Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il n’y a point de bonheur sans courage, ni de vertu sans combat. Jean-Jacques Rousseau» 

Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

Accueil > Actualités > Société • • mardi 11 septembre 2018 à 23h43min
Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

Une foule en colère a tué tôt mardi [le 11 septembre 2018], un présumé assassin, malgré la vive opposition de la police de Pama qui l’avait recueilli, a constaté sur place un journaliste de l’Agence d’information du Burkina (AIB).

Des manifestants en colère ont encerclé tôt mardi, le commissariat de police de Pama pour exiger qu’on leur remette, un présumé assassin.
Malgré la vive opposition des agents, la foule de plus en plus nombreuse a réussi à extirper le suspect avant de le tuer.

Selon plusieurs témoins, le présumé assassin avait réussi dans un premier temps à se réfugier à la gendarmerie de la ville.
Mais sous la pression des manifestants, il a continué au commissariat en brandissant une arme.

Un témoin oculaire a raconté à l’AIB, que le suspect a abattu à bout portant dans la nuit, un paysan dans un hameau de culture, situé à trois km de Pama.
Il semble que le suspect a surpris sa fille avec le neveu du paysan. Il l’a menacé avec une arme.

Le paysan accompagné du témoin oculaire, l’avais rejoint au champ pour se plaindre de son attitude.
On rappelle que sept militaires burkinabè ont été fauchés par une mine artisanale le 28 août, alors qu’ils se rendaient à Pama pour épauler la gendarmerie attaquée par des assaillants.
Le lendemain, c’est un campement de chasse de la même localité qui a été saccagé par des inconnus.

Agence d’information du Burkina

Vos commentaires

  • Le 11 septembre à 19:01, par Yako En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    C’est bizarre cette histoire là,le commissariat ou gendarmerie sont des refuges sûrs pour quelqu’un risquant sa vie,mais face à la pression de la foule les pandores mouillent et il rejoint le commissariat qui a tout de même eu le temps matériel pour l’exfiltrer mais hélas.Conclusion : Qui as tué ce présumé assassin,police/gendarmerie ou la foule en fin de compte ?Bien sûr le contexte sécuritaire ne facilite pas le job des FDS pas pour autant...

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 19:18, par Le président du collectif des aigris En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    C’est bien fait. Parce que la peine de mort a été supprimé, chacun pense qu’il peut enlever impunément la vie d’autrui, puis courir se cacher au commissariat et après se la couler douce en prison.C’est trop facile ça. œil pour œil, dent pour dent.C’est papa de quelqu’un il a été, peut être même le pilier d’une famille.Fin de chapitre.On referme le livre et la vie continue...

    Répondre à ce message

    • Le 12 septembre à 06:06, par papa En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

      Merci a toi le president du collectif des SAGES:tu as tout dis. prochainement il n´yaura plus de demi-mesure pour des assassins .Oeil pour oeil dent pour dent.

      Répondre à ce message

      • Le 12 septembre à 08:56, par Kouda En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

        Même quand on est favorable à la peine de mort, on ne devrait jamais encourager les populations à se rendre justice elles-mêmes. Vous rappelez-vous le capitaine de l’armée ghanéenne lynché par la foule car une femme l’aurait pris pour un voleur ? Le défunt capitaine a dit à la foule qu’il est militaire, qu’il commande le détachement de l’armée stationné dans la localité et il portait son arme de service sur lui mais cela n’a pas empêché la foule de le lyncher.
        Une fois, à Cissin, des voleurs ont dépouillé un conducteur de camion qui est arrivé au petit matin. Après leur forfait, les voleurs l’ont déshabillé. Lorsque la victime a tenté de resister à la fin de la sale besogne des voleurs, ceux-ci ont crié "au voleur" et ont disparu. Des personnes qui allaient à la prière du matin ont lynché le pauvre monsieur. D’autres personnes arrivées après ont cherché à comprendre qui et quoi la victime a volé ? Personne n’était capable de répondre. Ce n’est que quelques instants après que les lyncheurs ont connu l’histoire... puisqu’ils ont découvert que le monsieur est conducteur de camion, est rentré tard et a été dépouillé par des voleurs qui l’ont fait lyncher.
        Ces deux histoires malheureuses et révoltantes pour vous dire que nous devons travailler à avoir une justice qui fonctionne bien et qui est la seule à dire le droit. Dans l’esprit de beaucoup de personnes, il n’y a pas de suspect : on est forcément coupable lorsqu’on est accusé de quelque crime. Quand la presse a demandé à un monsieur qui était parmi ceux qui ont voulu lyncher l’artiste Adja Divine, "qu’est ce qu’elle a fait ?", celui-ci a répondu, si les gens l’accusent c’est qu’il y a forcément quelque chose. "papa", voulez-vous confier notre justice à ce genre de personnes ?
        Nul, ni vous ni moi, n’est à l’abri d’un lynchage par suspicion fausse ou par fausse accusation ou encore par règlement de compte. N’attendons pas que cela nous arrive ou arrive à un être qui nous est cher avant de chercher à changer.
        Vous êtes contre l’abolition de la peine de mort ? C’est votre droit. Je respecte votre opinion. Je vous conseille, si vous tenez tant à ré-instituer la peine de mort au Burkina Faso à initier une pétition en ce sens pour que le gouvernement organise un référendum pour trancher la question.

        Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 19:30, par time will tell En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    hé, burkinabè !!!! la pluie vous bat, et vous vous battez !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 11 septembre à 20:07, par YIRMOAGA En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    La méthode Camerounaise est en expérimentation au Faso ? Extraire les criminels dans les locaux de la Gendarmerie ou du Commissariat et brûler vif ? La justice est ainsi rendue et plus d’instruction et on gagne en temps ? Plus de plaignants à l’issu de cette sentence ?
    La méthode est intéressante de mon point de vu.
    Que pensent les mouvements des droits des délinquants ?

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 02:49, par War En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    La peine de mort est aboli mais les vengeances populaires d’execution existe toujours.si vous tuez vous serez tue par les parents et amis de la victime dans une vendetta sanglante.la peine de mort est dissuasive et existe dans des grands pays comme les usa,la chine la russie....et reduit les risques de vengeance familiale.il fallait le maintenir et ne pas l’appliquer car l’assassinat par masse populaire existe comme voie de vengeance.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 06:43, par Ultima R2 En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    La léthargie de la justice poussera tôt ou tard à cette forme de justice populaire. Dommage qu’on en arrive à ce point, mais la patience des victimes a aussi des limites. Et si c’était une nouvelle forme d’insurrection ? ... en attendant le réveil des robes noires.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 07:49, par Oeil pour oeil, dent pour dent En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    Abolition de la peine de mort au Burkina Faso effective maintenant. Par consequent, si tu tues mon parent de façon deliberée, alors on va tout faire pour te tuer aussi quelque soit là où tu vas rentrer, même dans un camp militaire. A son temps, nous avions plaidé qu’on ne touche pas à la peine de mort pour son abolition. Voilà les consequences immédiates. Si tu tues mon parent par accident, on peut se comprendre mais tu prepares minutieusement ton coup comme l’ont fait les Blaise Compaoré et Diendéré pour tuer les Tom Sank, nous, si on te prend, on va te tuer pourque tu saches que c’est douloureux, ôter la vie d’autrui comme un poulet. Avec ces conditions très dures de pollution et de maladies où pourqu’une femme tombe enceinte, ce n’est pas facile déjà. Et quand l’enfant est né il faut un parcours du combatant pour qu’il atteigne 5 ans et negocier avec le temps dans ces maladies, accidents, famine, etc. pourqu’il soit adulte. Et toi, tu viens en une fraction de seconde ôter cette vie de façon deliberée et tu veux vivre paisiblement. Tu as menti ; ta vie sera ôtée aussi.
    A bon entendeur, interdiction d’ôter la vie d’autrui comme un poulet.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 08:07, par sidsomde En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    Patientez, quand quand on va finir avec ce qui a poussé à enlever la peine de mort on risque de demander sa réintroduction.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 08:26, par taali soumaré laa maane sougri En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    La haine engendre la haine et la méconnaissance du pardon engendre la haine, l’intolérance engendre la haine, brûler la cour familiale d’un politicien, d’un bandit, d’une personne fautive sans daigner avoir de la pitié engendre la haine. Refusez de pardonner en prétextant la vérité, Justice avant la Reconcialiation engendre un certain refus, une courroue et un regain de violence parfois inattendue.
    Combien d’entre eux nés en ville maîtrisent notre ou nos cultures. Décidez collectivement du mal, le malheur vous suit collectivement aussi. Alors qu’ils changent leur coeur de Pierre.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 08:36, par HAMA En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    Je pense que cela est bien en un sens mais en un autre c’est dangereux car certaines personnes pourraient être des innocentes et ce sont les enquêtes qui pourront situer les choses. Mais dans le cas où les choses sont déjà clarifiées, la justice ne faisant pas correctement son travail, les gens sont obligés de se la rendre et c’est une bonne chose pour moi. Personne n’est au dessus de la Loi. On ne peut pas tuer une personne à bout portant et vivre en paix comme ci celui qui est mort est un mouton. Je vous dis en vérité, à Bobo-Dioulasso quelqu’un a tué un jeune homme parce qu’il l’accusait de vol de bidons d’huile alimentaire (cela fait au moins quelques années au temps de la compaorose) a bout portant devant plusieurs témoins, allé se rendre aux autorités et quelques jours après cette même personne est mise en liberté. Le jeune homme avait été déjà entendu par la police.Tant que la justice ne sera pas dite pour tout le monde, celle de la rue primera et nous sommes d’accord avec cela. Maintenant l’épidémie de la compaorose est derrière nous et celui qui croit qu’il peut tuer impunément ici n’ a qu’à tenter voir. A bon entendeur, Salut !

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 08:56, par avis En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    Nous n’aurons malheureusement pas la version de la dernière victime (du commissariat). vu que c’est seulement le "témoin oculaire" qui aura l’unique version.
    Et on appel ça faire justice.

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 10:09, par caca En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    La police a encore une épine dans le pieds. Permettre un meurtre dans ses locaux est l’une des fautes plus lourdes. C’est comme si c’était une attaque terroriste dans ses locaux, sauf que la foule voulait se venger de l’un des leur. Une chose interdite par les lois de la république. Je pense que le commissaire du commissariat sera punis administrativement et les membres de cette famille sévèrement punis par la justice. Cette défiance à l’autorité républicaine ne doit pas restes impunément. L’occasion pour la justice de prendre des sanctions exemplaires parce que cette partie du Burkina échappe toujours au contrôle de l’État et cela depuis des années.
    Il faudrait encore sensibiliser l’ensemble des burkinabé en matière de la justice et le sentiment personnel de vouloir pratiquer la loi du talion. Cette conception de la justice est ressentie dans le procès en cours où les proches des victimes souhaitent rendre leur propre justice. Nous devons être capable de transformer les idées de reçue d’une société traditionnelle à un état moderne avec le droit élémentaire de chaque burkinabé. Quelque soit la faute nos commissariats ne doivent pas un lieu de combat et de règlement de compte. Il faut corriger celui qui a eu l’idée de mener la foule à investir ce lieu public.

    Répondre à ce message

    • Le 12 septembre à 15:01, par A qui la faute ? En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

      Vous prêchez dans le désert.
      Vous parlez à des gens qui ne savent pas lire, qui savent à peine qu’ils appartiennent à la république.
      Quand on dit que "l’éducation c’est la clé" c’est pour éviter tout ça. Les premiers criminels sont les burkinabè qui ont troqué le budget de l’éducation contre un train de vie de bourgeois. Cherchons Mathieu.
      Bien sûr qu’ils ont tord de faire ça. Mais allez expliquer à des gens qui attendent depuis 70 ans la manifestation d’un état fraternel...en vain.
      Rassurez-vous aucune des personnes qui lit ce forum ne posera ces genres d’actes

      Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 10:23, par Dieu est sida En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    Il faut reconnaitre que la justice est bizarre. Je me demande si des fois elle ne frustre pas les agents de la gendarmerie ou police. Surtout que ces derniers font un travail de fourmi pour épingler les délinquants. J’ai un exemple ou un certain Hippolyte Minoungou a été condamné à 36 mois de prison ferme et même pas 15 mois le monsieur se trouve dehors malgré le travail de titans déployé par la gendarmerie pour épingler ce délinquant. Pourtant ce type a commis des bêtises pas possible avec des numéros de téléphones onatel pour arnaquer des honnêtes citoyens. Imaginez-vous qu’un victime qui est très touché par son acte le quête pour se venger ? Je dirai que c’est la justice qui l’a livré. Ou bien la justice pense que les victimes ont oublié. Il se promène allègrement en ville.
    Quand vous regardez ce qui s’est passé au commissariat de Pama, certainement la population ont vu des situations similaires et ont préféré faire justice elle-même.

    Répondre à ce message

    • Le 12 septembre à 11:34, par caca En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

      Internaute Dieu est sida vous avez d’un côté raison, mais cela ne peut pas se justifier dans un pays dont ses lois sont tournées de celle de la modernité. Je sais que la justice conventionnelle ou distributive déçoit et frustre parfois, mais souvent elle rend équitablement la justice réparatrice. A ma connaissance depuis l’indépendance, la justice burkinabé n’est pas celle de la loi de talion où chacun se lève pour appliquer sa propre justice par rapport au préjudice subi. C’est un tribunal qui décide de quelle sanction à la faute après des enquêtes sur les preuves concernant la culpabilité du prévenu. En plus, quand un meurtre se passe dans les locaux d’un commissariat, il y a de quoi s’inquiéter pour la survie des représentants de l’État. Les policiers de se commissariat ne devaient pas céder à l’intimidation à la foule en colère. Il serait mieux pour eux si la foule forçait pour se venger du meurtre de leur parent. Mais des policiers qui partent chercher un gardé à vue pour remettre à ses bourreaux pour se venger, ça c’est faute lourde pour le commissariat.

      Répondre à ce message

      • Le 12 septembre à 11:55, par Kouda En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

        "Mais des policiers qui partent chercher un gardé à vue pour remettre à ses bourreaux pour se venger"
        Cela est dit exactement où dans l’article que nous commentons ?

        Répondre à ce message

        • Le 12 septembre à 16:13, par Caca En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

          Merci pour la rectification, j’ai rapidement réagi dans la colère avec tout ce qui se passe à l’Est. Je n’a pas fait attention le fond de l’article. Malgré tout c’est mauvais pour la sécurité des forces de l’ordre dans cette partie du pays. Il faut que le gouvernement et les enfants intellectuels de la région se mobilisent pour faire comprendre à leurs parents que nous sommes tous égaux devant de la loi. Que la gendarmerie et les commissariats sont des lieux de refuges pour tous. Même Israël biblique qui pratiquait la peine de mort avait des lieux de refuges pour les criminels. Néanmoins, les forces de l’ordre dans cette partie du pays doivent jouer un rôle pédagogique et de fermeté face des hors la loi.

          Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 15:40, par Kaka En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    Ah l’Homme, tu prends ton fusils, tu pars abattre un être humain tranquillement et au lieu de rentrer chez toi tranquillement, tu pars te livrer à la gendarmerie, POURQUOI. Donc tu as peur de mourir... Il fallait amener ton adversaire aussi vivant à la gendarmerie...

    Répondre à ce message

  • Le 12 septembre à 17:25, par Bougoum Mãsga En réponse à : Société : des manifestants forcent le commissariat et tuent un présumé assassin à Pama

    En prenant connaissances des faits rapportés dans cet article et en lisant certaines réactions d’internautes, on se rend compte du chemin qu’ils nous restent à parcourir au Burkina Faso.
    Et on prétend être civilisé et en république.
    Pauvres de nous.
    Parfois je me dis qu’on a vraiment les dirigeants qu’on mérite. Dites vous bien qu’avec des mentalités pareilles, le Burkina Faso ne sera jamais respecté dans le concert des nations de ce monde. Aucun partenaire en affaires ne nous fera confiance s’il n’y a aucune garantie du respect des lois dans ce pays. On restera dans le sous développement à jamais car dans le monde d’aujourd’hui il est impossible de se développer seul, n’en parlons même pas pour un pays enclavé.

    Cette logique qui pousse certaines personnes à se faire justice elles-mêmes, poussée à l’extrême, voudrait que les lois soient toutes abolies puisque personne ne les respectent. C’est serait l’anarchie qui régnerait. C’est peut être cela qu’ils veulent ?
    En effet, je trouve franchement consternant que ce soit les habitants de Pama qui se rendent coupables de tels méfaits ! Pendant que des assaillants vous endeuillent tous les jours, vous vous menacer de brûler le seul rempart (les FDS) qui vous protège contre ceux-ci ? Vous prenez d’assaut votre propre poste de police pour vous faire justice vous-mêmes ?! S’ils quittent la localité qui va vous protéger ? A moins que ce soit ça que vous voulez, qu’ils quittent la localité ? Auquel cas je dirais que vous êtes complices des terroristes et que vous voulez en fait la charia dans l’Est ? Et non nos lois Burkinabè ? J’étais sceptique quand on parlait de l’installation en cours d’une Katibah dans cette région, mais la lumière des faits récents me fait revoir mon jugement.
    Ce fait divers démontre au moins une chose, c’est que les mentalités, si elles ne sont pas favorables, elles sont au moins propices à la création d’un état islamiste dans cette partie du Burkina Faso. Ce qui est extrêmement grave et témoigne d’une faillite de l’Etat.
    Le drame c’est que pendant que des honnêtes citoyens comme nous, inquiets pour l’avenir du pays, critiquent et veulent protester contre cette situation par le biais de la marche du 29, des sbires à la botte du MPP combattent cet effort pour maintenir le statut quo.
    Comment pouvez recommander que dans cette situation, où l’on clairement que la navire Burkina est amené dans la mauvaise direction par le gouvernement MPP et court droit à sa perte (pour peu que l’on soit de bonne foi), QUE L’ON NE FASSE RIEN ?! On n’a qu’à se taire et encourager le gouvernement à nous amener à l’abattoir ? Soyez honnête une fois dans votre vie et reconnaissez la pertinence de la démarche de l’opposition ! Même les militants MPP devraient sortir pour cette marche, sinon, dites vous bien que quand le pays vont sombrer dans le chaos, vos caciques fuiront le pays comme on l’a vu après l’insurrection, et vous allez restez avec nous dans la merde qu’ils nous auront légué.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Journée internationale de la tolérance : « Il est temps pour les Burkinabè de s’en approprier », selon un groupe de 35 citoyens
Journée africaine de la jeunesse au Burkina : Action jeunesse UEMOA outille les jeunes de la Boucle du Mouhoun
Ouagadougou : Le ministère de la sécurité annonce une formation tactique au Palais des Sports de Ouaga 2000
OUAGADOUGOU : Kémi Seba lance les tribunaux populaires contre la Françafrique
Situation alimentaire et nutritionnelle : Le Comité de prévision analyse les résultats de la campagne agricole qui s’achève
Suivi des programmes de développement : Du matériel informatique pour produire des statistiques de qualité
Ministère de l’Agriculture : Du matériel roulant pour les directions régionales
Le Maouloud sera célébré dans la nuit du 19 au 20 novembre 2018
Education : Le ministère de l’Education nationale et ses partenaires privés accordent leurs violons
Appui à l’éducation au Yatenga : Des salles de classes et du matériel offerts par Educo
Journées commerciales des produits bio-équitables de la Plateforme Nationale du Commerce Équitable du Burkina Faso (PNCE-B)
Augmentation du prix du carburant : Deux Organisations de la société civile appellent à la mobilisation et l’unité dans la lutte
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés