Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

Economie : Les acteurs se mobilisent autour de la Confédération générale des entreprises du Burkina

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | OL • lundi 15 octobre 2018 à 23h17min
Economie : Les acteurs se mobilisent autour de la Confédération générale des entreprises du Burkina

Les acteurs économiques ont décidé de resserrer les rangs pour faire face aux exigences mondiales. C’est ce qui a conduit à la création de la Confédération générale des entreprises du Burkina (CGEB) qui vise à fédérer les énergies, les expériences et les capitaliser dans une dynamique de revitalisation du tissu économique. C’est autour de cette initiative que les acteurs ont sonné une assemblée générale constitutive ce samedi, 13 octobre 2018, à Ouagadougou.

« Dans un monde économique fait de multiples défis, malgré le contexte sécuritaire difficile, le Burkina Faso est une terre d’espérance pour sa population laborieuse et une terre d’opportunités ouverte aux investisseurs, tant nationaux qu’internationaux », foi du responsable de séance de cette assemblée générale constitutive, Martin Sawadogo. La rencontre avait donc pour but de mettre en place une organisation faîtière pour être efficient et efficace au plan interne et, partant, pouvoir faire face aux exigences de l’ouverture du monde. D’où la devise : « Solidarité, compétitivité, développement ».

L’Assemblée générale a également procédé à la mise en place d’un bureau national provisoire, présidé par Hamidou Ouédraogo, plus connu sous l’appellation « Hamid Carreaux ». Pour ce rendez-vous, les acteurs se sont massivement mobilisés ; venus de la capitale que des autres localités du pays. Le bureau exécutif national provisoire a pour principale mission de conduire les grands chantiers qui se présentent aux acteurs. Cette structure ad hoc va prendre en compte les treize régions du pays ainsi que tous les secteurs d’activités. La CGEB se veut donc nationale et entend couvrir le pays, même à l’échelon de la province.

Pour se donner les moyens de son dynamisme, la CGEB va « constituer une école » où les membres recevront des formations pour renforcer leurs capacités. Elle tissera aussi des relations dynamiques de partenariat gagnant-gagnant afin d’offrir les meilleures formations à ses membres.

Aussi contribuera-t-elle à la mobilisation des ressources internes par l’accompagnement des acteurs dans leur processus de formalisation et se constituera comme représentant des membres auprès des pouvoirs publics. L’organisation va en outre s’imprégner des expériences heureuses des autres pays, ayant permis une émergence qualitative d’un secteur privé dynamique. Enfin, la CGEB veut jouer le rôle de conseil auprès de ses membres, tant sur le plan financier, juridique, administratif et que fiscal.

« Si le Burkina est au cœur de l’Afrique, c’est que nous avons un rôle central à jouer et vous êtes ces acteurs privilégiés », convainc Martin Sawadogo. Pour ce dernier, la CGEB va donc permettre d’être soudé, de travailler en interne et d’aller en négociations de façon solidaire. « Vous savez que dans le monde, partout, les regroupements sont en train de se faire », justifie le président de séance, montrant ainsi la nécessité de ce regroupement.

L’adhésion à la CGEB est individuelle et en groupes (associations et syndicats). « Cette initiative vient à point nommé, parce qu’une telle association de ce genre n’existait pas d’abord », dit Martin Sawadogo.

Les trois secteurs que sont le secteur primaire (collecte et exploitation des ressources naturelles), le secteur secondaire (industries de transformation des matières premières) et le secteur tertiaire (industrie de services) sont fédérés dans un même cadre (en prenant en compte le secteur informel, les petits commerçants, les commerçants, les petites et moyennes entreprises, les grandes entreprises, les sociétés industrielles et les sociétés de services, etc.).

Tous les acteurs économiques nationaux et de la diaspora sont désormais invités à prendre part activement à la vie et au rayonnement de la CGEB.

OL
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
UEMOA-Burkina : Les projets et programmes communautaires passés à la loupe
Crise du fonds commun : Faut-il licencier ou renégocier ? Les internautes se prononcent
Emprunt Obligataire : l’Etat burkinabé veut mobiliser 75 milliards de F CFA à travers la SGI Coris Bourse
Banque africaine de développement : Plus de 1 000 milliards de F CFA accordés au Burkina depuis 1970
Fronde sociale au MINEFID : Il est temps que le président du Faso prenne ses responsabilités
Bobo-Dioulasso : Les douaniers s’imprègnent du système d’interconnexion Burkina-Côte d’Ivoire
PATIA 2019 : La Chambre de commerce lance une compétition pour entreprises
Propos tenus par des commerçants sur la SAP : La clarification de la Direction générale
Développement : La Banque mondiale renforce son soutien aux Centres d’excellence régionaux africains
Transit : La douane burkinabè veut réduire de moitié le temps de passage aux frontières
Fonds permanent pour le développement des collectivités territoriales : Le DG fait le bilan de ses 100 premiers jours
Economie : La BCEAO note une résilience de l’économie burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés