Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si tu veux aller vite, marche seul mais si tu veux aller loin, marchons ensemble.Proverbe Africain» 

Economie : Les acteurs se mobilisent autour de la Confédération générale des entreprises du Burkina

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | OL • lundi 15 octobre 2018 à 23h17min
Economie : Les acteurs se mobilisent autour de la Confédération générale des entreprises du Burkina

Les acteurs économiques ont décidé de resserrer les rangs pour faire face aux exigences mondiales. C’est ce qui a conduit à la création de la Confédération générale des entreprises du Burkina (CGEB) qui vise à fédérer les énergies, les expériences et les capitaliser dans une dynamique de revitalisation du tissu économique. C’est autour de cette initiative que les acteurs ont sonné une assemblée générale constitutive ce samedi, 13 octobre 2018, à Ouagadougou.

« Dans un monde économique fait de multiples défis, malgré le contexte sécuritaire difficile, le Burkina Faso est une terre d’espérance pour sa population laborieuse et une terre d’opportunités ouverte aux investisseurs, tant nationaux qu’internationaux », foi du responsable de séance de cette assemblée générale constitutive, Martin Sawadogo. La rencontre avait donc pour but de mettre en place une organisation faîtière pour être efficient et efficace au plan interne et, partant, pouvoir faire face aux exigences de l’ouverture du monde. D’où la devise : « Solidarité, compétitivité, développement ».

L’Assemblée générale a également procédé à la mise en place d’un bureau national provisoire, présidé par Hamidou Ouédraogo, plus connu sous l’appellation « Hamid Carreaux ». Pour ce rendez-vous, les acteurs se sont massivement mobilisés ; venus de la capitale que des autres localités du pays. Le bureau exécutif national provisoire a pour principale mission de conduire les grands chantiers qui se présentent aux acteurs. Cette structure ad hoc va prendre en compte les treize régions du pays ainsi que tous les secteurs d’activités. La CGEB se veut donc nationale et entend couvrir le pays, même à l’échelon de la province.

Pour se donner les moyens de son dynamisme, la CGEB va « constituer une école » où les membres recevront des formations pour renforcer leurs capacités. Elle tissera aussi des relations dynamiques de partenariat gagnant-gagnant afin d’offrir les meilleures formations à ses membres.

Aussi contribuera-t-elle à la mobilisation des ressources internes par l’accompagnement des acteurs dans leur processus de formalisation et se constituera comme représentant des membres auprès des pouvoirs publics. L’organisation va en outre s’imprégner des expériences heureuses des autres pays, ayant permis une émergence qualitative d’un secteur privé dynamique. Enfin, la CGEB veut jouer le rôle de conseil auprès de ses membres, tant sur le plan financier, juridique, administratif et que fiscal.

« Si le Burkina est au cœur de l’Afrique, c’est que nous avons un rôle central à jouer et vous êtes ces acteurs privilégiés », convainc Martin Sawadogo. Pour ce dernier, la CGEB va donc permettre d’être soudé, de travailler en interne et d’aller en négociations de façon solidaire. « Vous savez que dans le monde, partout, les regroupements sont en train de se faire », justifie le président de séance, montrant ainsi la nécessité de ce regroupement.

L’adhésion à la CGEB est individuelle et en groupes (associations et syndicats). « Cette initiative vient à point nommé, parce qu’une telle association de ce genre n’existait pas d’abord », dit Martin Sawadogo.

Les trois secteurs que sont le secteur primaire (collecte et exploitation des ressources naturelles), le secteur secondaire (industries de transformation des matières premières) et le secteur tertiaire (industrie de services) sont fédérés dans un même cadre (en prenant en compte le secteur informel, les petits commerçants, les commerçants, les petites et moyennes entreprises, les grandes entreprises, les sociétés industrielles et les sociétés de services, etc.).

Tous les acteurs économiques nationaux et de la diaspora sont désormais invités à prendre part activement à la vie et au rayonnement de la CGEB.

OL
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Gestion des finances publiques : Le ministère de l’économie organise une conférence publique sur le budget de l’Etat, exercice 2019, le mercredi 23 janvier 2019
Microcrédit : Children’s Fund of Canada célèbre ses résultats avec les femmes de Nagreongo
Rentrée fiscale 2019 : « En 2019, on a créé un seul nouvel impôt », Adama Badolo, directeur général des impôts
Economie : « La polémique ne peut faire évoluer une monnaie », selon le Gouverneur de la BCEAO
Rétrospective 2018 : Une année difficile pour le secteur informel
Ministère en charge du Commerce : 12 206 entreprises ont vu le jour en 2018
20e Conférence annuelle des services du trésor : Des recommandations pour une meilleure gestion des finances publiques
Dépenses fiscales : Le Centre d’études et de recherche appliquée en finances publiques pour plus de transparence
Economie : Les industries d’huilerie se meurent à Bobo-Dioulasso
Economie : La Société Générale Burkina Faso (SGBF) innove à Bobo avec une seconde agence ; l’Agence Bobo Stade
Ministère de l’Economie : 156 agents décorés
20e Conférence annuelle des services du trésor (CAST) : Pour plus de transparence dans la gestion des finances publiques
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés