Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Dans la vie on ne fait pas ce que l’on veut mais on est responsable de ce que l’on est.» Jean-Paul Sartre

Vie des institutions : En 2018, le Premier ministère a saisi le Conseil constitutionnel à 21 reprises

Accueil > Actualités > DOSSIERS > Christophe DABIRE, Premier ministre • LEFASO.NET | Par Mariam Ouédraogo (Stagiaire) • mardi 19 mars 2019 à 22h00min
Vie des institutions : En 2018, le Premier ministère a saisi le Conseil constitutionnel à 21 reprises

Le premier ministre, Christophe Dabiré, a reçu en audience une délégation du Conseil constitutionnel ce mardi 19 mars 2019. Il s’est agi pour le président Kassoum Kambou, d’expliquer la procédure et les conditions dans lesquelles son institution peut être saisie.

C’est la première rencontre entre le premier ministre Christophe Dabiré, depuis sa nomination, et le président du Conseil constitutionnel. L’occasion a été saisie par ce dernier pour souhaiter un plein succès au nouvel entrant. L’audience avait entre autres, pour but, d’expliquer au premier ministre les missions du Conseil constitutionnel. Par cette visite, Kassoum Kambou a expliqué au locataire de la primature les conditions dans lesquelles et pour lesquelles, le Conseil constitutionnel peut être saisi.

Celui-ci est l’un des garants de la protection des droits civils et politiques des citoyens et peut être saisi par tout le monde, a déclaré Kassoum Kambou à sa sortie d’audience. Ainsi, le premier ministre peut le saisir pour contrôler certaines lois qu’il juge importantes.

Au titre de l’année 2018, le premier ministre a saisi le Conseil constitutionnel à 21 reprises. Les citoyens quant à eux l’ont saisi quatorze fois. Ces résultats qui témoignent de la bonne politique de collaboration au quotidien entre l’appareil constitutionnel et les citoyens ont justifié la visite de ce matin à la primature.

Le premier ministre peut saisir donc le Conseil constitutionnel pour contrôler certaines lois. En attendant l’adoption de la cinquième constitution, Kassoum Kambou rassure que son institution veillera à la conformité des dispositions constitutionnelles qui y seront contenues. Outre le président du Faso et le premier ministre, les autres citoyens peuvent saisir l’institution pour des lois qu’elles jugent importantes.

Mariam Ouédraogo
Lefaso.net

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Situation de la nation : Un contraste entre le discours et la réalité du terrain
Situation nationale : Le Premier ministre salue les avancées du pays, malgré l’instabilité sécuritaire
Situation nationale : « Nous avons bien perçu ce projet de déstabiliser le pays en provoquant le chaos », relève le Premier ministre Christophe Dabiré
Discours sur la situation de la Nation : « Qu’on nous rassure que malgré la guerre, il y a de l’espoir », dixit Benewendé Sankara
Situation nationale : Christophe Dabiré attendu à l’assemblée nationale ce jeudi
KDO reçu en audience par le Premier ministre
Vie des institutions : En 2018, le Premier ministère a saisi le Conseil constitutionnel à 21 reprises
Mémorial Thomas-Sankara : Le comité international prend les conseils du Premier ministre Dabiré
Premier ministère : Christophe Dabiré sollicite la bénédiction des évêques
Burkina Faso : Le Premier ministre en visite chez le Mogho Naaba
Déclaration de politique générale du Premier ministre : « Le signe d’un profond patriotisme ? »
Déclaration de politique générale : Réactions des députés Bienvenue Ambroise Bakyono (MPP) et Moussa Zerbo (UPC)
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés