33e journée du CILSS : Les produits forestiers non-ligneux sur la table

LEFASO.NET | Tiga Cheick Sawadogo et Fabougué Sougué (Stagiaire) • mercredi 12 septembre 2018 à 23h50min

La tradition a été respectée au CILSS (Comité permanent inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel). L’institution a célébré, ce 12 septembre 2018 à Ouagadougou, sa 33e journée. Cette édition 2018 a été placée sous le signe de la promotion des produits forestiers non-ligneux dans le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

33e journée du CILSS : Les produits forestiers non-ligneux sur la table
Les treize pays membres du CILSS (Comité permanent Inter-Etats de lutte contre la sécheresse dans le Sahel) ont en commun les caprices de la nature, exacerbés ces dernières années par le changement climatique. Dans ce contexte, ces pays, pourtant essentiellement agricoles, doivent continuellement s’adapter à la nouvelle donne et trouver d’autres moyens pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire et promouvoir leur développement.

« Au cours des 30 dernières années, la croissance de la production agricole de la région ouest-africaine a été importante.

Malgré cet accroissement considérable, l’insécurité alimentaire reste une préoccupation quotidienne avec environ 40% de la population souffrant d’une malnutrition chronique », a d’ailleurs reconnu le secrétaire exécutif du CILSS, Djimé Adoum.

À l’occasion de sa 33e journée, le CILSS a choisi de mettre en exergue un secteur qui, bien promu, peut impacter positivement sur l’alimentation et l’économie de ses pays membres : les Produits forestiers non-ligneux (PFNL).

« L’importance des produits forestiers non-ligneux dans le renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle et des moyens d’existence des ménages vulnérables au Sahel et en Afrique de l’Ouest », c’est le thème de cette année. C’est un thème qui, en filigrane, pose les difficultés que les pays du Sahel et de l’Afrique de l’Ouest rencontrent dans la promotion de ces produits. Mais par-dessus tout, c’est surtout un défi pour tous les acteurs intervenant dans le domaine de la sécurité alimentaire, en vue d’actions pertinentes et diversifiées pour une meilleure connaissance des produits forestiers non-ligneux au niveau national et une meilleure organisation de la filière.

« Le choix du thème participe d’une volonté manifeste de valoriser les produits forestiers non-ligneux issus de nos terroirs, et d’impulser une dynamique régionale à leur production, leur transformation et leur commercialisation », a expliqué le secrétaire exécutif du CILSS. Pour Djimé Adoum, il s’agit de réfléchir pour contribuer à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, et des moyens d’existence des communautés rurales et péri-urbaines des pays de l’organisation dont il a la charge.

Pour une résilience au changement climatique

Au-delà du cérémonial d’ouverture, cette 33e journée du CILSS a été marquée par une conférence publique et surtout par une exposition vente des produits forestiers non-ligneux par des associations et sociétés. À travers ces activités, les organisateurs entendaient mieux faire connaître les implications des PFNL sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle au Sahel et en Afrique de l’Ouest.

Selon le mot du secrétaire général du ministère de l’Agriculture et des Aménagements hydrauliques, Alassane Guiré, il s’agissait aussi d’expliquer aux Etats membres et partenaires, les productions et les dynamiques en cours au sein du CILSS, ainsi que dans ses pays membres.

Le secrétaire général a rappelé « qu’accroitre la diversité alimentaire, économique et écologique des paysages forestiers constitue un élément clé pour renforcer la résilience des ménages ruraux et par conséquent leur sécurité alimentaire et nutritionnelle ».

Par contre, pour que les PFNL contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle et à la création de revenus au profit des ménages, Alassane Guiré a préconisé plus d’engagement, plus de soutien technique, financier et infrastructurel. En la matière, il a précisé que le concours des acteurs de la recherche est nécessaire pour améliorer la productivité et accroitre la disponibilité des produits en toute saison.

Déjà, le secrétaire exécutif du CILSS, Djimé Adoum, a rassuré que son organisation s’engagera aux côtés du Burkina et des autres pays membres, pour la mutualisation des actions en vue de relever les défis.

Tiga Cheick Sawadogo
Fabougué Sougué (Stagiaire)
LeFaso.net

Portfolio

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés