Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Aucune cause juste ne peut être servie par la terreur. Kofi Annan» 

Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

Accueil > Diasporas • • mercredi 8 août 2018 à 22h40min
Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

Après un long processus fait de valse-hésitation, le nouveau code électoral façon MPP vient d’être voté par l’Assemblée nationale, malgré une âpre mais vaine lutte de l’opposition pour contrer ce qui apparaît aux yeux de tout observateur sincère et averti, comme la base de futures élections opaques, ouvrant la voie à des possibilités de tripatouillage, notamment pour les élections de 2020.

Ce qui apparaît de plus en plus clairement dans la gestion chaotique du sujet au sommet de l’exécutif et à travers les contradictions publiques au sein même du gouvernement, c’est que le pouvoir MPP, sous l’impulsion du président Roch Marc Christian Kaboré, cherche jusque-là ‒ tout le monde l’aura compris ‒ à restreindre massivement la participation des Burkinabè de l’extérieur aux futurs scrutins nationaux.
Pourquoi ce vote apparaît-il comme une menace pour le pouvoir actuel ?

Ainsi, « les promesses », la main sur le cœur du président Roch Marc Christian Kaboré, « n’engagent que ceux qui y croient » et la diaspora burkinabè, qui attend depuis plusieurs décennies de pouvoir exercer ce droit constitutionnel élémentaire de citoyen qu’est le droit de vote, serait bien avisé de regarder de près ce que leur réserve ce nouveau code électoral. Il nous montre comment Le Président tient son engagement de faire voter pour la première fois en 2020, les Burkinabè vivant à l’extérieur. C’est-à-dire le moins possible.

Pour aller à l’essentiel, deux dispositions phares de ce nouveau code portant sur le vote des Burkinabè de l’extérieur posent problème et inquiètent l’ensemble de la diaspora. Ces 2 dispositions concernent les documents qui seront admis pour voter, à savoir le passeport et la CNIB et les lieux où seront ouverts les bureaux de vote, à savoir les ambassades et Consulats Généraux.

Il ne faut pas être un génie pour comprendre que l’impact de ces deux dispositions du nouveau code électoral, va réduire à une peau de chagrin le nombre des Burkinabè de l’extérieur qui pourront exercer ce droit que la constitution leur reconnaît. Mais les pouvoirs qui se sont succédés depuis 2009, date de la 1ère loi électorale promettant ce vote aux Burkinabé de l’extérieur, ont jusqu’ici allègrement piétiné ce droit, quelquefois avec le soutien et la compréhension bienveillante de certains Burkinabé de l’extérieur eux-mêmes.

Voyez par vous-mêmes.

La restriction du droit de voter, réservée uniquement aux détenteurs d’une CNIB ou d’un passeport, va exclure automatiquement tous ceux qui n’en ont pas et à qui il ne sera pas possible de se rendre au Burkina pour se faire établir ces documents d’ici 2020 - pour raison économique, pour raison professionnelle, pour raison de santé, et tous ceux qui, partis depuis longtemps du Burkina, n’ont plus de cellule familiale d’accueil au pays pour y revenir dans des conditions acceptables (sans pour autant avoir renoncé à leur nationalité), etc...

Au-delà des difficultés liées aux conditions mêmes d’établissement d’un certificat de Nationalité, le coût financier d’un aller-retour au Burkina pour faire une CNIB ou un passeport constitue un sérieux handicap pour les individus et leurs familles.

Cette restriction va donc concerner des millions d’électeurs (environ 2 millions ne serait-ce qu’en RCI et plus de 1 million au Ghana pour ne citer que ces deux exemples).
Ces millions d’électeurs sont en droit d’attendre de leur pays et de leurs gouvernants, des mesures concrètes pour leur facilité l’accès à leurs droits fondamentaux.

Si le Président du Faso ne veut pas que son engagement sur ce sujet, tant de fois réaffirmé, donne l’image d’une montagne qui a accouché d’une souris, il doit trouver les voies et moyens pour lever cette injustice et cette nouvelle trahison de la confiance des millions de Burkinabè de l’extérieur qui ne sont pas moins Burkinabé parce qu’ils vivent en dehors de nos frontières.
Qui ne sont pas citoyens uniquement quand ils doivent s’acquitter de leurs devoirs et s’abstenir de l’être quand vient le moment de jouir normalement de leurs droits.

Pour illustrer cette injustice aux yeux de tous ceux qui pensent que ce n’est pas si grave que ça, regardez combien de temps et à quel prix nos frères et voisins du Mali ont rendu possible la participation du Nord de leur pays aux mains des djihadistes aux élections nationales. . Et pourtant, il eut été plus facile d’admettre que l’organisation des élections y était impossible et de priver ainsi, tout comme notre code électoral veut le faire, des millions de Maliens du droit élémentaire de participer aux scrutins nationaux.

2 ou 3 bureaux de votes par pays de résidence des Burkinabè de l’extérieur :

Le pouvoir MPP veut empêcher le plus grand nombre possible de Burkinabè de l’extérieur de prendre part aux scrutins à venir. C’est le contraire qu’on attendait de lui et du président Roch Marc Christian Kaboré. Si les 1 à 2 millions de Burkinabè installés en RCI par exemple, devaient se déplacer pour voter dans leur ambassade ou dans leur Consulat en une journée, il ne faut pas être un grand devin pour imaginer l’impossibilité technique d’organiser un scrutin dans ces conditions.

Comment recevoir une telle marée humaine dans une ambassade et un Consulat aussi vastes soient-ils. N’est-ce pas là la preuve que le pouvoir MPP espère un nombre de votants ridiculement bas ? Cherche-t-il à décourager les Burkinabè de l’extérieur de prendre part aux scrutins à venir, eux qui, dans leur immense majorité, souhaitent un vote transparent, accessible à tous et donc massif ?

Pourtant, ce gouvernement ne manque pas d’informations pour connaître la détermination de la diaspora. L’élection des délégués CSBE, on le sait, a été pour lui un test grandeur nature pour jauger cette détermination, mesurer la capacité de la diaspora à se mobiliser pour un scrutin et surtout pour savoir jusqu’où cette communauté lui est favorable ou non.

Cette élection des délégués CSBE et la tenue en catastrophe du forum de la diaspora en juillet à Ouagadougou, sont à classer dans la catégorie « offensive de charme à l’adresse de la diaspora » mais aussi galop d’essai. Les Burkinabè de l’extérieur ont montré dans la plupart des pays où ces votes se sont tenus, un esprit d’indépendance et une extraordinaire capacité à résister aux méthodes habituelles de dévoiement des votes.

Quant à l’inscription sur les listes électorales, notamment pour ce qui concerne notre jeunesse, les propositions du gouvernement pour gérer l’arrivée massive de ces jeunes en âge de voter et leur enrôlement laissent sans voix.

Informer les électeurs de leurs droits par sms pour une population dont on ne sait pas combien détiennent des téléphones, ni qu’elle est leur aptitude à utiliser ce mode de communication et dont on sait par ailleurs qu’une frange non négligeable est analphabète, c’est faire preuve soit d’un incroyable cynisme, d’un amateurisme ou d’un impardonnable refus de prendre en compte les réalités sociales de notre pays et de sa diaspora en particulier.

Les Burkinabè de l’extérieur étaient déjà des sous-citoyens parce que privés d’un des piliers qui fondent la citoyenneté, le droit de s’exprimer par le vote. Le nouveau code électoral va établir deux catégories de Burkinabé de l’extérieur. Ceux qui auront le droit de voter et ceux à qui il va falloir expliquer leur condition de sous-sous-citoyens. Ce n’est bien évidemment pas le changement ce que les Burkinabè attendaient.

Ceux qui se répandent dans la presse avec des arguments trompeurs, manipulateurs, favorables à un vote minimaliste de la diaspora et qui laissent croire que la carte consulaire a été écartée parce qu’il y a déjà dans la nature un nombre incalculable de cartes consulaires falsifiées, passent sous silence le fait que la durée de validité de la carte consulaire est de 2 ans et que donc la quasi-totalité des détenteurs actuels de cette carte, seraient amenés à la renouveler avant les élections de 2020.

De même, ceux qui prétendent que la carte consulaire ne prouve pas la nationalité, ignorent ou font semblant d’ignorer que son établissement est conditionné par la présentation d’un Certificat de nationalité burkinabè.
À moins que ce gouvernement ne s’avoue incapable de nous protéger contre la fraude et le trafic massif de faux documents, cet argument n’est donc pas recevable pour justifier du refus de prendre en compte la carte consulaire comme document de vote.
Alors ?

Qu’est-ce qui fait peur au pouvoir MPP et ses alliés sinon le vote massif lui- même de la diaspora et la perspective que ce vote ne lui soit défavorable ?

Nous dénonçons :

1) La volonté de l’exécutif du Faso de tenir seulement du bout des lèvres son engagement de rendre effectif le vote de la diaspora

2) La volonté du gouvernement de faire du vote des Burkinabè de l’extérieur un vote juste symbolique, un vote minimaliste et donc, une tromperie pour l’immense majorité de la diaspora

3) Les conditions fixées dans le nouveau code électoral qui excluent du droit de voter, tous ceux parmi les Burkinabè vivant à l’extérieur qui ne pourront pas se rendre au Burkina pour faire établir ou renouveler un passeport ou une CNIB ou qui ne pourront pas se déplacer le jour du vote dans leur ambassade ou leur consulat général

4) Le manque de transparence dans l’établissement des listes électorales et l’absence de dispositions claires et accessibles à tous pour faciliter l’inscription des futurs électeurs sur ces listes

Demandons au gouvernement

1) de tout mettre en œuvre pour que tout Burkinabè vivant à l’étranger puisse renouveler ou faire établir dans son ambassade ou son consulat général l’une des pièces requises pour voter, sans pour cela devoir se déplacer au Burkina.

2) d’assumer sa responsabilité à l’égard des citoyens vivant à l’extérieur, en facilitant l’accès aux bureaux de votes par la création de ces bureaux au plus près des lieux de résidence des électeurs, tout comme nos pays frères du Mali, du Sénégal et bien d’autres sur le continent africain, l’ont courageusement fait pour leur diaspora.

Appelons l’ensemble des Burkinabè à se mobiliser pour que le vote des Burkinabè de l’extérieur soit effectif, inclusif et permette au plus grand nombre possible de nos compatriotes vivant à l’étranger, d’exprimer librement leur citoyenneté dans des conditions équitables et justes.

Fais à Paris le 7 août 2018

La Fédération UPC de France

Vos commentaires

  • Le 8 août à 21:37, par L’ancêtre En réponse à : Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

    Evitez de désinformer les gens. Le gouvernement n’a pas donné encore les modalités d’établissement des CNIB pour les burkinabè de l’extérieur (peut être que l’ONI va se déplacer). Si vous êtes de bonne foi vous savez que pour avoir un passeport il ne faut pas se rendre obligatoirement au Burkina, on peut passer par les ambassades. Ensuite vous devez plutôt appeler le gouvernement à faire se déplacer les techniciens de l’ONI pour établir les CNIB à l’extérieur du BF.
    Jusqu’à demain la carte consulaire n’est pas fiable partout. Certaines cartes sont délivrées juste parce que telle personne porte un nom de famille à consonance burkinabé, d’autres sont délivrées par complaisance. Et si vous dites qu’il est difficile d’obtenir un certificat de nationalité et une CNIB dites moi comment ceux qui ont la carte consulaire ont pu obtenir ces cartes.
    Une carte qui marque son appartenance à un pays doit être délivrée sur la base d’un certificat de nationalité. L’acte de naissance n’est pas un document suffisant. Ceux qui ont la carte consulaire ont soit un passeport, CNIB ou un certificat de nationalité.
    Enfin concernant les lieux de vote nous sommes à la première expérimentation, il ne sert à rien d’ouvrir des bureaux de vote à tout vent. Si on ouvre les bureaux de vote dans tous hameaux de culture dans les pays étrangers, ça sera la même opposition qui va crier au risque de fraude. Tout le monde sait que l’opposition en tout cas en Afrique n’arrive même pas à mettre des représentants dans les bureaux de vote au Burkina et voilà qu’elle demande d’ouvrir plus de bureaux à l’étranger. Ces cris cachent mal quelque chose de flou. Quelqu’un a un intérêt dans l’usage des cartes consulaires sinon, je ne comprends pas.
    L’ancêtre

    Répondre à ce message

  • Le 8 août à 21:38, par Nabiiga En réponse à : Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

    Lesquels ? Lesquels sont, ou se sentent trahis ? Et qu’est -ce que vous en savez ? Comment êtes-vous arrivé à cette conclusion ? Je crains fort que UPC ne soit pas le porte parole de la diaspora Burkinabè et est donc prier de s’abstenir d’agir dans cette direction. Point barre
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 8 août à 22:13, par ADK En réponse à : Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

    "Le nouveau code électoral va établir deux catégories de Burkinabé de l’extérieur. Ceux qui auront le droit de voter et ceux à qui il va falloir expliquer leur condition de sous-sous-citoyens". CETTE PARTIE ATTIRE MON ATTENTION. EST CE QUE TOUS LES CODES ELECTORAUX DEPUIS L’INDEPENDANCE N’ONT PAS ETABLIS DEUX CATEGORIES DE BURKINABE ? OUI. CEUX QUI ONT L’AGE DE VOTE ET CEUX QUI NE L’ONT PAS.
    A MON HUMBLE AVIS, LE DEBAT DEVRAIT ETRE FOCALISE SUR LES BUREAUX DE VOTE AFIN DE PERMETTRE AU GRAND NOMBRE DE VOTER. LE RESTE C’EST DU DILATOIRE

    Répondre à ce message

  • Le 9 août à 01:01, par YAAM SOBA En réponse à : Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

    Internaute "l’ancêtre" vous dîtes que la carte consulaire biométrique n’est pas un document fiable. C’est archi faux. La carte consulaire est délivrée par nos autorités, notamment le ministère des affaires étrangères. À l’arrière de la carte il est écrit "ce document tient lieu de cnib".
    Dire que ce document n’est pas fiable c’est traiter nos compatriotes détenteurs de cette carte d’apatrIdes. Et c’est dangereux.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août à 06:40, par Mafoi En réponse à : Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

    Mes chers griots upcistes de la diaspora française,il faudra d’abord demander à votre cher président Zephirin Diabré les raisons de son revirement spectaculaire.En effet comme si c’était hier,il était farouchement contre l’utilisation de la carte consulaire pour les votes des Burkinabè de l’extérieur et dans son mémorandum qu’il donna le 19 novembre 2013 à celui qui est devenu depuis bilaise kouassi né compaoré,le même Zéphirin Diabré écrira noir sur blanc et en souligné que :
    "L’opérateur retenu(pour la confection de ces fameuses cartes consulaires biométriques),ne parait pas offrir toutes les garanties de compétence,de neutralité et de probité pour qu’on mette ainsi à sa disposition l’important fichier des burkinabè de Côte d’Ivoire".
    Alors question :
    Etant donné que rien à changer depuis lors puisque c’est toujours le même opérateur nommé snedai groupe et qui est dirigé par monsieur Adama Bictogo,un très,très,très proche et fidèle ami de Allassane Dramane Outtara qui fait ces cartes,qu’est ce qui convainc maintenant votre Zéphirin Diabré du bien-fondé de ces cartes consulaires pour qu’on s’en serve dans nos élections ?
    Enfin,lorsque dans votre longue litanie pour justifier l’utilisation de cette fameuse carte consulaire vous dites entre autres et je vous cite :
    "et tous ceux qui,partis depuis longtemps du Burkina,n’ont plus de cellule familiale d’accueil au pays pour y revenir dans des conditions acceptables(sans pour autant avoir renoncé à leur nationalité),etc...",je me demande si vous êtes des gens sérieux.Comment des individus qui n’ont pas de liens familiaux au Faso,n’ont jamais mis les pieds au pays peuvent s’intéresser à nos votes ?
    En réalité votre manœuvre consiste à faire
    Conclusion,dites humblement à votre Zéphirin Diabré d’arrêter de se faire manipuler par le cdp,adf/rda etc... qui ont bien leur agenda très caché sinon il passera pour être le dindon de la farce en 2020.
    A bon entendeur,salut !

    Répondre à ce message

  • Le 9 août à 07:37, par papa En réponse à : Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

    En fait pourquoi l´UPC fait de ce vote des Burkinabe de l´exterieur une guerre personnelle ? Les Burkinabe de l´exterieur appartiennent-ils a l´UPC ? En quoi l´UPC est-il si confiant que les votes de la diaspora est en sa faveur jusqu´a se donner une telle agitation ? Finalement vous etes si obsede´ de ce vote de la diaspora que vous ne vous rendez meme plus compte que vous etes ridicules .

    Répondre à ce message

  • Le 9 août à 11:41, par j’aime mon pays En réponse à : Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

    Vous parlez de restruction le nombre de votant quand vous dite : "Il ne faut pas être un génie pour comprendre que l’impact de ces deux dispositions du nouveau code électoral, va réduire à une peau de chagrin le nombre des Burkinabè de l’extérieur qui pourront exercer ce droit que la constitution leur reconnaît." Donc votre objectif c’est de faire en sorte que beaucoup puisse voter meme s’ils ne sont pas des Burkinabés alors. Si non, pourquoi attaquer la nouvelle loi du code electoral qui dit prendre cette disposition pour eviter que des non-Burkinabé ne se glisse parmis les votant vu que toute la dispora Burkinabé ne dispose pas d’une carte biometrique ?
    Et dite moi si, sans le vote de la dispora Burkinabé, serait-il impossible d’organiser les elections afin que le peuple vivant dans le pays choisse le President qui puisse repondre a leur aspiration ?
    Epuis, si vous comprenez qu’en democratie, on n’est pas obligé de voter ou est le probleme meme si on limite le nombre de votant ou si malgré le fait de vouloir voter on n’y arrive pas ?
    Si vous n’avez aucune garantie que les voies de la dispora se porteront sur vous, en quoi leur restruction en nombre vous inquiete ?
    Dite moi si le nouveaux code electoral exclu le vote de la dispora Burkinabé ? SI non, ou se trouve le probleme ? Dites nous pouquoi au temps de Blaise vous n’avez pas pu forcer le pouvoir de faire voter la dispora Burkinabé ? N’etiez vous pas l’oposant le plus fort ? On ne vous a jamais vu sortir pour dire non du fait de l’impossibilite de voter de la dispora. Dite moi, si vous Zepherin, vous avez refuger de voter parce que la dispora n’avait pas la possiblité de voter ? Donc, si vous, vous avez accepter voter alors que la dispora pendant 27 ans ne pouvait voter, c’est la preuvre palpable que la vie democratique d’un pays ne depend pas d’une dispora mais du peuple vivant dans le Pays.
    Vous n’ete plus un opposant credible.

    Répondre à ce message

  • Le 9 août à 12:45, par Vraiment En réponse à : Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

    """La restriction du droit de voter va exclure tous ceux qui, partis depuis longtemps du Burkina, n’ont plus de cellule familiale d’accueil au pays pour y revenir dans des conditions acceptables (sans pour autant avoir renoncé à leur nationalité), etc."""
    ’’’’’’Nous dénonçons ...les conditions fixées dans le nouveau code électoral qui excluent du droit de voter, tous ceux parmi les Burkinabè vivant à l’extérieur qui ne pourront pas se rendre au Burkina pour faire établir ou renouveler un passeport ou une CNIB ou qui ne pourront pas se déplacer le jour du vote dans leur ambassade ou leur consulat général’’’’’’’’’’’

    Vous faites du bruit pour rien. Que celui qui n’a plus de cellule familiale d’accueil au pays pour y revenir dans des conditions acceptables, ne veuille pas décider de qui va gouverner ce pays parce que, contrairement à ce que vous dites, il a renoncé à sa nationalité.
    Le Burkina ne sera pas votre terre d’expérimentation dans l’élection d’un Président qui ne connait pas son pays. Donc, votez avec ces conditions ou ne votez pas.

    Répondre à ce message

  • Le 10 août à 06:18, par SOME En réponse à : Diaspora : « Le nouveau code électoral trahit la confiance des Burkinabè de l’extérieur… » (Fédération UPC de France)

    L upc me dénombre chaque jour que ce parti n est pas a la hauteur de ses ambitions de diriger le pays. Diabète et sa clique sur avéré b être qu un politicard incompétent. Le plus décevant c est il ne veut rien apprendre des expériences passées. A moins que ce ne soit la mauvaise foi manifeste de politique politicienne. Dans les deux cas il a démontré avec son entourage que son parti n est pas encore mur et mur pour diriger le pays.
    Vous a Paris la bas votre écrit est une honte pour vous
    SOME

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Vote des burkinabè de l’extérieur : La CENI rencontre les Burkinabè vivant au Nigeria
Mission d’information de la CENI en Côte d’Ivoire : Face à face entre le commissaire Elysée Ouédraogo et les Burkinabè d’Abidjan
Vote des Burkinabè de l’extérieur en 2020 : Vienne accueille une mission de la CENI
Perspective 2020 : Les Burkinabè du Ghana ont reçu la visite d’une délégation de la CENI
Politique : « Blaise Compaoré reste un président emblématique pour bon nombre de Burkinabè vivant aux USA » (Marcel Yaméogo, section CDP de New-York)
Diaspora : La communauté burkinabè au Gabon souhaite la bienvenue à l’ambassadeur Saïdou Zongo
Coopération turquo-burkinabè : Le nouvel ambassadeur Brahima Séré a rencontré la communauté burkinabè de Turquie
Diaspora : L’Organisation du Traité d’Interdiction Complète des essais nucléaires compte dans ses rangs deux inspecteurs burkinabè
Conseil supérieur des Burkinabè de l’extérieur : Gaëtan Ouédraogo officiellement installé comme représentant des Burkinabè de trois pays
Rencontre entre les expats burkinabè en Grande Bretagne et leur ambassadeur : Les appels à la solidarité nationale de l’ambassadeur Zaba
Rencontre entre les expats burkinabè en Grande Bretagne et leur ambassadeur : Les appels à la solidarité nationale de l’ambassadeur Zaba
Célébration de la Journée du Burkina Faso en Italie
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés