Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Procès du putsch de 2015 : La Défense souffre de la « Zidaphilie », diagnostique Me Séraphin Somé

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • LEFASO.NET | Herman Frédéric Bassolé • mardi 25 septembre 2018 à 22h40min
Procès du putsch de 2015 : La Défense souffre de la « Zidaphilie », diagnostique Me Séraphin Somé

Les esprits se sont échauffés au tribunal militaire, ce mardi 25 septembre 2018, quatrième et dernier jour d’audition du capitaine Abdoulaye Dao, commandant du Groupement des unités spéciales au sein du Régiment de sécurité présidentielle, au moment du coup d’État de septembre 2015.

S’il y a bien un point qui fâche la défense depuis l’interrogatoire du lieutenant Jacques Limon, c’est bien le rapport d’expertise téléphonique qui a été réalisé par l’expert Younoussa Sanfo, dans le cadre de l’instruction du dossier du putsch.

En effet, le rapport d’expertise des deux téléphones du capitaine Abdoulaye Dao fait cas de 45 messages envoyés et reçus durant les événements. Protégée par un code alphanumérique, sa tablette de marque Asus n’avait pas pu être déverrouillée par l’expert. Pourtant, une autre expertise réalisée par Soft House a révélé que l’officier a envoyé et reçu au total plus de 6 000 SMS et appels.

« Ce n’est pas une partie de plaisir pour nous »

Capitaine Dao Abdoulaye (au micro)

Pour Me Dieudonné Bonkoungou de la SCPA Themis-B, conseil du capitaine Dao, les SMS que le parquet militaire attribue à son client ne sont pas « intègres car les messages d’un téléphone mis sous scellé devraient laisser apparaître les destinataires desdits messages ». « Pourquoi ignorer l’expertise de la société Soft House ? », interrogera l’avocat, avant de faire une mise au point : « Nous ne décrions pas le rapport parce que nous voulons le faire, ce n’est pas une partie de plaisir pour nous ».

Lundi, Me Bonkoungou avait tiré à boulets rouges sur la hiérarchie militaire au moment des faits et l’ancien Premier ministre, Yacouba Isaac Zida, qui, selon lui, devraient être également poursuivis par la justice militaire. Il avait déploré une justice à double vitesse et qualifié le procès de fiction. Il s’était demandé comment les victimes en quête de vérité pouvaient cautionner « une thèse incomplète ». Et pour enfoncer le clou, ce mardi matin, il a interpellé ses confrères des parties civiles sur des questions de probité.

« Je n’ai pas attendu un procès »

Me Prosper Farama, l’un des avocats des parties civiles

Il n’en fallait pas plus pour provoquer l’indignation de Me Prosper Farama. « Depuis que je suis avocat, rarement j’ai vu un avocat interpeller ses collègues sur des questions non-juridiques notamment des questions de probité […] De mon éducation, je ne suis le vuvuzela de personne ! Personne sur cette terre, à part mon père. Mon idéal, dans ce procès, c’est de faire en sorte que ceux qui font des coups d’État puissent venir s’exprimer. Parce qu’en d’autres temps, ceux que nous jugeons ont jugé des gens à 3h du matin et les ont passés à la potence à 4h. Je n’ai pas attendu un procès pour décrier les errements de la Transition, pour dire que le régime actuel a des insuffisances », a déclaré l’avocat.

« Un deuxième procès invisible »

Yacouba Isaac Zida, ancien Premier ministre de la Transition

Quant à Me Guy Hervé Kam, il soutiendra que le prétoire du tribunal militaire ne doit pas être le lieu pour des avocats de tenir des propos qu’ils ne tiendraient pas dehors. Si pour lui, il n’existe aucun lien entre le coût du rapport (347 millions de francs CFA) et son contenu, la défense, au contraire, regrette que toute cette somme ait été dépensée pour un travail de peu de qualité. Me Séraphin Somé, lui, n’entend pas les choses de cette oreille et avance que la défense aurait dû demander une contre-expertise si elle pense le rapport a été bâclé. « Ce rapport est coulé dans du marbre, c’est un rapport de qualité. Dommage, mais c’est fini. », a-t-il ironisé.

Concernant l’affaire Zida, l’avocat dira qu’il a le sentiment que depuis le début du procès, il y a « un deuxième procès invisible qui se déroule : celui de la hiérarchie militaire, de Zida ». Vu l’insistance de la défense pour voir l’ancien Premier ministre être poursuivi, Me Séraphin Somé déduira que la défense souffre d’une maladie appelée la « Zidaphilie » qui se soigne par la « Zidamicine ».

Pour Me Mireille Barry, nul ne peut empêcher la défense d’évoquer le nom Yacouba Isaac Zida. « On peut parler de qui on veut et c’est ce que nous allons faire », a-t-elle martelé.


Herman Frédéric Bassolé
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 26 septembre à 04:36, par PAK En réponse à : Procès du putsch de 2015 : Pour soigner la « Zidaphilie », Me Séraphin Somé propose la « Zidamicine »

    Il faudrait faire urgemment toute la lumière sur le coût de cette fameuse expertise de 347000000 FCFA qui, en mon sens, a été surfacturé. On s’amuse trop avec l’argent du contribuable quand il s’agit des dépenses de ce genre. Juste pour situer l’authenticité de messages et appels téléphoniques de quelques individus, on dépense autant d’argent ; pendant ce temps le citoyen moyen n’a même pas deux repas par jour au Faso. L’Occident n’en finira pas de se moquer de l’Afrique subsaharienne.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 06:47, par La cité En réponse à : Procès du putsch de 2015 : Pour soigner la « Zidaphilie », Me Séraphin Somé propose la « Zidamicine »

    S’il vous plaît, arrêtez ce procès inutile ! Le pays est en guerre et fait face à une occupation ou domination de certaines parties du territoire par des terroristes (Est, Nord, Sud Ouest). Votre procès est fade et vide d’intérêt face à cette situation humiliante et douloureuse que le pays vit.
    Amnistiez ces militaires pour qu’ils aillent au front ! Les juges militaires ne sont pas des militaires de terrain. Ils ont acquis leurs grades en étant dans des salles climatisées pour apprendre par cœur des encyclopédies. Ces juges militaires ne peuvent jamais combattre pour sauver le pays. Seuls ceux qu’ils prétendent juger avec de faux procès verbaux sont de vrais combattants que le Burkina Faso a besoin actuellement. C’est du gâchis et du temps perdu.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 07:39, par Le Rebel En réponse à : Procès du putsch de 2015 : La Défense souffre de la « Zidaphilie », diagnostique Me Séraphin Somé

    Ce qui nous concerne c’est de nous dire le droit et rien que le droit.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 08:07, par Burkindbila En réponse à : Procès du putsch de 2015 : La Défense souffre de la « Zidaphilie », diagnostique Me Séraphin Somé

    Bonjour chers Burkinabè, sans être un professionnel de la justice, je voudrais relever quelques cas.
    On juge des prétendus auteurs d’un coup d’Etat ou des d’une bagarre entre groupuscules d’une unité appelée RSP ?
    On juge les prétendus auteurs de coup d’Etat ou des victimes d’un coup d’Etat ?
    A ce que je sache, Zida est une victime du coup d’Etat
    Il faut éviter des amalgames même si ces auteurs de coup d’Etat et avocats avides d’argent sale savent qu’ils ont perdu le procès aux yeux des vrais Burkinabè.
    Ils n’ont qu’à arrêté d’insulter l’intelligence des Burkinabè
    Malheur à ceux qui bâillonnent leur peuple
    Burkindbil

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 08:10, par sidbala En réponse à : Procès du putsch de 2015 : La Défense souffre de la « Zidaphilie », diagnostique Me Séraphin Somé

    A partir de ce qui est fait comme révélation sur la manière que le directeur de la justice militaire à conduit les instructions sans être un homme de droit ça sans mauvais. Comment après avoir bouclé les dossiers vous revenez pour inculper quelqu’un sur la base des SMS qu’il aurait envoyé sur le portable d’une autre personne et non sur son portable à lui. Et les factures et les correspondances qui ne concorde pas comment peut faire des correspondances bis administrativement ce n’est pas normal. En plus Mr Sanfo n’a pas signé un marché ni un bon de commande où sont les TDR. Ça veut dire que les impôts doivent aussi le poursuivre pour fraude fiscal. Le rapport fourni est donc Faut.
    Quel pays où tout est foulé aux pieds sans problème. Donc c’est Sita Sangare qui a amené l’os à Sang et compagnie ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 08:15, par sidbala En réponse à : Procès du putsch de 2015 : La Défense souffre de la « Zidaphilie », diagnostique Me Séraphin Somé

    Sita Sangare peux nous donner la liste de la commission de réception des travaux de l’expert et ceux qui sont mouillés dans le seul. Ce qui est sûr la porte est ouverte on le saura.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 09:48, par Nifou En réponse à : Procès du putsch de 2015 : La Défense souffre de la « Zidaphilie », diagnostique Me Séraphin Somé

    Bien dit, BURKINDBILA, c’est un procès du coup d’état ou bien ,c’est traiter de la bagarre entre deux camps ? Si c’est ça le jugement , on a beaucoup à faire , notre compréhension du droit est totalement nulle ! Avocats repartez à l’école...

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 10:34, par Le fils du pauvre En réponse à : Procès du putsch de 2015 : La Défense souffre de la « Zidaphilie », diagnostique Me Séraphin Somé

    Visiblement, les gens confondent facilement les choses. IL n’est pas exclu qu’il y ait maldonne dans cette histoire de marché d’expertise réalisé par l"Expert" Sanfo (non respect de la procédure de passation de marché public, surfacturation, dessous-de-table et autres business). Mais, cela ne remet pas ipso facto le résultat d’expertise en cause. S’il maldonne il y en a eu, l’ASCE/LC de mon Pr. IBRIGA pourra de plein droit chercher à y voir clair pour le bonheur du contribuable burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 12:58, par Guillaume En réponse à : Procès du putsch de 2015 : La Défense souffre de la « Zidaphilie », diagnostique Me Séraphin Somé

    JE ME REJOUIS TOUJOURS DE VOIR QUE LE PROCES A DEMARRE ET POURSUIT SON COURS NORMAL. D’AUTRES DIT ON ETAIENT PRESSES DE VENIR A LA BARRE ET LE MOMENT OPPORTUN ARRIVE, ILS ONT COMMENCE A FAIRE MARCHE ARRIERE REMETTANT EN CAUSE DES PROCEDURES. CE QUE DIS MAITRE FARAMA EST CAPITAL. CEUX QUI SONT ACTUELLEMENT JUGES EN D’AUTRES TEMPS ONT JUGE LEURS CAMARADES A 3H ET LES EXECUTER A 4H SANS QU’IL SOIT POSSIBLE A UN AVOCAT D’ASSUER UNE DEFENSE. LA ZIDAPHILIE EST UN FAUT PROBLEME, C’EST TOUJOURS LA MAUVAISE RUSE DE LA DEFENSE POUR TRAINER. NOUS N’AVONS PAS CE TEMPS LA. CE QUI EST SÛR ZIDA A ETE POUR LE PEUPLE, C’EST POUR CELA QUE LE RSP ETAIT CONTRE LUI. AU POINT D’ALLER FAIRE LE COUT D’ETAT LE PLUS BETE DU MONDE. ET ZIDA A CONDUIT LA TRANSITION LA PLUS REUSSIE AU MONDE. IL MERITE D’AILLEURS UN PRIX NOBEL.

    Répondre à ce message

  • Le 26 septembre à 17:57, par l’oeil de l’aigle En réponse à : Procès du putsch de 2015 : La Défense souffre de la « Zidaphilie », diagnostique Me Séraphin Somé

    ZIDA mérite le prix NOBEL DE LA PAIX. Il a défié le RSP pour le PEUPLE en sacrifiant sa famille et sa personne pour un exil indefini. VIVE ZIDA . Des pères de familles sont sortis pour travailler dur et ramener un petit pain a leurs enfants qui n’ont droit qu’à un seul repas par jour. Vous les aviez froidement abattus par l’arme payer par le contribuable. }

    Au lieu d’assumer et demander pardon au peuple vous passer tout le temps à distraire les juges. A d’autres époques on allait avoir du mal à retrouver vos tombes. TCHRRRRRRRRRRRRRRRRRR

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !
Burkina : Les gens [terroristes] sont rentrés chez nous suite à la dissolution du RSP (Diendéré)
Dissolution du RSP : Le président Kafando devait respecter sa parole donnée, reproche Gilbert Diendéré
Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré
Procès du putsch du CND : Des empoignades entre le général Diendéré et Me Guy Hervé Kam
Procès du putsch du CND : Enfin les avocats des parties civiles parlent
Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile
Procès du putsch du CND : Le message accablant du général Zagré aux chefs militaires
Procès du putsch du CND : Le Général Diendéré se demande où se trouvent certaines armes de l’ex-RSP
Gilbert Diendéré : "j’avais la possibilité de quitter le pays mais je n’ai rien fait"
Général Gilbert Diendéré : « Quand un homme n’est pas d’accord, il dit NON »
Putsch du CND : "il n’y avait pas une volonté manifeste de la hiérarchie de s’opposer" (Diendéré)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés