Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La faculté de se mettre dans la peau des autres et de réfléchir à la manière dont on agirait à leur place est très utile si on veut apprendre à aimer quelqu’un. » Dalaï Lama

« Campagne FasoNooma » : L’OIM sensibilise les Bobolais sur les risques et les alternatives à la migration irrégulière

Accueil > Actualités > Société • LEFASO.NET | Par Romuald Dofini • dimanche 14 avril 2019 à 18h54min
« Campagne FasoNooma » : L’OIM sensibilise les Bobolais sur les risques et les alternatives à la migration irrégulière

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a organisé, le mardi 9 avril 2019 à la maison de la culture de Bobo-Dioulasso, une campagne de sensibilisation dénommée « FasoNooma » pour informer les populations sur les dangers et les alternatives à la migration irrégulière.

La migration irrégulière, que ce soit pour des raisons économiques ou sociales, comporte de nombreux risques. Pour l’OIM, les migrations s’effectuant dans des conditions décentes et respectueuses des droits humains, profitent à la fois aux migrants et à la société tout entière. La campagne « FasoNooma », qui veut dire que « le Burkina est bon » en langue mooré, sensibilise sur ces réalités.
« FasoNooma vise à informer sur les dangers mais aussi sur les services qui s’offrent à ceux qui ont des difficultés sur les parcours migratoires », a expliqué Aicha Pitroipa.

Aicha Pitroipa

Au cours de cette soirée de sensibilisation, les participants ont suivi une projection de film sur les témoignages d’anciens migrants, des prestations théâtrales et artistiques sur les risques liés à la migration irrégulière.
Selon madame Pitroipa, l’OIM travaille sur des programmes de prévention ciblant notamment les jeunes qui sont de potentiels candidats à la migration mais met surtout l’accent sur les opportunités de réussite qu’il y a au Burkina Faso. « Nous voulons montrer à ces jeunes qu’il est possible de réussir chez eux », a-t-elle indiqué.

Elle a aussi ajouté que l’OIM n’est pas contre la migration. « La migration fait partie de la vie. Si vous voulez aller en migration, c’est votre droit mais préparez-vous. Prenez des renseignements auprès des structures qui peuvent vous renseigner, assurez-vous de ce qu’il faut dans le pays d’accueil », a souligné Aicha Pitroipa.

Prestation théatrale

Par ailleurs, elle invite le public sorti nombreux, à faire passer le message autour d’eux ainsi que dans leur famille. Au terme de cette soirée, Sidiki Sanou, représentant le chef de canton des Bobo mandarè, déconseille aux fils et filles du pays, de migrer de façon irrégulière parce qu’il y a plus de souffrance que de richesses à en tirer. Il demande aux jeunes de rester chez eux travailler pour gagner leur pain quotidien. « Ce soir, nous avons appris qu’il y a beaucoup de personnes qui sont parties et qui ne sont jamais revenues. On n’a pas forcément besoin d’aller vivre ce calvaire-là », a-t-il déploré.

Sidiki Sanou, répresentant du chef des cantons

L’OIM s’est installée au Burkina Faso en 2003 et travaille de concert avec le gouvernement afin d’assurer une meilleure réponse aux défis liés à la gestion des flux migratoires.[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Romuald Dofini
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 15 avril à 09:34, par Alexio En réponse à : « Campagne FasoNooma » : L’OIM sensibilise les Bobolais sur les risques et les alternatives à la migration irrégulière

    Ce phenomen est l elephant dans notre maison burkinabe. A l occurence la politique de sentralisation menee depuis la chute du premier President Maurice Yameogo. Cette mauvaise politique appauvrissant les autres regions de l Etat burkinabe a clouter cher aux postulants de l exode rurale dans les villes.

    Ouagadougou etant la capitale politique est devenue en meme temps l economie au detriment des autres rergions. Soit l exode rurale pour s eduquer. Ouaga et Bobo avaient l offre de cette demande.

    Les etudiants apres leur fin d etudes sont contraient de rester a Ouagadougou parceque les autres regions n ont la capacite d offrir du travail.

    Cela s est evoluer a un goulot d etranglement dans le marche du travail. Car la demande est forte et plusque l offre.

    Les branches techniques ont ette delaissees par nos politiciens depuis belle lurettes.

    Voila pourquoi tous les pays francophones ont les memes challenges. Les metiers ne sont pas integres a l ecole.
    Valorisons les metiers.

    Regardez les pays asiatiques, ou bien les anglophones. La France qui a coloniser nous creer ces challenges aujourdhui.

    Puiqu elle nous veulent toujours son controlle. Un seul Lycee technique ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
CAMES : Accusés de manquements à l’éthique, des professeurs agrégés s’insurgent contre une « violation grave » de leurs droits
Union régionale des producteurs semenciers du centre sud (URPS/CS) : Une marche de protestation contre Adama Ouédraogo, ancien président de l’URPS/CS.
11 Décembre à Tenkodogo : Des investissements d’au moins 30 milliards de FCFA attendus
Sabou : L’école de Zamsin a tourné la page des classes sous paillotes
Réconciliation nationale : Le HCRUN et le gouvernement accordent leurs violons
1ère édition de la Semaine de l’entrepreneuriat Une plateforme pour se former, s’informer et se motiver à entreprendre
Concours de « promotion de la langue française et des langues nationales » : Les lauréats de la 20e édition reçoivent leurs prix
Situation sanitaire à Ouagadougou : SOS pour les enfants des quartiers non-lotis
Education : La CNSE exige une mise en œuvre « appropriée » des engagements
Bobo-Dioulasso : Le ministère de l’Intégration africaine et des Burkinabè de l’extérieur tient son premier CASEM de 2019
Grève du SYNTHSA : Des mesures prises pour assurer les services vitaux
Grève du SYNTSHA : « Nous estimons qu’il faut interpeller le gouvernement à beaucoup plus de sérieux », selon Pissyamba Ouédraogo, SG du SYNTSHA
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés