Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Si vous allez être un gagnant dans la vie, vous devez en permanence donner le meilleur de vous-même» Robert Kiyosaki

Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

Accueil > Actualités > Opinions • Point de vue • mardi 5 février 2019 à 23h47min
Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

Le hiatus entre la vivacité de débat politique dans les médias et sur les réseaux sociaux, et le faible taux d’inscriptions sur le fichier électoral est proprement effarant. 2015 aurait connu un record d’inscriptions sur les listes électorales et de participation aux élections...

Or, voici les résultats officiels de l’élection présidentielle de 2015 :

Le PF actuel a donc été élu par 1 668 169 voix, soit 53,49%... Et les autres étaient loin derrière…Cela donne une base électorale et donc une légitimité assez faible à la classe politique…

Depuis 1994, les Burkinabè n’ont donc pas encore compris le stratagème de nos politiques, qui ont fait leurs humanités dans le tronc commun (ODP-MT, CDP) …Ils ne souhaitent pas un électorat important. Ils se satisfont de l’électorat de 5 millions qu’ils ont appris à connaître du bout des doigts au fil des élections.

Les politiques actuels (opposition et majorité) craignent l’enrôlement d’un électorat important.
Moins les citadins et les habitants des non lotis votent, mieux ils se portent car ils maîtrisent parfaitement le vote des ruraux et celui du peu d’urbains qui votent.
Chacun a fait son marché de votes et n’entend pas qu’une arrivée massive de nouveaux enrôlés dont ils n’ont pas la maîtrise, perturbe les positions, en terme de rente électorale.

Dans la même veine, c’est la bataille qui les a opposés autour de la carte consulaire de la diaspora. En Côte d’Ivoire, certains avaient déjà sécurisé des votes et n’entendent pas les perdre. Une attitude tellement obstinée qu’elle en oublie que nombre de ces cartes consulaires, considérées comme « rente électorale » auront expiré en 2020, sans que leurs détenteurs ne puissent les renouveler, avec l’actuel contexte nouveau où les gens sont plus regardants…

Ainsi, au moment des élections générales de 2020, (probablement le deuxième dimanche de novembre 2020 conformément à l’article 40 de la constitution), près de 598 032 cartes consulaires établies sous l’ancien régime auront expiré. Selon les chiffres du ministère Burkinabè des affaires étrangères, en juillet 2018, il y avait 1millions environ de cartes consulaires produites depuis 2013. Voir tableau ci-après.

Une zone de confort électoral qui rassure tous les principaux acteurs

Le refus de la réforme proposée par le président de la CENI enferme donc dans une camisole de force le processus d’enrôlement sur la liste électorale dans un protocole dont le gouvernement est seul maître des horloges.
Et comme il faut 9 milliards CFA, le gouvernement prend son temps et ne déclenchera ce processus qu’à la veille du scrutin comme on a toujours fait depuis 1994, c’est à dire il y a de cela un siècle !

Avec le procédé archaïque qu’ils se sont battus pour maintenir en place, l’enrôlement des électeurs se fera comme d’habitude sur une période d’un mois seulement en mode commando. Tant pis pour celui qui ne pourra pas s’enrôler dans un délai aussi contraint. Ce sera toujours un potentiel gêneur de moins !
C’est un scandale, et c’est une manière très habile pour biaiser le scrutin.

A contrario, avec la plateforme multicanale qu’ils ont rejetée à l’unanimité de leurs commissaires à la CENI, une fois l’enrôlement initial fait, le reste devenait une opération au fil de l’eau. Avec cette plateforme, chaque fois qu’un majeur fait sa CNIB, il est automatiquement enrôlé si tel est son souhait. Et la plateforme était là précisément pour s’assurer de son consentement.
Libre à lui après d’utiliser son droit de vote ou de ne pas le faire. Mais le simple fait qu’il dispose de sa carte d’électeur oblige les politiciens à tenir compte de son avis. Au moins à l’approche des élections !

Pour 2020 le corps électoral potentiel est le suivant :
Potentiel national : 9,5 millions
Potentiel diaspora : 2,5 millions
Potentiel total : 12 millions

Mais en maintenant le mode ancien d’enrôlement des électeurs, il est très peu probable d’atteindre ces projections. Le corps électoral, au regard de la faible efficience de ce mode d’enrôlement ne devrait pas dépasser 7 millions d’électeurs, la diaspora comprise. Sans compter les morts, que le même procédé ne permet pas d’extraire de manière efficace et efficiente. En considérant le taux annuel de mortalité qui est de 12 pour mille au Burkina Faso avec l’année 2012, comme année de constitution du fichier actuel, il y aurait au bas mot, 300 000 électeurs morts dans le fichier électoral actuel.

Structurellement donc, le fichier électoral restera toujours squelettique sans commune mesure avec l’état de la population. Pour l’INSD (évaluation de décembre 2017), le Burkina Faso devrait avoir aujourd’hui 9 millions d’électeurs. Cette projection de l’institut national en charge des populations et de la démographie n’est pas une simple vue de l’esprit. La base de données de la carte d’identité (ONI), selon les chiffres actualisés en juillet 2018, le nombre de CNIB à jour détenus par « les 18 ans et plus… » était de plus de 9 millions. Donc le potentiel électoral de 9 millions au moins est une réalité que le procédé actuel d’enrôlement des électeurs ne permet pas d’atteindre.

Faire avec l’existant !

Et le CDP, exclu en 2015 revient dans la compétition… On imagine aisément à quel point l’incertitude serait insoutenable pour les principaux partis politiques de la place si tout cet électorat se mobilisait pour venir complexifier d’avantage cette équation électorale en augmentant la part d’inconnu !

Sortons du piège du boycott

Ceux qui boycottent les élections au motif que l’offre politique est inintéressante n’ont rien compris ! L’insurrection et la résistance victorieuse au putsch mort-né du CND induisent également beaucoup de Burkinabè en erreur.

En effet, dès qu’on a 300 Likes et partages sur Facebook ou 5 000 manifestants, on se met à rêver d’insurrection et à se voir en Che Guevara du Sahel. Thomas Sankara notre modèle de gouvernance est arrivé au pouvoir par coup d’Etat. Or, l’’ère des coups d’états est révolue. Il ne gagnerait pas des élections aujourd’hui au Burkina Faso.
Et nous avons vu comment sous la pression internationale, Zida et le RSP ont dû, au bout de deux semaines, rendre le pouvoir aux civiles, au moins en apparence, et habiller la transition d’un vernis constitutionnel !

Le Burkina est un pays enclavé et les putschs militaires ne sont plus tolérés. Des sanctions et un blocus d’un mois suffisent à chasser tout putschiste du pouvoir car il ne pourra même pas payer les salaires des 200 000 fonctionnaires qui eux-mêmes font vivre des millions de Burkinabè !
Allez demander à Haya Sanogo et sa joyeuse bande au Mali ! Même les armes commandées par ATT avant sa chute pour combattre les djihadistes ont été bloquées dans les ports de la sous-région du fait du blocus de la CEDEAO !

Donc la seule voie qui reste, c’est le bulletin de vote !

Tous les politiciens du monde ont comme tableau de bord, l’électorat. Ils ne se préoccupent de l’opinion que lorsque celle-ci se confond avec le corps électoral. Perdre cela de vue et prétendre prendre part au débat public est une ineptie.

Peu importe pour qui vous voulez voter, et même si vous ne comptez pas voter, enrôlez-vous sur le fichier électoral et obtenez votre carte d’électeur. Donnez-vous les moyens d’avoir la pleine jouissance de votre droit de vote ! C’est désormais le seul moyen de compter et de peser !

La répartition de la population au Burkina a changé. Du fait de l’exode rural massif, les zones urbaines et périurbaines (non lotis) pèsent désormais autant que les campagnes sur le plan électoral !
Nous avons, rien qu’à l’intérieur du pays et sans compter la diaspora, un potentiel électoral de 9,5 millions d’électeurs. Et Kosyam est à seulement 1,6 millions de voix !!! Nos trois baobabs ne sont donc pas aussi inamovibles qu’il n’y paraît.

Maixent SOMÉ

Vos commentaires

  • Le 5 février à 19:22, par MOLOTOV En réponse à : Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

    Y’a une escroquerie politique quelque part.Et c’est bien dommmage que le peuple soit si naîf et tombe dans le panneau.
    Inscrivez vous sur les listes électorales meme si vous ne votez pas ça , c’est un choix , ça peut plomber le taux de participation donc la legitimité de celui qui sera président.c’est un message politique aussi, donc utiliser votre arme politique, le bulletin de vote. A bon entendeur.
    Belle reflexion avec des chiffres et arguments solides.9a change un peu des diatribes et invectives partisans.

    #MOLOTOV

    Répondre à ce message

    • Le 6 février à 09:45, par Mafoi En réponse à : Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

      C’est une belle réflexion en effet mais qui ne ne nous mène à rien.Même si les 100% des Burkinabè se ruaient dans les urnes,nous ne sortirons pas pour autant de l’auberge car la bonne question que l’auteur aurait pu mettre sur la table est :
      Que vaut cette démocratie sous nos tropiques ?
      Avec un peuple pauvre et analphabète(si si si..même ceux qui sont allés à l’école) qui ne sait pas faire la différence entre une offre politique et un chiffon de papier,que vaut ce vote pour des bols de riz et/ou ethnique(car c’est une réalité) ?Donc nous avons toujours été dans une parodie de démocratie qui se limite uniquement à des élections très très coûteuses,souvent sans tête ni queue et souvent très sanglantes(cas la CI,de la RDC etc..etc) où en fait c’est une minorité de vautours politicards qui est privilégiée puisque après avoir obtenu ce que cette minorité convoitait,à l’endroit de la population pauvre,analphabète c’est,"maintenant il faut vous démerder et surtout ne nous emmerdez pas pendant que nous festoyons".C’est donc le douloureux constat de cette démocratie vendue à la va vite où on avait commencé par mettre la charrue avant les bœufs et il urge de revoir tout ça sinon nous sommes très mal embarqués car le naufrage risque d’être fatal si c’est pas déjà le cas déjà

      Répondre à ce message

  • Le 5 février à 19:30, par Beton En réponse à : Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

    Quel délice ! D’une simplicité et d’une clarté qui ont surement fait bondir Molière de sa tombe.
    C’est formidable comme analyse. Je valide.

    Mr SOME, vous avez réussi à me faire revenir sur le forum.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 07:17, par aeugene En réponse à : Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

    Merci Monsieur Somé. aeugene ilboudo médiateur lefaso.net.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 07:47, par koukalais En réponse à : Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

    Propre comme analyse Mr SOME. je suis parfaitement d’avis avec vous, c’est un fichier électoral bien tenu qui peut garantir des élections transparentes qui traduisent fidèlement la volonté du peuple dans un pays.

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 11:37, par Desperado En réponse à : Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

    pour le cas de Sankara, il faudrait relativiser. Thomas Sankara était très populaire quand il lançait sa révolution et je ne crois pas ça changer. sa venue au pouvoir qualifié de coup d’Etat est à revoir. je poursuivrai le débat plus tard.
    en tout cas, bravo pour ton écrit

    Répondre à ce message

  • Le 6 février à 20:32, par Dibi En réponse à : Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

    La vérité, c’est bien plutôt " Elections piège à cons". On le voit partout, le mensonge démocratique est devenu la règle et ce mode de désignation des élites dites représentatives est en crise partout dans le monde ; et surtout en Occident et dans les néocolonies d’Afrique où les masses se rendent compte de plus en plus de l’enfumage et de l’embobinage généralisé. Il n’y a que les élites pourries et corrompes de chez nous qui croient encore à cette mascarade politique pour bétail électoral.
    Na an lara, an sara !
    La Patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 7 février à 21:32, par Dibi En réponse à : Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

    Va, petit politicien bien pourri à la recherche du bétail électoral de chez nous !
    En néocolonie, il n’y a rien à attendre des élections ! Même en Occident, ils y croient plus !
    Regardez ce qui s’est passé en Côte d’Ivoire avec Ouattara, ou au Vénézuéla avec les mêmes qui reconnaissent un délinquant auto-proclamé au service de leurs intérêts.
    De qui se moque-t-on ? A qui continue-t-on de vendre ce modèle frelaté au service des intérêts néocoloniaux ?
    Il ne sort des urnes que des pourritures néocoloniales !
    Cela revient à chercher à midi un homme propre, un révolutionnaire avec la Lampe de Diogène ! C’est introuvable !
    Na an lara, an sara !
    La Patrie ou la mort !

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 13:41, par ciceron IIème du nom sur la toile En réponse à : Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

    Je dis merci M. SOME pour votre analyse qui se veut pleine de bonne foi et de volonté farouche à voir changer les choses. Je salue sincèrement cette réflexion si tant est qu’elle est honnête. Il ya du vrai dans cette analyse malheureuseement le matériau est essentiellement ARITHMETIQUE. Si fait que c’est un angle de vue (je m’en voudrais d’en supposer l’amplitude..!!). C’est en celà que j’ai un sérieux souci avec la réflexion. En ce sens que la démocratie ne saurait se résumer au simple petit fait de voter un dimanche et retourner à ses casséroles et attendre (restons arithmétique) pendant au moins 260 autres dimanches après pour retourner au Bureau de vote ( cas du Burkina).
    Pour faire court, je fais remarquer que :
    soit vous faites preuve de naïveté, et si tel est le cas, je ne vous en veux pas outre mesure quoique je puis trouver votre vue préjudiciable au vrai combat pour la démocratie ;
    soit vous participez tendancieusement à cette "escrocratie" -trompeusement appelée démocratie qui n’est pas mieux et/ou n’existe d’ailleurs nul part dans ce monde et là je ne partage pas votre vue.
    Le taux d’enrolement des électeurs n’est pas moins élevé au Burkina qu’en France-notre boussole en tout- , aux USA etc... .

    C’est dire que non seulement, c’est l’offre politique qui est effectivement aux antipodes des aspirations des populations et pis ce sont les règles de fonctionnement de cette ESCROCRATIE que les peuples réels rejettent. En 1 mot comme en 1000 (arithmétiquement parlant), c’est la raison principale du désintérêt que vouent les peuples à ce "machin à copains et autres coquins" qu’est le "possede-con".. pardon., processus électoral.

    Les exemples vécus ça et là nous indiquent que les votes seuls ne font pas la démocratie. Macron n’a-t-il pas des soucis avec ses propres électeurs ; Trump et l’appareil electoral américain ont volé les élections aux USA n’est-ce pas ?

    La démocratie est bien plus qu’un sporadique simple et seul vote. C’est plus tôt l’art de vivre ensemble par le biais de règles qui permettent à chaque citoyen de vivre dans la cité et d’y trouver son compte en termes de pitance,de liberté, de solidarité des et avec les autres.... en somme, de droit de participer à l’épanouissement de la communauté toute entière.

    Pour en rester là, j’aurais eu à produire une analyse sur le sujet que vous abordez, que je me serais donné les moyens de convoquer au moins quelques aspects sociologiques pour éclairer certains internautes qui ont ou vont valider votre point de vue, car les ciffres seuls ne suffisent pas dans ce cas.

    Aimablement Ciceron IIEME

    Répondre à ce message

  • Le 8 février à 14:06, par Bernard Luther King ou le Prophete Impie En réponse à : Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !

    Merci MAIXENT SOME pour votre article très utile qui vient nous eveiller tant soit peu sur les réalités electorales. Votre article s’appuie sur des faits, des chiffres et invite à la reflexion : c’est une bonne demarche technique. Et parmi les grandes questions que je me pose sur l’emergence de nos pays, votre article a le merite de lever un coin du voile qui va completer ma reflexion : pourquoi tant de moutons de Panurge : vrai ou manipulation. De plus, regardez les taux des candidats de l’opposition : c’est très lamentable. Avis aux grands politologues comme Abdoul Karim (?!) Saidou, enseigneur-chercheur UO1 ou UO2 : un intervenant dont j’ai apprecié la pertinence et la technicité très discrete sur Burkina Info il y a à peu près 2 semaines un Samedi ou Diman entre 21h00 - 22h30.
    "Dieu est et restera Burkinabè"

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Tribune : Parler de problème d’intégration des Peulh dans le Mogho est une erreur (2/2)
Tribune : Parler de problème d’intégration des Peulhs dans le Mogho est une erreur (1/2)
Roch Kaboré a-t-il été abandonné par les mânes de nos ancêtres ? : Armand Béouindé répond à Ablassé Ouédraogo
Démocratie électorale : Abstention, piège à cons !
Méconnaissance et stéréotypes : Deux autres menaces insidieuses contre le Burkina Faso
Burkina Faso : Notre leadership n’est pas à la hauteur
Etat d’urgence au Burkina Faso : Régime juridique actuel et écueils à éviter
Remaniement gouvernemental : Commencer par le remaniement de la pensée
Tribune : Halte à l’hypocrisie politico-institutionnelle sur Yirgou !
Tribune - Yirgou : Leçon de responsabilité collective de tous les Burkinabè
Tribune : « Monsieur le président, sachez que le massacre à grande échelle des Peuls est devenu une réalité »
Les difficultés récurrentes de fonctionnement du système judiciaire burkinabè : Les propositions de Me Paul KERE, Avocat (1ère Partie : La chaîne pénale).
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés