73e session de l’ONU : Une opportunité pour le Burkina de renforcer la coopération avec d’autres pays

LEFASO.NET | Nicole Ouédraogo • jeudi 13 septembre 2018 à 23h45min

La 73e session ordinaire de l’Assemblée générale des Nations unies s’ouvre le 18 septembre prochain, à New York. À quelques jours de l’ouverture de ce grand rendez-vous entre États, placée sous la présidence du ministre des Affaires étrangères de l’Équateur, Maria Fernanda Espinosa Garcés, le Centre d’information des Nations unies (CINU) et le Ministère des affaires étrangères et de la coopération (MAEC), ont animé une conférence de presse conjointe ce jeudi 13 septembre 2018, sur cette 73e rencontre et la participation du Burkina.

73e session de l’ONU : Une opportunité pour le Burkina de renforcer la coopération avec d’autres pays
Le chargé du bureau du CINU, Emile Kaboré, a d’abord campé le décor en rappelant que l’ONU, qui a vu officiellement le jour le 24 octobre 1945, compte à ce jour 193 États membres, dont le dernier est le Sud Soudan, qui fit son entrée en 2011.

Et ce sont au total les 193 pays membres de l’ONU, qui prendront part à l’ouverture de cette rencontre qui s’étale sur toute une année (septembre 2018-septembre2019) sous le thème : « Faire de l’ONU une organisation pour tous : une force mondiale fondée sur des responsabilités partagées au service des sociétés pacifiques, équitables et durables ».

À l’ordre du jour provisoire de cette 73e session, ce sont 175 points relatifs à neuf grandes questions, qui seront débattues durant trois mois, au sein des six grandes commissions de l’Assemblée générale de l’ONU. Ces questions portent entre autres sur la promotion d’une croissance économique soutenue et d’un développement durable, le maintien de la paix et de la sécurité internationale, le développement de l’Afrique, la promotion de la justice et du droit international.

Très attendu, le clou de ce grand rendez-vous est sans nul le débat général, qui se tient du 25 septembre au 1er octobre. C’est le traditionnel moment au cours duquel les chefs d’État et de gouvernement font leur déclaration sur les grandes questions de l’heure. Le Burkina Faso, dont la délégation sera conduite par le ministre des Affaires étrangères et la Coopération, Alpha Barry, va exposer sa vision sur les questions d’enjeux nationaux et internationaux. Outre le débat général, des réunions de haut niveau et d’autres évènements spéciaux sont prévus dans le cadre de cette 73e session.

Enjeux pour le Burkina

Selon la directrice générale des relations multilatérales du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, Nandine Traoré, cette rencontre offre l’opportunité au Burkina Faso de renforcer ses partenariats multilatéraux avec les instances des Nations unies, sur les questions d’intérêt nationaux comme la lutte contre le terrorisme et l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD).
Il en est de même pour les questions relatives au règlement pacifique des différends, celles portant sur les droits de l’homme, le changement climatique, la sécurité alimentaire. « Ce sont des points sur lesquels nous avons nos priorités, nos points de vue que nous souhaitons défendre », a noté Nandine Traoré.

Une autre question importante est celle relative à la réforme institutionnelle de l’ONU, notamment la réforme du Conseil de sécurité dont la représentativité des pays membres est remise en cause. À ce sujet, la directrice générale des relations multilatérales du ministère en charge des Affaires étrangères confie : « Au niveau de l’Afrique, il y a un processus pour dégager une position africaine commune à laquelle nous nous alignerons ».

À l’entendre, cette réforme offrira aux États membres, surtout aux pays en voie de développement, une opportunité au sein du Conseil de sécurité, en ayant éventuellement des sièges permanents avec tous les avantages, dont le droit le véto.

Élue pour un mandat d’une année, la présidente de la 73e session de l’Assemblée générale de l’ONU, Maria Fernanda Espinosa Garcés, est la quatrième femme élue à ce poste, depuis la création de l’institution, il y a 73 ans. Ministre des Affaires étrangères de l’Équateur à deux reprises, ministre de la Défense nationale et ministre chargée de la coordination du patrimoine naturel et culturel de son pays, madame Garcés a défini sept priorités pour son mandat.
Il s’agit de l’égalité des sexes, la problématique des migrations et des refugiés, le travail décent, l’action environnementale, la prise en charge des personnes handicapées, la jeunesse, la paix et la sécurité dans le monde et la revitalisation de l’ONU.

En rappel, l’ONU est structurée autour de six organes principaux que sont l’Assemblée générale, le Conseil de sécurité, le Conseil économique et social, le Conseil de tutelle, la Cour internationale de justice et le Secrétariat. Organe délibérant et représentatif des Nations unies, l’Assemblée générale est le « seul organe où tous les États membres ont le même pouvoir : chaque État a une voix, indépendamment de sa puissance ou de sa taille ».

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés