Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Chaque nation qui délaisse la foi en dieu et l’éducation est une nation en proie aux incivilités.» Salim Boudiaf

Rétro culture : 2018, l’année des paris réussis

Accueil > Actualités > Culture • LEFASO.NET | Par Mariam OUEDRAOGO (stagiaire) • lundi 7 janvier 2019 à 23h02min
Rétro culture : 2018, l’année des paris réussis

L’année 2018 a été pleine de grands rendez-vous culturels au Burkina Faso. Nous pouvons noter la tenue d’évènements majeurs qui ont su mobiliser la participation des nationaux et des expatriés. Ce fut un pari réussi pour l’affirmation de l’identité culturelle du Burkina Faso au reste de la communauté mondiale. SIAO, SITHO, Récréatrales… ce sont autant d’évènements qui ont su rassembler les Burkinabè et leurs amis, en dépit du contexte sécuritaire et économique peu reluisant.

Ouagadougou n’est certainement pas la destination la plus convoitée en ce moment. Néanmoins, il a offert des cadres d’expression culturelle au cours de l’année qui vient de s’achever. Le Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) 2018 a été l’occasion de montrer que le Burkina continue de vivre, malgré les attaques. Avec Madagascar comme pays invité d’honneur, cette 15e édition du salon a connu nombres d’innovations, notamment l’introduction du prix d’excellence pour la transformation et la promotion des produits locaux, des récompenses pour les meilleures expositions des régions et le paiement des tickets d’accès aux sites du salon par mobile money.

En 2018, ce fut également un pari réussi pour la 10e édition des Résidences panafricaines d’écriture, de création et de recherches théâtrales (Récréatrales), qui s’est tenue, comme d’habitude, dans les rues du quartier Gounghin de Ouagadougou. Le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré est allé rehausser l’éclat du festival, par sa présence.

Comme pour « tresser le courage » des organisateurs et des participants, le président Rock Kaboré a promis son appui à ce rendez-vous culturel qui mobilise tant de monde à Ouagadougou. Les Récréatrales 2018 visaient à exprimer la résilience des populations burkinabè face au contexte sécuritaire.

En 2018, les autres parties du Burkina Faso ont aussi offert des spectacles. Du 24 au 31 mars 2018, Bobo-Dioulasso a vibré au rythme de la Semaine nationale de la culture (SNC). L’évènement a révélé l’artiste slameur Nathanaël Minougou au public. A cette 19e édition de la SNC, quatre rubriques ont été concernées par les Grands prix nationaux des arts et des lettres (GPNAL). Ce sont les catégories Arts du spectacle, Arts plastiques-littérature en français, Sport traditionnel et Art culinaire.

C’est le 30 juin, date fétiche pour l’artiste, que le musicien burkinabè Floby a présenté son nouvel album intitulé « Wakato » aux mélomanes. Ce cinquième opus de l’artiste signe son comeback sur la scène pour renouer avec son identité musicale qui l’avait propulsé au-devant des scènes burkinabè et internationales. Avec « Wakato », Floby explore les différents aspects de la vie tels que l’amour, la joie, l’espoir, en seize titres. Après douze années de carrière, il a signé un contrat avec la maison de production Keyzit, en vue de poursuivre ses galops vers l’international.

Que de lauriers pour la culture burkinabè en 2018 !

Aristide Tarnagda est sacré lauréat du Grand prix littéraire d’Afrique noire 2017. Avec son œuvre « Terre rouge - Façon d’aimer » l’auteur est le troisième burkinabè qui obtient la distinction, après Me Titinga Fréderic Pacéré et Patrick G. Ilboudo. C’est le 21 juin 2018 que l’écrivain-comédien et metteur en scène a officiellement présenté l’œuvre qui lui a permis de remporter le prix.

En attendant d’autres réalisations encore triomphantes, le compte à rebours est lancé pour l’organisation du Festival panafricain du cinéma et de la télévision de Ouagadougou (FESPACO) 2019. Du 23 février au 2 mars prochains, la capitale du cinéma africain devra confirmer son leadership par la tenue réussie du cinquantenaire du festival. Malheureusement, l’événement se passera sans le premier Etalon de Yennenga burkinabè, Idrissa Ouédraogo, et Missa Hébié, qui nous ont tous les deux quittés en 2018.

Mariam OUEDRAOGO (stagiaire)
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés