Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Ôter une mère à son fils, c’est lui ôter plus qu’on ne peut lui rendre.Jean-Jacques Rousseau» 

Fonds pour la jeune création francophone : Plus de 4 00 millions pour soutenir les jeunes auteurs du cinéma et de l’audiovisuel

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Tiga Cheick SAWADOGO • vendredi 2 février 2018 à 15h09min
Fonds pour la jeune création francophone : Plus de 4 00 millions pour soutenir les jeunes auteurs du cinéma et de l’audiovisuel

Un groupe de partenaires européens et canadiens ont fait confiance au « collectif Génération Films » pour gérer le Fonds pour la jeune création francophone. C’est un projet qui vise entre autres, à soutenir l’émergencef des jeunes auteurs en Afrique francophone subsaharienne(en plus de Haïti), les écritures et dramaturgies propres aux différents territoires d’Afrique francophone. Pour 2018, ce sont plus de 400 millions de F CFA qui sont mobilisés. Les responsables étaient face à la presse ce 2 février 2018 pour expliquer les contours du projet.

Entre autre le Centre National du cinéma et de l’image animée (CNC), la Fédération Wallonie-Bruxelles, le Film Fund Luxembourg (FFL), la Société de développement des entreprises culturelles (SODEC), Téléfilm Canada, TV5MONDE…ont initié un projet porteur pour soutenir la langue française comme outil de création cinématographique et audiovisuel, et de promotion de la diversité culturelle dans les pays d’Afrique francophone subsaharienne, en plus de Haïti.

Pour ce faire, un fonds pour la jeune création francophone a été mis en place. Une initiative qui vise à soutenir l’émergence des jeunes auteurs en Afrique francophone subsaharienne, les écritures et dramaturgies propres aux différents territoires d’Afrique francophone, et ainsi renforcer le dynamisme de la création à différents niveaux : cinéma (long et court métrage), audiovisuel (fictions, séries, documentaires…) ou contenus dédiés pour le web.

Le Fonds pour la jeune création francophone se compose de trois volets. Un soutien à l’écriture et au développement de projets, un soutien à la production et enfin un soutien à la post-production. Il permettra également d’encourager la structuration d’un écosystème audiovisuel local et aidera au montage de projets dont le but est autant de rencontrer leur public localement que de viser une audience internationale.

Selon Magalie Armand du Centre national du cinéma et de l’image animée (CNC) il s’agit d’un système ouvert qui répond à des besoins. Pour le soutien au développement de projets, l’aide est accordée sous forme de prise en charge complète des frais de participation des auteurs ou producteurs sélectionnés à des formations, ateliers ou résidences d’écriture.

Quant au soutien à la production de projets, les aides financières sélectives sont accordées sous forme de subventions la première année, puis d’avances remboursables sous conditions par la suite, ceci en vue d’encourager la production audiovisuelle et cinématographique et le développement d’un écosystème local.

Le dernier volet qui concerne le soutien à la post-production vise à des accompagnements sous forme de prestations techniques au sein de sociétés de post-production et d’accompagnement par des pairs.

La gestion du fonds, la coordination de la commission sélective et le suivi des projets sont confiés au collectif Generation Films, société de production de film burkinabé dont le but est de promouvoir et d’augmenter la quantité et la qualité de productions africaines. Selon Moussa Sawadogo de Generation Films, c’est un honneur et une confiance faits au Burkina Faso et singulièrement aux acteurs du cinéma du pays des hommes intègres.

Pour les conditions, les projets et leurs auteurs/producteurs doivent être originaires d’Afrique subsaharienne francophone et Haïti, soit d’un ou plusieurs pays suivants. Le premier appel ouvert le 15 décembre 2017 prend fin le 1er mars 2018.

Les candidatures doivent être déposées en ligne, avant la date limite, sur la plateforme du site : www.jeunecreationfrancophone.org

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion des finances publiques : Le ministère de l’économie organise une conférence publique sur le budget de l’Etat, exercice 2019, le mercredi 23 janvier 2019
Microcrédit : Children’s Fund of Canada célèbre ses résultats avec les femmes de Nagreongo
Rentrée fiscale 2019 : « En 2019, on a créé un seul nouvel impôt », Adama Badolo, directeur général des impôts
Economie : « La polémique ne peut faire évoluer une monnaie », selon le Gouverneur de la BCEAO
Rétrospective 2018 : Une année difficile pour le secteur informel
Ministère en charge du Commerce : 12 206 entreprises ont vu le jour en 2018
20e Conférence annuelle des services du trésor : Des recommandations pour une meilleure gestion des finances publiques
Dépenses fiscales : Le Centre d’études et de recherche appliquée en finances publiques pour plus de transparence
Economie : Les industries d’huilerie se meurent à Bobo-Dioulasso
Economie : La Société Générale Burkina Faso (SGBF) innove à Bobo avec une seconde agence ; l’Agence Bobo Stade
Ministère de l’Economie : 156 agents décorés
20e Conférence annuelle des services du trésor (CAST) : Pour plus de transparence dans la gestion des finances publiques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés