Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Quand la mémoire va chercher du bois mort, elle ramène le fagot qui lui plaît. Birago Diop» 

Ordre des infirmiers du Centre : 50% des infirmiers exercent dans l’illégalité

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Nicole Ouédraogo • lundi 14 janvier 2019 à 00h03min
Ordre des infirmiers  du Centre : 50% des infirmiers exercent dans l’illégalité

Le Conseil régional du Centre de l’Ordre national des infirmiers et infirmières du Burkina Faso (ONII-BF) a tenu sa première assemblée régionale de l’année, ce samedi 12 janvier 2019. Le bilan physique et financier des activités de l’année écoulée, l’adoption du plan d’action 2019 et la formation des membres aux textes qui encadrent le fonctionnement de l’ordre étaient au cœur des échanges.

2019 est une année décisive pour l’actuel bureau de l’Ordre national des infirmiers de la région du Centre, élu en 2016. En attendant donc de passer le témoin à une nouvelle équipe en 2020, l’équipe de Pascal Tindano, président du Conseil régional de l’Ordre national des infirmiers pour la région du Centre, songe déjà à dresser son bilan.

« Nous avons réussi à tenir régulièrement toutes les instances statutaires de l’ordre », s’est-il réjoui. Puis de poursuivre que la croissance significative des inscriptions dans la région du Centre, les activités de sensibilisation et de mobilisation des collègues infirmiers, le fonctionnement de plus en plus meilleur des noyaux-relais dans les Centres hospitaliers universitaires (CHU) et districts sanitaires, donnent légitiment des motifs de satisfaction.

Pascal Tindano

En effet, Pascal Tindano soutient que sa région a, pour la première fois, franchi la barre de 1 000 inscrits en 2018, soit 1 267 inscrits. « Nous avons eu à peu près 50% d’inscrits au tableau de l’ordre au niveau du Centre contre environ 30% au moment où le bureau prenait service en 2016 », a-t-il noté, soulignant néanmoins que 50% des infirmiers exercent encore dans l’illégalité. Soutenant ainsi que les défis restent énormes pour l’atteinte de l’objectif de 100% d’infirmiers inscrits au tableau de l’ordre, le président du Conseil régional de l’Ordre national des infirmiers pour la région du Centre indique qu’en 2018, les taux d’inscription se chiffrent à 16, 40% au CHU Yalgado-Ouédraogo contre 71,77% au CHU de Tengadogo.

Pis, il confie que l’évaluation des inscriptions de l’année écoulée a révélé de nombreuses difficultés et erreurs parfois liées au non-respect de consignes données par le bureau régional ou national. Et quand la plupart des infirmiers s’inscrivent au tableau de l’ordre par obligation (obtention de dossiers) et non par conviction des avantages de l’ordre, Pascal Tindano reconnaît que l’institution doit redoubler d’efforts pour améliorer les choses, dans l’intérêt de la population.

« Nous allons leur apporter notre soutien »

Le noyau-relai du CHU Yalgado-Ouédraogo étant chargé d’organiser cette première assemblée régionale, le directeur général de l’institution, Constant Dahourou, a tenu à soutenir le monde infirmier. A ce propos, en vue de résoudre les problèmes d’adhésion à l’ordre, il a confié que l’administration ne manquera pas de soutenir l’instance dans ses actions de mobilisation ou d’enrôlement du personnel infirmier.

Constant Dahourou

A l’occasion, Constant Dahourou a également exprimé ses doléances au monde infirmier. C’est ainsi qu’il a exhorté les infirmiers à soutenir l’administration pour l’amélioration des services. « Nos services doivent s’améliorer du point de vue de la gestion du personnel, des compétences, de la culture et de la modernisation de nos institutions », a-t-il signifié, appelant les infirmiers à révolutionner leurs instances dans le sens très positif du terme.

« Je pense aux commissions des soins infirmiers et obstétricaux. Habituellement, les commissions médicales fonctionnent, mais les commissions de soins infirmiers et obstétricaux présentent une certaine timidité. Il faudrait que ces commissions puissent reprendre leur place dans les hôpitaux pour que l’accompagnement soit de taille », a-t-il souhaité.

Reconnu officiellement en 2012, l’Ordre national des infirmiers et infirmières du Burkina Faso (ONII-BF) veille au respect, à la défense et à la promotion des valeurs fondamentales de la profession infirmière.

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 14 janvier à 00:03, par Le Roi En réponse à : Ordre des infirmiers du Centre : 50% des infirmiers exercent dans l’illégalité

    L’ordre est par définition Indépendante , Apolitique , et Non sy.ndycale. Alors mes chères sœurs et frères infirmières et infirmiers , que vient faire le sieur Dahourou , DG de Yalgado dans vos affaires ? Ne craignez -vous pas que notre présumée Indépendance prenne un coup ?
    On peut rester digne dans la pauvreté .
    Du reste pour le faible nombre d’inscrits au tableau de l’ordre je vous suggère une mesure draconienne : Faire Payer les frais d’inscription avant la délivrance du diplôme d’IDE .ça marche !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 11:13, par MOREBALLA En réponse à : Ordre des infirmiers du Centre : 50% des infirmiers exercent dans l’illégalité

    Quand on s’inscrit avec un faux diplôme dans une école de santé et on en ressort avec un titre officiel et reconnu pour l’exercice du métier d’infirmier, cela se résume simplement à : le faux soit vrai ! Si l’ordre des infirmiers et infirmières se veut propre qu’il se résout à mener une enquête pour déceler les vrais faux de la santé. Voilà pourquoi le corps médical s’est transformé en un corps dénudé de tout sentiment humaine et ce qui vaille est la recherche du gain sonnant et en espèce ; le corps tristement corrompu même sur le cadavre.

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 11:43, par big man En réponse à : Ordre des infirmiers du Centre : 50% des infirmiers exercent dans l’illégalité

    Que fait un dg d’un hôpital comme Yalgado à une rencontre de l’ordre ? Arrêter ce confusionnisme pendant qu’il est temps car l’ordre est neutre ni un dg ou u syndicat ne saurait y faire des interférences. Le dg lui même, s’il est intelligent devrait décliner l’invitation

    Répondre à ce message

  • Le 14 janvier à 23:53, par jeunedame seret En réponse à : Ordre des infirmiers du Centre : 50% des infirmiers exercent dans l’illégalité

    Internaute MOREBALA ; pas seulement de faux diplômes ; mais aussi de faux mérites. Car c’est de la santé que les sujets de concours étaient régulièrement vendus par de petits fonctionnaires à Ouaga nord comme des pagnes. Et certains nantis les achetaient juste pour occuper leurs épouses. Il y a des infirmières aujourd’hui qui ne peuvent pas converser à l’aise avec nous parce qu’on sait que sujets furent achetés et ensuite composés avec l’aide de X pour qu’elles apprennent par cœur avant le jour J du concours. Comment voulez-vous que ces genres de personne se sentent libres pour entrer dans l’ordre ? Une autre alternative c’est prendre la carte de l’ordre à jour comme condition d’emploi ; et son renouvèlement comme condition de promotion et des indemnités.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Moussa Thiombiano alias Django, responsable des Koglwéogo de l’Est : « Le ministère de la Sécurité n’a pas joué son rôle … »
Mgr Pierhierge Debernardi : « L’avenir de l’Eglise, c’est l’Afrique »
Filière anacarde : Les producteurs plaident leur cause au Premier ministère
Education au Burkina : « Presque 100 000 enfants ne vont plus à l’école », soutient Anne Vincent, représentante de l’UNICEF
Burkina Faso : Les évêques recommandent un mois de prière pour la paix dans le pays
Marche de protestation contre les violences à Yirgou : Le collectif contre l’impunité et la stigmatisation des communautés demande justice pour les victimes
Répression d’une manifestation d’élèves à Dori : La section MBDHP du Séno exprime son désarroi
Conseil supérieur de la magistrature : Des magistrats à l’école de la communication institutionnelle
Vœux de nouvel an : L’Union des forces démocratiques du Burkina souhaite une année de paix aux Burkinabè
Région des Haut-Bassins : Un affrontement entre la police et des jeunes fait cinq morts et huit blessés à Orodara
Ecoles fermées pour cause d’insécurité au Burkina : Après les régions du Sahel et de l’Est, le tour de la Boucle du Mouhoun
Suspension des évaluations dans les établissements publics : Les élèves appellent à sauver l’année scolaire en cours
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés