Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La véritable cause de nos malheurs actuels est l’étonnante médiocrité qui égalisе tοus lеs individus. Si un hοmmе dе géniе раrаissаit, il sеrаit lе mаîtrе.» Joseph-Alexandre de Ségur

Economie : 5 milliards pour les Petites et moyennes entreprises

Accueil > Actualités > Economie • LEFASO.NET | Jacques Théodore Balima • mercredi 26 décembre 2018 à 19h13min
Economie : 5 milliards pour les Petites et moyennes entreprises

L’Agence de financement et de promotion des Petites et moyennes entreprises (AFP-PME) et Orabank ont paraphé, sous le regard témoin du Ministre du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat, un accord de partenariat pour le financement de 5 milliards au profit des acteurs du secteur.

Les Petites et moyennes entreprises sont un maillon essentiel de l’économie burkinabè. « Il n’est pas possible de construire le développement de notre pays si cela n’est pas basé sur la présence d’un tissu de PME dynamique et dense pour transformer nos matières premières », reconnait Harouna Kaboré, Ministre de l’économie, de l’industrie et de l’artisanat.

Seulement, les acteurs du secteur ont du mal à accéder aux financements pour développer leurs activités. Pour contribuer à résoudre ce problème, l’AFP-PME et Orabank ont convenu, main dans la main, de mettre à la disposition des entrepreneurs, artisans et commerçants une ligne de crédit de 5 milliards de francs CFA. « Orabank fait cela dans d’autres pays. Elle est dotée d’une expérience nécessaire », a justifié Honoré K. Kietyeta, directeur général de l’AFP-PME.

Mieux, la banque a axé ses principales actions sur le financement des petites et moyennes entreprises. « Orabank est une banque citoyenne qui œuvre au développement du Burkina. Elle a eu le prix de la meilleure banque du Burkina deux années de suite. Orabank place le financement des PME au cœur de sa stratégie. Ces trois dernières années, nous avons connu une progression de près 40% de notre financement aux PME. La convention va nous permettre d’intensifier nos financements aux PME », a rassuré le directeur général de la banque, Martial Goeh-Akue.

Le rôle de l’AFP-PME

L’Agence de financement et de promotion des Petites et moyennes entreprises joue un rôle important dans l’obtention du crédit. Elle se substitut au demandeur du crédit pour convaincre la banque de l’intérêt de financer le projet. « L’AFP-PME reçoit les demandes de financement, vérifie la complétude et la « banquabilité » des dossiers.

Une fois que nous avons pris toutes les dispositions que c’est un dossier éligible par le mécanisme qui vient d’être signé aujourd’hui, nous transmettons donc le dossier à Orabank. Sur place, une commission nous permet de nous substituer à la PME pour défendre le dossier », a expliqué Honoré K. Kietyeta. A l’issue de toutes ces tractions, la banque a deux semaines pour donner sa décision finale.

Chez les bénéficiaires, cette convention est véritablement la bienvenue car elle va leur permettre de développer leurs activités. « Le jour est en train de se lever parce que je peux dire que le début de l’année 2018, après la signature de la charte, nous avons multiplié les contacts, les démarches pour trouver les issus de financement. J’avoue que celle-là est vraiment la bienvenue et nous pensons que les choses commencent à se mettre en place avec ce premier financement de 5 milliards. Il nous revient, PME, d’organiser la gouvernance des entreprises pour que des projets fiables soient présentés et pour qu’aussi ceux qui vont bénéficier de ce crédit puissent le rembourser pour la pérennité du financement », s’est réjoui Alassane Kouandé, représentant des promoteurs des PME/PMI.

Les premiers octrois du crédit auront lieu en 2019. Un communiqué de l’AFP-PME informera ceux qui désirent demander des crédits et qui remplissent les conditions à déposer leurs dossiers.

JTB
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 28 décembre 2018 à 10:57, par KONE En réponse à : Economie : 5 milliards pour les Petites et moyennes entreprises

    il faut privilégier ceux qui sont porteur de projets entrepreneuriaux très innovants et qui ont la capacité leadership de les réaliser pour séduire la clientèle cible dans un marché pionnier possédant des avantages concurrentiels assez défendables dans le temps
    ces projets selectionnés pourront creer de l’emploi pour cela qui ne possede pas des idees intellectualisables conceptualisables et ceux qui sont incapable d’emerger une organisation de creer de la valeur superieure et d’innover tout en saisissant une opportunité entre l’offre et la demande d’un produit et service en constatant un dysfonctionnement de marché c’est a dire une clientele cible insatisfait ou mal satisfaite des produits qui leur sont offerts sur le marché en terme de qualité de coût économiquement a leur ^porte et de rapidité inaccessibilité du produit . Comme ce fut le cas avec les moto JC qui ont remplacées les produits Yamaha de la sifa qui coutaient cher 1500 000 fcfa alors qu’avec ce budget une famille peut posseder au moins quatre a cinq JC et toute la famille Monsieur madame et les enfants sont plus autonomes en matière de déplacement et mémé la bonne conclusion la SIFA a disparu a cause de l’avantage concurrentiel prix et qualité que les chinois ont pu apporter aux burkinabés contrairement a la Sifa chaque famille en possédé au moins trois aujourd’hui JC
    LE client a un problème et il faut savoir lui trouver la meilleure solution que les concurrents et il vous suit par ergotisme

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Cadre sectoriel de dialogue « commerce et services marchands » : Une performance physique de 76,10% en 2018
Financement de l’entrepreneuriat au Burkina : « Nous demandons la suppression pure et simple de tous ces fonds nationaux qui sont budgétivores », déclare l’AJCEB
Entrepreneuriat : Le projet Job Booster offre des formations à des jeunes
Chambre consulaire du Burkina : Le bilan de 2018 jugé satisfaisant
Economie : Un banquier chez le premier ministre
Projets structurants au Burkina : L’UE et l’AFD s’engagent pour 38 milliards de F CFA
Economie : Le représentant Afrique du FMI échange avec le premier ministre
Maison de l’entreprise : Une compétition de plans d’affaires pour les bénéficiaires du PEJDC
Filière coton : Trois jours de réflexion pour relancer le secteur
Economie burkinabè : « Le secteur privé se porte bien » malgré la crise sécuritaire
Ministère de l’Economie, des Finances et du Développement : Les projets et programmes de 2018 passés à la loupe
Organisation mondiale des douanes : Des experts en dossier recettes renforcent leurs comptétences
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés