Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : « Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Putsch du Conseil National pour la Démocratie • • vendredi 7 décembre 2018 à 16h00min
Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

L’audition du général Gilbert Diendéré se poursuit ce vendredi 7 décembre 2018. L’accusé répond toujours aux questions et observations des avocats de la partie civile.

Au cours des échanges entre Me Pierre Yanogo et l’accusé Gilbert Diendéré, il est ressorti les mouvements des chefs des groupes armés qui prônaient la division du Mali.

En réponse à l’accusé qui a fait savoir qu’au temps du RSP, les terroristes n’avaient pas pénétré le territoire burkinabè, Me Pierre Yanogo a indiqué que des terroristes étaient logés à Ouagadougou en ce moment.

Gilbert Diendéré a fait une mise au point. "Ceux venaient, n’étaient pas des terroristes". Il poursuit en disant que " ceux qui venaient ici, continuent de venir jusqu’à aujourd’hui ; ils sont reçus à Kosyam".

L’accusé se lâche. "Comme vous voulez l’entendre, je suis allé cinq fois dans le désert trouver les djihadistes, mais c’était à but humanitaire, c’était pour libérer des otages", a affirmé l’accusé.

Selon lui, si les terroristes gagnent ceux qui viennent ici, "ils vont les bouffer cru".

Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 7 décembre à 13:32, par Mafoi En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

    Le terme général en carton colle finalement bien à ce minable personnage.Il est trop nul,c’est pathétique

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre à 16:57, par le courageux En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

    Mafoi c’est ton père qui t’a appris le mot minable ? Si tel est le cas la vérité scientifique est une fois de plus démontré. Tel père tel fils país fait un effort pour être quelqu’un par ce que le général au moins s’assume et est un vrai responsable.

    Répondre à ce message

    • Le 8 décembre à 07:50, par Mafoi En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

      @le courageux,malheureusement pour toi,ton général en plastique n’a même pas une petite once de dignité pour porter ton pseudo.D’ailleurs on ne lui demande pas d’être courageux puisqu’on l’a vu détaler comme un rat pour se cacher à l’ambassade du Vatican mais d’être au moins responsable mais là encore,c’est raté puisqu’il est là à parler au hasard comme un enfant de la maternelle mais comme un putsch de la maternelle ne peut être commis que par un enfant de la maternelle,la boucle est bouclée.Ton général de salon est un vrai guignol

      Répondre à ce message

  • Le 7 décembre à 17:16, par Indjaba En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

    Je comprends pourquoi Blaise ne voulait pas quitter le pouvoir ou bien pourquoi il voulait au pire des cas placer Francois. C’est le seul qui pouvait le protéger. Je vous jure QUE Blaise ne dort pas quand il écoute ce général félon. Il se dit que Le jour du jugement du dossier Norbert ou Sankara ou des différentes rebellions et autres prises d’otages dans la sous region, ce "generalet" ne pourra pas jouer le jeu de façon responsable car il parlera au hasard et compromettra l’enfant terrible de Ziniaré. En effet Il dira que c’est Blaise qui a fait ci, c’est Francois qui a fait ça ainsi de suite et que lui n’a fait que se soumettre. Actuellement c’est Diendere qui est jugé mais le Pauvre Blaise Kouassi du coté de Babi est dans tranquillisant sur tranquillisant avec cela comporte comme danger. Finalement Sankara aura mieux vécu sur cette terre.

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre à 18:04, par Gnongre paré En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

    Ah bon ! Sans le RSP aujourd’hui aux cotés du Président du Faso, les supposés "Djihadistes" qui ameurtrissent notre pays chaque jour continuent de venir chez nous et se voient dérouler le Tapis rouge à Kossyam comme cela se faisait avec vous à l’époque ? Surprenant. C’est donc dire que le P.F. actuel est dans la même mouvance que vous alors. Si oui, c’est grave et très grave même car nous ne sommes pas et ne serons pas sortis de la merde et des cadavres. Si le P.F. a suivi cette donne, qu’Il s’y mette et se rattrape vite. Sinon, y a danger.

    Répondre à ce message

    • Le 8 décembre à 15:10, par Nabiiga En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

      Votre emphase (dont la citation de Gilbert) dans votre réponse tombe dans le cadre de sa défense qui consiste à rouler tout le monde, d’accuser tout le monde sauf lui-même et de divaguer sur ce dont on l’accuse. Il tente d’accuser le gouvernement actuel d’être en lien avec les djihadistes comme ils le faisaient avant la chute bienveillante de Blaise et son CDP. Le CDP actuel ne pardonne pas le MPP alors, tous les moyens sont bons pour l’accuser à même de raconter des inepties sans vergogne. C’est faux, c’est archi-faux que le gouvernement de Roch soit en lien avec les terroristes au même titre qu’eux. Le Mali cherche la paix au nord. Impossible d’y parvenir sans parler à l’autre partie du conflit. Le mois passé, Kidal a vu le désarmement et l’intégration des anciens terroristes à l’armée nationale. Certains terroristes demandaient d’être offert le grade de générale même. Blaise Compaoré, François Compaoré, Gilbert diendéré, ce troïka, travaillaient en concert avec les Djihadistes pour prendre des otages. Ensuite, Blaise contactait le gouvernement des otages pour offrir ces bons œuvres pour libérer les otages. Sous la pression des familles de ces derniers, les gouvernements occidentaux acceptaient avec remerciement l’offre. Ensuite entre donc Gilbert dans la danse pour mener les négociations tout en se présentant comme le monsieur le plus renseigné sur les terroristes. Sa négociation consistait principalement à se positionner entre les terroristes avec qui il travaillait d’une part et le gouvernement des otages de l’autre. Il revenait aux terroristes avec ce que les pays occidentaux disaient en coulisses avec lui et ensemble, ils déterminaient les lieux les plus sécurisés pour tenir les otages, pendant combien de temps, et surtout le montant de la rançon à la fin. On désignait Gilbert comme l’homme le plus renseigné de la sous-région et avec raison. Je suis partant qu’il est ainsi désigné, seulement voilà, montrez-moi l’homme qui ne sait pas ce qui se passe chez lui, l’homme (compris dans son sens générique) qui n’est la personne la plus renseigné de ce qui se passe chez lui. Il fut l’homme le plus renseigné parce qu’il faisait partie et l’est toujours d’ailleurs, des terroristes

      Répondre à ce message

  • Le 7 décembre à 18:30, par sidbala En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

    Il y’a des vérités qui blessent quand le général va dévaler certains contenus de son sac ils ne seront plus nombreux a rester au pays.
    Il n’a qu’à donner seulement la liste de ceux ont participé a la réunion où il a été décider de tuer beaucoup d’enfants et coller cette forfaiture au RSP.
    Le général parle avec preuves il ne titube pas et il n’a peur de personne.

    Répondre à ce message

  • Le 7 décembre à 23:19, par Guillaume En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

    Merde de général balbutiant. Le djihadistes viennent toujours chez lui en prison pour lui rendre visite et c’est de la bas qu’il planifient des actes il veut dire ? Sinon comment un prisonnier sais voir ses amis d’entant venir à kossyam et repartir ? Et lui est au courant ? Il est toujours de mèche avec eux. Général carton est un malheur pour son pays.

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre à 08:34, par joe papi En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

    Mafoi,wallay tu a tout gater plus rien na dit. Tu es valider 100% un General qui es entrais de tout vider son carkoi comme un lache,sais Vraima dommage la legend continue

    Répondre à ce message

  • Le 9 décembre à 11:12, par WEND LA NABA En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

    Pourtant les révélations faites par le journal jeune Afrique et reprise par le journal Mutation numéro 138 du 14 décembre 2017 démontrent clairement que diendéré est en train de mentir sur toute la ligne concernant le terrorisme au Burkina. Qu’il arrête de mentir car les Burkinabés savent réfléchir ;

    Répondre à ce message

    • Le 9 décembre à 21:26, par Ka En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

      WEND LA NAABA, c’est vrai que seul Dieu est le seul chef suprême des cieux et le monde : j’ai lu l’analyse de Jeune Afrique reprise pat Mutation. Gilbert Diendéré est sorti totalement des règles d’un bon soldat qui sont la sincérité, la discipline, l’intelligence, et autres, des qualités qui doivent être mis en avant le sens de l’honneur, la probité, le professionnalisme et le comportement.

      Et ce félon qui est Gilbert Diendéré sait qu’il n’a plus rien a perdre, car tout manquement de ces règles par un soldat comme lui, doit être sanctionné selon la gravité des faits. Au sein de l’armée républicaine, tous reçoivent la même éducation ! Qui est ce soldat nommé Gilbert Diendéré qui ment ? Quelle image donnera-t-il à l’armée du Burkina à travers le monde qui suit ce procès attentivement ? Un vrai soldat ne court pas après l’argent, la richesse, le bien matériel. Pourtant Diendéré doit estimer heureux, et surtout être franc devant son peuple et ses juges, car il est particulièrement la preuve que le Burkinabè avec ce procès, est en train de tourner la page des procès expéditifs et dignes des Etats d’exception.

      En effet, des putschs supposés ou réels, le Burkina en a connu. Mais des putschs manqués qui ont donné lieu à un procès juste et équilibré, le Burkina n’en a point connu. Celui d’aujourd’hui est le premier. Sous Lamizana, des proches de Maurice Yaméogo, accusés d’avoir tenté un coup d’Etat, avaient été jugés à la sauvette et jetés en prison. Sous le capitaine Thomas Sankara, des Burkinabè accusés du même crime, après un simulacre de procès dans l’enceinte du camp Guillaume Ouédraogo, ont été fusillés au grand désarroi de leurs proches. Mais la palme d’or des exécutions sommaires liées à des putsch supposés ou réels, revient au régime de Blaise Compaoré. Et celui qui était le décideur ironie de l’histoire, est Gilbert Diendéré. Il peut donc se réjouir de ne pas connaître le sort que lui il avait réservé au commandant Lingani et au Capitaine Zongo. La tenue même de ce procès, sous ce format, est une avancée de notre démocratie. Et celui qui doit être le premier à le reconnaître est le Général Diendéré lui-même. Tout dont le peuple Burkinabé souhaite de ce manipulateur criminel, c’est que toutes les zones d’ombres qui l’entourent soient élucidées. C’est en cela que l’on peut dire que l’heure de vérité a sonné. L’on peut également affirmer que la Justice burkinabè joue aussi sa crédibilité. Et au-delà de cette institution, c’est tout l’édifice démocratique que nous sommes en train de construire, qui sera évalué.

      Répondre à ce message

  • Le 10 décembre à 13:11, par Amagara En réponse à : Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré

    Bonjour depuis le Mali ;
    Ma curiosité me pousse à savoir comment définir les Djihadistes selon les autorités Burkinabé d’alors.
    Mon général, à la suite d’une attaque d’un camp par des ex soldats Maliens du MNLA près d’une centaine de soldats égorgés et vous trouvez que ce ne sont pas des Djihadistes. Comment collaboraient- ils à Gao en 2013 alors ???? Des jeunes filles de moins de 14 ans enlevées et violées pendant des nuits juste parce qu’elles sont noires et vous trouvez qu’ils sont fréquentables ?
    Il y a des raisons de vous détester et de vous maudire. Les parents de ces victimes ne font pas de différence entre vous et vos amis terroristes….
    Vous savez, accueillir celui qui met du feu chez son père et légitimer sa démarche est diabolique. Ce qui est grave encore beaucoup de Burkinabé pensaient que les Maliens devraient remercier Blaise et son régime. Une chose est sûre, méfiez-vous de tous ceux qui prennent des armes contre leurs pays. La réalité est qu’ils retourneront les mêmes armes contre vous.
    Ils étaient à Ouaga là c’est sûr et s’ils continuent de venir à Ouaga aux frais du contribuable Burkinabé tant mieux. Je pense que les politiques de notre cher voisin savent bien ce qu’ils font. Mon souhait serait qu’ils soient plus responsables en matière d’investissement et ne pas gaspiller l’argent du contribuable dans pareille aventure. De l’autre côté que les dirigeants du Mali sachent aussi comment s’en sortir de cette crise sans surtout compter sur qui que ce soit.
    Sans rancunes.....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Procès du coup d’Etat : « Je ne tape jamais en dessous de la ceinture », lance le commandant Alioune Zanré à Me Jean Yaovi Dégli
Procès du putsch du CND : "Michel Kafando a laissé le loup rentrer dans la bergerie", selon Me Mamadou Sombié, avocat de la Défense
Procès du putsch du CND : "Si le coup d’État était préparé, je n’aurais plus besoin de convoquer la hiérarchie militaire", dixit Diendéré
Procès du putsch du CND : "La seule vérité, c’est Dieu qui la détient", selon Me Jean Yaovi Dégli (Défense)
Procès du putsch du CND : Faire un coup d’Etat pour en empêcher un, pour la démocratie !
Burkina : Les gens [terroristes] sont rentrés chez nous suite à la dissolution du RSP (Diendéré)
Dissolution du RSP : Le président Kafando devait respecter sa parole donnée, reproche Gilbert Diendéré
Procès du putsch du CND : Ceux [terroristes] qui venaient ici, continuent de venir aujourd’hui, selon Diendéré
Procès du putsch du CND : Des empoignades entre le général Diendéré et Me Guy Hervé Kam
Procès du putsch du CND : Enfin les avocats des parties civiles parlent
Audition de Diendéré : Les incohérences décelées par la partie civile
Procès du putsch du CND : Le message accablant du général Zagré aux chefs militaires
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés