Accueil > ... > Forum 1412964

Commune rurale de Karangasso-Vigué : Un affrontement entre populations et koglwéogo fait trois morts et de nombreux blessés

14 septembre 2018, 06:29, par Eric de KOURIA

Nous avons au sommet de l´état des gens qui utilisent et instrumentalisent ces deux groupes. Les « Dozos » existent depuis longtemps ! Quels sont leurs faits d´armes, en dehors du folklore qu´ils véhiculent dans leurs drôles de tenues couvertes d´amulettes !? Néant ! « Les Kogl-Wéogos » quant à eux existent depuis sous peu. Ils sont et restent la réponse spontanée des populations à l´incapacité de l´état á assurer la sécurité des biens et des personnes dans certaines localités du Burkina. S´il y a une loi qui permet aux Burkinabè de se regrouper en association, alors que cette loi soit respectée. En ce sens les Kogl-Wéogos peuvent exister partout sur le territoire Burkinabè. Personne ne peut leur interdire l´accès á une localité du Burkina. C´est la même loi qui a permis à ces « Dozos » d´exister et d´aller où ils veulent partout sur le territoire Burkinabè. À moins que l´ouest ne soit pas une partie du Burkina !
Arrêtez les amalgames. Ce sont nos politiques qui stigmatisent et manipulent ces deux groupes. Oui Koglwéogos et Dozos peuvent exister côte à côte et travailler même ensemble. Leur union ou leur entente peut même être bénéfique au Burkina, en ces temps d´incertitudes. Ceux qui veulent ramener les malentendus Kogl-Wéogo-Dozo à une simple opposition, Mossi-Dioula ou Mossi-Gens de l´ouest sont en vérité des ennemis du Burkina.
Si les chefs traditionnels de l´ouest estiment qu´ils ne sont pas respectés, c´est un autre problème, mais refuser á autrui le droit de se constituer en groupe d´auto-défense est une absence de démocratie et une négation même du vivre ensemble. Si l´état Burkinabè garantie du reste ce droit, pourquoi un chef traditionnel peut l´interdire ? Personne n´est au-dessus des lois ! À ma connaissance, aucun Kogl-Wéogo ne s´est opposé à l´installation des Dozos dans aucune partie du Burkina.
Comme dit plus haut, ce sont ces politiques en quête de voix électorales qui manipulent ces deux groupes. Et cela est plus criard à l´ouest depuis la chute du dictateur Blaise Compaoré. Oui en effet depuis la chute de Blaise Compaoré il y a une guerre de leadership à l´ouest. Les fils de la région ont cristallisé l´opposition CDP-MPP et se mènent une véritable guerre à visages non découverts. Les élections y sont très violentes.
Les Dozos doivent revenir à la raison. Le Burkina est un et indivisible. Les Dozos sont les bienvenus au centre, au sud, au nord et à l´est ! Avant d´être Dozo ou Kogl-Wéogo, nous sommes avant tout des Burkinabè. Ne l´oublions pas. Notre devenir commun dépend de nos capacités à rester unis. L´ennemi ce sont les terroristes qui endeuillent chaque jour nos familles. L´ennemi ce sont les djihadistes qui harcellent nos forces de défense. L´ennemi ce sont enfin certains de ces politiques qui ont un agenda caché. Revenons à la raison. Ne nous trompons pas de combat. De grâce le Burkina n´a pas besoin de cela. Travaillons ensemble à apaiser la situation.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés