Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Mieux vaut une conscience tranquille qu’une destinée prospère. J’aime mieux un bon sommeil qu’un bon lit.»  Victor Hugo

Commercialisation du sésame au Burkina Faso : Producteurs et acheteurs se concertent à Bobo-Dioulasso

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • lundi 17 décembre 2018 à 00h45min
Commercialisation du sésame au Burkina Faso : Producteurs et acheteurs se concertent à Bobo-Dioulasso

Les producteurs et les acheteurs du sésame, se sont retrouvés le vendredi 7 décembre 2018 à Bobo-Dioulasso, à la faveur d’un atelier /forum B2B initié par le projet SESAME de Lutheran World Relief et le programme STARS de ICCO. Cette rencontre avait pour objectif, de permettre aux différents acteurs, de réfléchir sur les voies et moyens à mettre en œuvre afin de faciliter la commercialisation du Sésame au Burkina Faso.

Deuxième produit agricole d’exportation du Burkina Faso après le coton depuis quelques années, le sésame s’impose comme une source de revenus certains pour les acteurs (producteurs, transformateurs et commerçants) de la filière. De 2010 à 2016, les recettes d’exportation de cette spéculation ont été évaluées à plus de 350 milliards de FCFA. Ce qui hisse le pays au quatrième rang mondial des pays exportateurs de sésame après l’Ethiopie, l’Inde et le Soudan.

Une performance qui ne saurait prendre le dessus sur les nombreux défis que la filière doit relever notamment la structuration du circuit de commercialisation. C’est dans ce contexte que le projet SESAME et le programme STARS, dans le cadre du partenariat renforcé, ont décidé de faciliter la mise en marché du sésame par l’organisation d’un cadre où vendeurs et acheteurs pourront négocier en vue d’une contractualisation pour la commercialisation du sésame.

L’objectif est de permettre à tous les acteurs intervenant dans ce secteur, d’avoir une vision commune autour de la commercialisation du sésame au Burkina Faso. De la recherche de la qualité des produits de sésame à l’exportation, la facilitation des relations entre producteurs et acheteurs est indispensable d’où cette rencontre entre ces acteurs pour une synergie d’actions. « L’idée pour nous, c’est de créer un cadre afin de permettre aux acteurs de la mise en marché c’est-à-dire, producteurs et acheteurs d’échanger afin de tracer eux-mêmes, le circuit de commercialisation du sésame » a indiqué M. Mathurin COMPAORE, Directeur-adjoint du projet SESAME.

Maturin Compaoré directeur adjoint du projet Sésame

Au nombre de 70, les participants venus des cinq (05) régions d’intervention du projet SESAME et du programme STARS (Est, Boucle du Mouhoun, Hauts-Bassins, Sud-Ouest et Cascades) ainsi que des partenaires techniques et financiers ont, au cours de cette rencontre, échangé sur la réglementation de la collecte et de la commercialisation du sésame au Burkina Faso.

Les offres de vente et d’achat du sésame ont été présentées aux participants, le tout, couronné d’une séance de négociation B2B et de contractualisation entre les producteurs de la zone du projet SESAME et du programme STARS et les acheteurs. Ainsi, les offres d’achat s’élevaient à 70 500 T de sésame S42 contre 24 176 T pour la vente.

A terme, l’idée c’est de susciter la signature de contrats entre producteurs et acheteurs de sésame en vue de faciliter la commercialisation de ce produit. Toute chose qui selon les acteurs, pourrait accroître le volume des exportations du sésame, donc des recettes qui en découlent. De la séance de négociation, 8 contrats de commercialisation ont été signés pour une quantité de 6 000T.

Les acheteurs et vendeurs poursuivront les négociations pour une meilleure commercialisation du sésame. Le directeur de cabinet, représentant le gouverneur de la région des Hauts-Bassins, président de la cérémonie, a salué l’initiative qui selon lui, rentre en droite ligne de la vision du gouvernement à savoir, la dynamisation des secteurs porteurs.

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 17 décembre 2018 à 10:21, par SANOU Bala Wenceslas En réponse à : Commercialisation du sésame au Burkina Faso : Producteurs et acheteurs se concertent à Bobo-Dioulasso

    "Sésame, ouvre-toi mieux"
    Merci pour ce partage d’information sur cette filière qui monte en échelle malgré les contraintes inhérentes.
    Le chemin est encore long pour parvenir à des revenus toujours porteurs pour le producteur (en amont) et d’autres acteurs de la filière en avant (commerçant, intermédiaires acheteurs, transformateurs...). En tout cas, la marche est engagée déjà depuis plusieurs décennies.
    Personnellement je suis cette filière depuis les années 2000 alors que la FENOP et le CRS qui avaient lancé l’organisation de l’inter-profession du sésame. D’autres institutions de coopération dont la GTZ d’alors (actuelle GIZ) ont contribué à soutenir l’inter-profession de cette filière. Malgré les perspectives porteuses, j’ai le sentiment qu’il n’y a pas suffisamment de leçons apprises (ou partagées) par rapport au sésame.
    Avec d’autres personnes membres d’une association ProDev, nous relançons notre intérêt à accompagner la dynamisation de la filière au profit des producteurs en amont, et aussi en impliquant mieux une institution publique émergente (la commune rurale) dans une meilleure valorisation de cette filière porteuse. Les services techniques compétents de l’Agriculture sont en place ; en recourant mieux à leur compétence plusieurs acteurs locaux seront gagnants grâce au sésame.
    Nous partagerons à partir de février-mars 2019 nos premières idées d’appui aux acteurs de cette filière dans le Grand-Ouest du Burkina où intervient le ProDev.

    Répondre à ce message

  • Le 17 décembre 2018 à 18:46, par Panand-tougri En réponse à : Commercialisation du sésame au Burkina Faso : Producteurs et acheteurs se concertent à Bobo-Dioulasso

    Bravo a cette filière qui contribue pour beaucoup à l’entrée de devises. Cependant, nous remarquons que des commerçants étrangers (Indiens pour les nommer) occupent illégalement des rues au secteur 21 (Wayalguin) où des camions de sésames défilent et déchargent à longueur de journée sans respect aucun. ces rues sont envahies, encombrées et salies puis abandonnées et il faut les voir en période de pluies... Un peu de respect, cherchez votre argent mais respectez l’environnement et la santé des riverains.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Cadre sectoriel de dialogue « commerce et services marchands » : Une performance physique de 76,10% en 2018
Financement de l’entrepreneuriat au Burkina : « Nous demandons la suppression pure et simple de tous ces fonds nationaux qui sont budgétivores », déclare l’AJCEB
Entrepreneuriat : Le projet Job Booster offre des formations à des jeunes
Chambre consulaire du Burkina : Le bilan de 2018 jugé satisfaisant
Economie : Un banquier chez le premier ministre
Projets structurants au Burkina : L’UE et l’AFD s’engagent pour 38 milliards de F CFA
Economie : Le représentant Afrique du FMI échange avec le premier ministre
Maison de l’entreprise : Une compétition de plans d’affaires pour les bénéficiaires du PEJDC
Filière coton : Trois jours de réflexion pour relancer le secteur
Economie burkinabè : « Le secteur privé se porte bien » malgré la crise sécuritaire
Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement : Les projets et programmes de 2018 passés à la loupe
Organisation mondiale des douanes : Des experts en dossier recettes renforcent leurs comptétences
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés