PERTE !

  • Kilachiu Laurent BADO.

    avantages : - il pourra mettre de l’ordre
    - il pourra lutter contre la corruption qui est notre principal mal
    - il a une vision claire de notre voie pour le développement

    désavantages : - il a la réputation de mal parler et d’injurier, mais est ce vraiment un désavantage, surtout quand tu dis la vérité ?

  • IL ES BON DE LAISSER A ROCH de voir qui est capable de gouverner l’AN

  • C’est vrai que koro yamyélé veut changer de pays et de nationalité mais attention comme le dit les gens la politique peut nous réserver des surprises..Par contre je pense que le MPP a intérêt a vraiment gouverner un parti c’est l’esprit et les idées je dirai l’idéologie et non l’homme sinon le départ du président chamboule tout et le parti s’en va !!!vendredi c’est dans 2 jours donc les dés sont lancés..

  • si le président veux la vérité et pour revenir au pouvoir il faut remettre la présidence au nord

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés